Villes et villages

St-Robert-Bellarmin

St-Robert-Bellarmin

Municipalité de Saint-Robert-Bellarmin

La municipalité de Saint-Robert-Bellarmin, constituée en 1949, se déploie sur un vaste territoire de près de 235 kilomètres carrés, mais la population de St-Robert-Bellarmin est seulement d’environ 650 Bellarminoises et Bellarminois. La municipalité se trouve dans la région administrative de l’Estrie, faisant partie de la Municipalité régionale de comté du Granit. La municipalité se trouve à 115 kilomètres de Sherbrooke, tout près de la frontière avec les États-Unis.

Autrefois, Saint-Robert-Bellarmin était connu comme Sainte-Rufine, une mission religieuse, créée en 1907 par des colons originaires de la Beauce.

Le nom actuel de la municipalité honore la mémoire du cardinal italien Robert Bellarmino, elle l’obtient au moment de la constitution canonique de la paroisse de Saint-Robert-Bellarmin, en octobre 1944.

Côté économie, on trouve sur le territoire de Saint-Robert-Bellarmin pas moins de 700 mille érables à sucre, situés sur les terrains appartenant au ministère des Ressources naturelles et sur les terrains privés. C’est un lieu propice pour y pratiquer la chasse au chevreuil. Quant aux plans d’eau, l’Étang-du-Loup et le lac Émilie sont à proximité.

Historique de Saint-Robert-Bellarmin

Le territoire de cette municipalité qui occupe l’extrémité nord-est de la MRC du Granit, dans la région administrative de l’Estrie, a été formé à même les cantons de Marlow et de Risborough. À égale distance de Saint-Gédéon, au nord et de Saint-Ludger, à l’ouest, dont elle est éloignée d’une douzaine de kilomètres, Saint-Robert-Bellarmin est bornée dans sa partie sud par la frontière qui sépare le Québec du Maine.

La rivière et le ruisseau du Loup constituent les deux cours d’eau les plus importants de l’endroit. Étendue montueuse, le territoire de Saint-Robert-Bellarmin est dominé par le mont Sandy Stream qui s’élève à 950 m. En 1907, on projetait d’ouvrir ce territoire en mission sous le nom Sainte-Rufine, alors que le curé de Saint-Ludger desservait les résidents. Vers 1929, plusieurs chômeurs s’installent sur des lots qui font partie aujourd’hui de Saint-Robert-Bellarmin, transféré à la municipalité officiellement établie en 1948. Celle-ci est issue de Saint-Gédéon et de la municipalité des cantons unis de Risborough-et-Partie-de-Marlow, devenue municipalité de Risborough, en 1922.

Saint Robert Bellarmin, en italien Roberto Bellarmino, est né en 1542 et mort en 1621. Ce jésuite, originaire de Montepulciano en Toscane, enseigne d’abord la théologie au collège des Jésuites de Louvain avant d’être nommé professeur au collège Romain en 1576. Ce cardinal (1599) sera nommé archevêque de Capoue en 1602 et deviendra docteur de l’Église en 1931. Auteur de plusieurs oeuvres, le Grand et le Petit Catéchisme, demeurent ses ouvrages les plus connus. On peut croire que sa canonisation (1930) ait pu inciter les autorités ecclésiastiques d’alors à opter pour ce saint lors de l’adoption du nom paroissial.

Alors que la dénomination courante abrégée n’a retenue que Saint-Robert, les autorités municipales locales des citoyens, Bellarminois, à partir du second membre de l’appellation de la municipalité. L’endroit ne compte qu’une seule ferme et les habitants travaillent majoritairement à Saint-Gédéon et dans les localités voisines. La coupe du bois, l’exploitation de quelques érablières et la chasse au chevreuil constituent les activités dominantes des Bellarminois. Quelques espoirs du côté minier ont été suscités par des forages effectués entre 1982 et 1984.

Coordonnées de Saint-Robert-Bellarmin :

10, rue Nadeau
Saint-Robert-Bellarmin
G0M 2E0

Téléphone : 418 582 3420

Site Internet de Saint-Robert-Bellarmin : st-robertbellarmin.qc.ca.

Saint-Robert-Bellarmin

Les environs de St-Robert-Bellarmin. Photo © Tous droits réservés : Carol Proulx.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *