Villes et villages

Roberval

Roberval

Ville de Roberval

La Ville de Roberval, la seule ville de la région du lac Saint-Jean située directement en bordure du lac, compte environ 11 mille Robervaloises et Robervalois. La ville de Roberval recouvre une superficie de 168 kilomètres carrés. Roberval fait partie de la région administrative du Saguenay–Lac-Saint-Jean et de la municipalité régionale de comté le Domaine-du-Roy.

C’est le lac Saint-Jean en frôlant le centre-ville de Roberval, qui assure à la ville et à ses habitants la prospérité économique et une qualité de vie exceptionnelle, ainsi que des services adaptés pour rendre le quotidien agréable à ses visiteurs été comme hiver.

La ville porte le nom du premier lieutenant général de la Nouvelle-France, Jean-François de La Rocque, sieur de Roberval. D’abord, c’est le canton de Roberval qui est constitué en 1857 après son détachement du canton de Ouiatchouan, mais la ville a été fondée en 1859, l’année de l’achat par Thomas Jamme du domaine de Jacob Duchesne. Ce domaine incluait une maison résidentielle, un moulin à farine et une scierie, située sur la rivière Ouiatchouanish. Thomas Jamme et ses compagnons Prime Thibeault et Célestin Boivin fondent un site industriel et sont donc considérés comme les fondateurs de la ville de Roberval. À l’époque, le canton comptait 250 résidents.

La ville grandit grâce à l’exploitation forestière, et avec le chemin de fer qui la relie au reste du Québec en 1888, commence une période d’essor économique. Le premier hôtel Roberval et la construction par Scott d’un nouveau moulin à scie ont marqué les débuts des temps nouveaux. Puis, on y ouvre un sanatorium, l’hôpital Sainte-Élisabeth, un couvent et plusieurs autres institutions.

Aujourd’hui, Roberval est une ville de petite taille, une ville très verte avec de belles maisons, une multitude de parcs, des paysages exceptionnels et des activités touristiques dont certaines ont une renommée internationale.

D’ailleurs, les Robervalois ne souffrent pas du stress dû au trafic et le taux de criminalité est très bas. Roberval est une localité assez intéressante comme choix d’installation pour de nouveaux immigrants. Cependant, il faut admettre que la ville voit son développement compromis par le processus de dépeuplement propre aux régions–ressources du Québec. Plusieurs jeunes quittent la ville pour continuer leurs études supérieures ailleurs.

Nul doute, le développement économique de Roberval sera basé sur l’industrie touristique.

Rappelons que depuis 1955, on célèbre annuellement un grand événement international La Traversée du Lac-St-Jean à la nage, considéré comme l’une des plus dures épreuves sportives au monde.

Canton de Charlevoix

Sur la rive sud du lac Saint-Jean, ce canton a été nommé en l’honneur du père Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1682-1761), professeur d’humanités et de philosophie, procureur à Paris des missions des Jésuites et maître historien. Il séjourna en Nouvelle-France de 1705 à 1709, puis de 1720 à 1722. De retour en France, il rédigea une « Histoire et description générale de la Nouvelle France », publiée en 1744, grand ouvrage en trois volumes considéré comme une création originale, nom comme une refonte d’ouvrages historiques antérieurs.

On lui doit également une « Histoire de l’île Espagnole ou de Saint-Domingue (1730-1731), une « Histoire du Paraguay » (1756) et une « Vie de la mère Marie d’Incarnation » (1724). Le canton identifié par son nom est constitué d’une partie élevée au sud et d’une frange plus basse, habitée et longeant le lac Saint-Jean. La rivière Ouitchouan coupe ces deux régions et se jette dans l’Anse, à l’ouest de la pointe de Chambord. C’est sur la rive ouest de cette rivière que se trouve le site historique de Val-Jalbert. Proclamé en 1871.

Rivière Ouananiche

La rivière Ouananiche court sur 7 km et arrose le territoire de la ville de Roberval. Elle décharge les lacs Brassard et des Soeurs, coule vers l’est et se déverse dans le lac Saint-Jean, 2 km à l’ouest du site historique de Val-Jalbert. L’attribution de cette appellation à la rivière remonterait au début du XXe siècle. Le plan du canton de Roberval, de 1915, indique R. Onaniche. Lors de son voyage au lac Saint-Jean, en 1647, le père jésuite Jean de Quen devient le premier homme blanc à découvrir la ouananiche, un salmonidé d’eau douce, le Salmon salar ouananiche, alors appelé huananiche par des Montagnais. Le mot ouananiche dériverait en fait de cette expression d’admiration provenant des mots « huan », vouez il est là, et « itche », petit, que l’on pourrait traduire par « voyez il est là le petit poisson ». Des écrits indiquent deux autres étymologies possibles, soit « le petit égaré » ou encore, Égaré en dehors de son milieu ».La pêche sportive, l’édification de barrages et la pollution industrielle ont pratiquement éliminé la ouananiche, que plusieurs qualifient de plus beau joyau des eaux du lac Saint-Jean.

Adresse de la Ville de Roberval :

851, boulevard Saint-Joseph
Roberval
G8H 2L6

Téléphone : 418 275 0202

Site internet de la Ville de Roberval : ville.roberval.qc.ca.

vue areienne de roberval

dVue aérienne de Roberval. ource de la photographie : Ville de Roberval

village sur glace de roberval

Village de glace de Roeberval. Source  : Ville de Roberval

Voir aussi :

2 Comments

  1. Yvonne Blouin-Pouliot dit :

    J’aimerais connaître le nom du père à Jacques Amyot et le nom de sa mère. Il serait parent avec mon mari John Pouliot par l’entremise des Larochelle de St-Michel-de-Bellechasse. Je sais que sa date de naissance est le 13 novembre 1924.

    Merci.

  2. Jean-Louis Boutin dit :

    J’ai un oncle  »Henri Doucet » qui est décédé le 10 juillet 1982 à l’hôpital psychiatrique Sainte Élisabeth.
    J’aimerais savoir où pourrait-il être inhumé.

    Merci.

    Jean-Louis Boutin
    Plessisville

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *