Circuits decouvertes

La pêche au saumon au Canada

La pêche au saumon au Canada

Voyager au Canada pour la pêche au saumon

Un peu partout dans le monde, la pêche sportive attire un grand nombre d’adeptes, et le nombre de mordus de la pêche ne cesse pas d’accroître. Aujourd’hui, le Canada  grâce à ses rivières à saumon, est devenu l’une des destinations les plus prisées des pêcheurs sportives qui s’y rendent en masse. En effet, voyage Canada est une belle occasion pour les touristes de revenir avec des histoires de pêche incroyables.

Notons en passant que la pêche a toujours constitué un moyen de subsistance très important. On sait que les Vikings venaient pêcher dans le golfe du Saint-Laurent et ces activités contribuèrent plus à l’essor de leur empire que leurs expéditions militaires. De nos jours, cependant, des Européens qui voyagent au Canada pour pêcher, le font pour se divertir, pour leur attachement à la nature, pour leur envie de découvrir des nouvelles destinations. Comme dans le passé, les plus braves et les plus aventuriers sont toujours en recherche de nouveaux endroits à explorer et de nouveaux défis à relever.

Et au Canada, c’est le Québec, avec ses cent vingt rivières à saumon (ou plus) qui attire le plus grand nombre de ces pêcheurs, amateurs de la nature. Pas surprenant que cette province soit un véritable paradis pour les pêcheurs du saumon, ce poisson légendaire et noble qui vit en mer, mais pour frayer, revient toujours dans sa rivière d’origine.

On vient au Québec de tous les pays européens et des États-Unis pour s’adonner à ce sport. Cependant, plusieurs de ces cours d’eau, paradis des pêcheurs sportifs restent méconnus, situation qu’on veut corriger grâce à ce texte. À titre d’exemple, citerons dix d’entre ces rivières :

Rivière Matane

La rivière Matane prend sa source dans la réserve faunique du même nom, plus précisément au mont Blanc dont le sommet atteint 945 mètres d’altitude. Dans le premier quart de son cours, cette rivière à saumon coule d’abord vers l’ouest, puis effectue un virage en direction sud jusqu’au lac Matane en passant pas les lacs de la Tête et Le Clercq. Elle bifurque ensuite vers le nord-ouest, recevant les eaux des rivières Bonjour, Duvivier, à la Truite, Petite Matane et Petchedetz. Après une course totale de 80 kilomètres, elle aboutit finalement dans le Saint-Laurent, au coeur de la ville de Matane. Cette rivière a longtemps servi de route aux Amérindiens qui se rendaient à la baie des Chaleurs et déjà pêchaient du poisson pour s’alimenter en chemin. Dès le XVIe siècle, des vaisseaux français jaugeant jusqu’à 100 tonneaux ont pu trouver refuge dans l’embouchure de la Matane qui constituait un véritable port naturel.

Les pêcheurs apprécient ses nombreuses fosses, l’ambiance des camps Tamagodi, une entreprise locale qui offre l’hébergement, la pêche au saumon, ainsi qu’une grande variété d’activités récréotouristiques.

Rivière Moisie

Ce cours d’eau de la rive nord de l’estuaire du fleuve, sur la Côte-Nord, dans la région de Duplessis, se jette dans le fleuve à l’est de Sept-Îles. D’une longueur de 410 mètres et dotée d’un important bassin de 19 000 kilomètres, cette rivière à saumon prend sa source près de la ligne du partage des eaux de bassins de l’Atlantique et du Saint-Laurent, notamment dans les lacs Opocopa, Menistouc et Le Gentilhomme. En 1535, Cartier la décrit comme une rivière d’eau douce, dans laquelle il a vu plusieurs poissons. Aujourd’hui, ses berges servent de camps de chasse et de pêche.

Rivière Sainte Anne

Réputée par ça beauté et ces gros saumons, d’une longueur d’environ 120 kilomètres, la rivière Sainte-Anne prend sa source dans la réserve faunique des Laurentides, plus précisément dans le lac Saint-Anne. Ce cours d’eau se jette dans le Saint-Laurent après avoir traversé les municipalités de Saint-Alban, de Saint-Casimir et Sainte-Anne-de-la-Pérade. Telahiar était le nom huron de ce cours d’eau d’après le plan de 1829 établi par Nicolas Vincent. Cette rivière est surtout connue près de son embouchure, parce que chaque hiver on procède à l’installation d’un village temporaire de centaines sinon de milliers de maisonnettes installées sur la glace dans lesquelles touristes et résidents pratiquent la pêche blanche. Plusieurs disent que la Saint-Anne est une rivière qu’exerce un effet magique sur les pêcheurs…

Rivière Ouelle

Cette rivière bien connue de la Côte-du-Sud, dans la région du Bas-Saint-Laurent, prend sa source dans le lac Therrien à l’intérieur du canton de Fournier. La Ouelle serpente en direction nord sur plus de 70 kilomètres en traversant les cantons d’Ashford et d’Ixworth, jusqu’à son embouchure dans le fleuve, à la hauteur de la municipalité de Rivière-Ouelle. Les quinze premiers kilomètres de son cours sont connus sous le nom de Bras de la Rivière-Ouelle. Célèbre par le grosseur de ses saumons, elle est canotable, elle subit en plus la marée sur une courte distance. Ici, la descente en canot vaut votre temps.

Rivière Chicotte

Ce cours d’eau de l’île d’Anticosti, long d’environ 25 kilomètres, naît dans la région du lac Jolliet, coule vers le sud et termine sa course dans le golfe du Saint-Laurent, à une cinquantaine de kilomètres à l’est de la pointe du Sud-Ouest. Le nom de cette rivière paraît sur les documents cartographiques au moins depuis 1856, l’année où le géologue James Richardson écrit sur son plan de l’île d’Anticosti qu’il s’agit d’une rivière pleine de saumons de l’Atlantique qui fraient dans les « chicots », un mot qui désigne des débris d’arbres ou d’arbustes (notons qu’au Québec, en outre, le verbe « chicoter » s’utilise dans le sens d’ennuyer ou tracasser.

Rivière Sainte-Marie

Une autre rivière à saumon qui coule au sein de l’île d’Anticosti. Elle est courte, de 16 kilomètres de longueur, mais elle regorge de saumons! Cette rivière prend sa source à 5 kilomètres de la côte nord de l’île, à un peu plus de 60 mètres d’altitude, soit à la ligne de partage des eaux. Le parcours de la Sainte-Marie est ponctué par la présence de trois petits lacs dont le plus grand se nomme Grand lac Sainte-Marie. Ces trois étendues d’eau sont des endroits idéals pour la fraie des saumons. Un camp de pêche sportive a été aménagé à l’ouest de l’embouchure de la rivière.

Rivière Jupiter

Avec une longueur d’environ 75 kilomètres, la rivière Jupiter détient le titre de plus important cours d’eau de l’île d’Anticosti, dans le golfe du Saint-Laurent. Elle prend sa source au centre de l’île dans une série de lacs et d’étangs avant de s’engouffrer dans un canyon qui atteint parfois 100 mètres de profondeur. Elle s’élargit peu avant son embouchure pour former un estuaire sablonneux, bordé de plages et propice à la fraye. Un cap, connue sous le nom de Sandy Cliff, constitué de hautes falaises de sable, s’élève à l’embouchure et protège les jeunes saumons. Cette rivière se jette dans le golfe du côte sud de l’île, dans la baie Bonsecours à environ 80 kilomètres à l’est de Port-Menier. Renommée pour ses fosses à saumon, la rivière Jupiter reçoit de nombreux touristes et pêcheurs depuis la fin du XIXe siècle. En fait, l’ancien propriétaire de l’île d’Anticosti, Henri Menier, un industriel français en a fait un lieu de prédilection pour la pêche au saumon. Des camps ont été aménagés et nommés Jupiter-Trente, Jupiter-Vingt-Quatre, Jupiter-Douze et Jupiter-la-Mer, selon leur distances en milles du golfe. Les phoques fréquentent les parages du dernier camp, où viennent mourir de très hautes vagues.

Rivière à Mars

À partir du lac à Mars, situé dans la réserve faunique des Laurentides, cette rivière à saumon coule sur une distance d’environ 80 kilomètres en direction de la baie des Ha! Ha!, dans le Saguenay. La rivière à Mars traverse aussi un territoire boisé compris dans la Zone d’exploitation contrôlée Mars-Moulin avant d’atteindre l’arrondissement de La Baie de la ville de Saguenay. Un centre de plein air, établi à une dizaine de kilomètres de son embouchure, permet de pratiquer la pêche à la mouche tout en admirant une muraille rocheuse qui surplombe une ligne de faille de 700 mètres de long où l’eau tourbillonne et jaillit entre d’énormes blocs de granit. On y trouve des saumons géants.

Rivière Mitis

Cette rivière qui est située dans la région du Bas-Saint-Laurent, vidange le lac Mitis, un grand plan d’eau de 25 kilomètres de longueur formé des lacs Supérieur, à la Croix et Inférieur. C’est à la source de la rivière que sont érigés le barrage Mitis et le hameau de Lac-Mitis. Coulant en direction nord, l’apport de nombreux affluents en augmente considérablement le débit.. Juste avant d’atteindre son embouchure, à la limite des municipalités de Sainte-Flavie et de Grand-Métis, près de Mont-Joli, la rivière Mitis serpente dans la municipalité de Price puis rencontre les barrages Mitis-Un et Mitis-Deux. Après une course de 74 kilomètres, elle débouche enfin dans la baie Mitis, dans le Saint-Laurent. Elle attire des touristes pour la couleur de l’eau qui devient rougeâtre en période de crues ce qui permet de bien distinguer le saumon, ce roi des rivières canadiennes.

Rivière au Renard

Prenant sa source dans les monts Chic-Chocs, en Gaspésie, la rivière au Renard s’écoule vers le nord-est sur quelques 12 kilomètres et constitue la limite nord du parc national de Forillon. Elle se jette dans l’anse de la Rivière au Renard, dans le golfe du Saint-Laurent, divisant ainsi le village de Rivière au Renard. Cette anse que ferment un brise-lames, près de la pointe Samuel, les quais publics, près de la pointe Samuel et près de la pointe au Renard, offre un havre très sûr aux petits bateaux et ou fraient un grand nombre de saumons. Quelque kilomètres plus au nord, une petite rivière sans nom est également une rivière à saumon. Remarquez que le nom de la rivière au Renard est connu des pêcheurs sportifs américains, mais il paraît sur certaines cartes en anglais : Fox River.2- Cette rivière est renommée pour la clarté de l’eau et la possibilité de bien voir le saumon même dans les profondeurs.

… On a déjà dit et on peut répéter que l’on retrouve plus de cent dix rivières à saumon au Québec, situées par la plupart sur le littoral maritime du Saint-Laurent, les unes plus belles que les autres, attirantes et accueillantes et qui vous attendent avec impatience.

En résumant, dirons que la sensation d’avoir un bon spécimen de saumon au bout de sa ligne est indescriptible et un grand nombres des mordus de la pêche prennent la décision de voyager au Canada afin de mesurer leurs forces avec ce poisson hautement combatif, vivre des sensations fortes et découvrir au même temps les plus beaux paysages québécois. Remarquez qu’il ne faut pas être expérimenté pour apprécier les plaisirs de la pêche au saumon au Canada, le pays qui possède le plus grand nombre de rivières à saumon.

Rivière au saumon, Photo de GrandQuebec.com.
Rivière au Saumon en Estrie, à la hauteur du parc municipal Walter-Mackenzie. Photographie de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *