Villes et villages

Val-des-Monts

Val-des-Monts

Municipalité de Val-des-Monts

La municipalité de Val-des-Monts est située au cœur de la Municipalité régionale de comté des Collines-de-l’Outaouais, au nord de la ville de Gatineau et fait partie de la région administrative de la l’Outaouais. Constituée civilement le 1er janvier 1975, cette municipalité regroupe plus de 12500 Montvaloises et Montvalois qui vient sur un vaste territoire de plus de 480 kilomètres carrés.

Les premiers colons s’établissent sur ce territoire au cours du XIXe siècle. Ces valeureux pionniers défrichent et colonisent  la région qui est très riche en lacs, rivières et en ressources naturelles. Les terrains ont été concédés aux colons ce qui leur a permis de construire leurs maisons et développer l’agriculture. Pourtant, au début, la population locale travaillait par la plupart dans l’exploitation forestière et dans les mines.

Au fil des ans, les bâtisseurs ont construit chemins,  moulins, ponts, scieries, fromageries, églises, bureaux de postes, magasins généraux, écoles de rang, boutiques de forge. Déjà à l’aube du XXe siècle,  un grand nombre d’amateurs de chasse et de pêche fréquentaient ces endroits, dont de nombreux touristes américains.

Trois villages ont été fondés à l’époque sur ce territoire, soit Saint-Pierre-de-Wakefield, Poltimore et Perkins. Le 1er janvier 1975, ces villages ont fusionné pour former l’actuelle municipalité de Val-des-Monts, et sont devenus ses secteurs. Ce processus a été initié et réalisé par le ministère des Affaires municipales du Québec, sous l’égide du ministre Victor Goldblooms.

Depuis, la municipalité a connu une importante croissance. Aujourd’hui, son territoire comprend un réseau routier municipal de plus de 270 kilomètres. On y trouve plusieurs infrastructures communautaires et de loisirs, dont un aréna, deux rampes de mise à l’eau, une plage publique, trois bibliothèques, des parcs de rouli-roulant, des structures de jeux pour enfants, des patinoires extérieures, des terrains de balle, des terrains de soccer ainsi que des salles communautaires.

Val-des-Monts se situe à quelques minutes de l’agglomération urbaine d’Ottawa-Gatineau, mais c’est un milieu caractérisé par un environnement rural féérique fier de ses attraits touristiques, patrimoniaux et culturels.

Des attraits touristiques de Val-des-Monts, citerons les suivants :

  • Cabane à sucre Beauregard : 1884, montée Paiement, Val-des-Monts.
  • Camp Sugar Cheslock : 224, chemin de la Savane, Val-des-Monts.
  • Caverne Laflèche – Arbraska Laflèche : 255, route Principale, Val-des-Monts.
  • Aventure Nordick Inc. : 85, chemin de la Perdrix, Val-des-Monts.
  • Les Chalets du Domaine McGregor : 117 chemin du Domaine.
  • L’Association des motoneigistes de l’Outaouais (AMO).

Caverne Lafleche

Située à moins de 30 kilomètres au nord de Gatineau et à 10 km à l’est de Wakefield, la caverne Laflèche a son entrée naturelle sur le flanc d’une colline, à l’ouest et tout près du lac Armida. Découverte par un trappeur, en 1865, elle fut aménagée et exploitée à des fins touristiques, de 1923 à 1973. Littéralement pillée et saccagée, elle fut abandonnée jusqu’au moment où, en 1985, la municipalité de Val-des-Monts en devint propriétaire. À la suite du dépôt d’un plan d’aménagement par la Corporation de la caverne Laflèche, le public devrait y avoir accès de nouveau. Cette entité naturelle tire son nom de Zéphyr Laflèche, propriétaire du terrain où la caverne est située. Désignée ainsi officiellement en 1968, la caverne Laflèche avait reçu d’autres dénominations dont Armida et Wakefield et surtout Pélissier, nom d’un pionnier de Wakefield qui a découvert cette grotte, généralement à sec et dont le réseau total fait environ 400 mètres de couloirs dans les roches calcaires.

Lac Maria-Goretti

Le lac Maria-Goretti est enclos dans les limites de la municipalité de Val-des-Monts, dans l’Outaouais, à environ 25 km au nord de la ville de Gatineau. L’Italienne Maria Goretti doit travailler très jeune afin d’aider sa mère chargée d’une famille nombreuse. Elle meurt assassinée, en 1902, à l’âge de 11 ans. Martyre, elle est canonisée le 25 juin 1950, en présence de sa mère Asunta, et de son frère Angelo. C’est en 1950 que le père oblat Albert Goyer (1901-1976), de la paroisse de Notre-Dame-de-Grâce, à Hull (Gatineau), propose le nom Maria-Goretti pour désigner ce lac parce que, paraît-il, l’eat de cette étendue d’eau serait pure !

Village de Saint-Pierre-de-Wakefield

Maintenant intégré dans la communauté urbaine de l’Outaouais, ce village se trouve à une trentaine de kilomètres au nord de la ville de Gatineau, un peu au sud du lac Saint-Pierre. Il porte le nom d’une paroisse, d’abord desservie par voie de mission de 1855 à 1898, date de son érection canonique. Le nom rappelle le premier desservant et curé, l’abbé Pierre-Dussere Telmon. Saint-Pierre est le nom qui paraît sur le plan d’arpentage du canton de Wakefield de 1879. De 1874 à 1900, le bureau de poste local s’appelait Pélissier, en l’honneur de l’un des premiers colons devenu plus tard maire de la municipalité de Wakefield-Partie-Est, érigée en 1893. Une petite nappe d’eau et un ruisseau du secteur portent toujours le nom officiel de Pélissier.

En 1917, était constituée la municipalité du village de Wakefield, ce qui n’empêcha pas Saint-Pierre-de-Wakefield, nom de la paroisse, de servir dans l’usage à désigner l’ensemble des deux territoires municipaux.. À partir de 1900, le bureau de poste avait pris lui aussi cette même désignation paroissiale. Depuis 1975,, ces municipalités ont fusionné avec Perkins et Portland-Ouest pour former la nouvelle entité municipale de Val-des-Monts.

Village de Perkins

Le village de Perkins se trouve à environ 25 km au nord-est de la ville de Gatineau. Il a connu son premier développement à l’époque où l’industrie du bois était en plein essor dans la région de l’Outaouais. En 1845, en effet, John Adams Perkins, entrepreneur forestier, s’établissait près d’un affluent important de la rivière Gatineau, la rivière Blanche y organisait la drave et construisait une scierie. Une mission, fondée en 1851 sous l’appellation de Saint-Antoine-de-Padoue, sera érigée canoniquement en paroisse en 1887. Faisant jusqu’alors partie de la municipalité du canton de Templeton, établie en 1845, le territoire se détachera et portera le nom de Templeton-Nord, de la fin de 1908 jusqu’à 1960. Perkins, qui désignait le village et le bureau de poste depuis 1866, deviendra le nouveau nom de la municipalité jusqu’en 1975, alors qu’une fusion de municipalités voisines entraînera la désignation actuelle de Val-des-Monts. Dans l’usage populaire, Perkins sert toujours à nommer le village tandis qu’un petit centre de villégiature, installé sur les bords du lac Bataille, porte le nom de Perkins-sur-le-Lac.

Coordonnées de la municipalité de Val-des-Monts :

1, route du Carrefour
Val-des-Monts
J8N 4E9

Téléphone : 819 457-9400.

Site Web de Val-des-Monts : val-des-monts.net.

Caverne Laflèche
Caverne Laflèche. « Maintenant que nous connaissons la caverne, examinons plus en détail ceux qui l’habitent et lui donnent la vie et le mouvement. » (Tristan Corbière Les amours jaunes). Photographie libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *