Villes et villages

Ville de Saint-Hyacinthe

Ville de Saint-Hyacinthe

Ville de Saint-Hyacinthe dans la région de la Montérégie

La ville de Saint-Hyacinthe, une ville regroupant environ 52 mille Maskoutaines et Maskoutains, s’étire sur une superficie de près de 190 kilomètres carrés dans la région administrative de la Montérégie, Municipalité régionale de comté Les Maskoutains.

Saint-Hyacinthe est situé à 60 kilomètres de Montréal et est réputé pour la richesse de ses terres. La région de Saint-Hyacinthe est traversée par la rivière Yamaska et la ville de Saint-Hyacinthe en constitue le cœur.

La naissance de la ville date de 1748, l’année où Pierre-François Rigaud de Vaudreuil reçoit du roi de France Louis XV, la seigneurie Maska comme récompense pour ses bons et loyaux services. Le territoire était situé en pleine forêt, des deux côtés de la rivière Yamaska, et le marquis de Vaudreuil le vend cinq années plus tard à Jacques-Hyacinthe Simon Delorme.

Toutefois, le nouveau propriétaire ne vient à sa seigneurie qu’en 1757 et c’est cette année-là que les premiers colons s’y établissent. Un siècle plus tard, en 1849, Saint-Hyacinthe est constituée en municipalité de Village, trois ans plus tard en municipalité de Ville, et en 1857 en Cité.

En 1947, la municipalité du village de Douville est constituée, où une maison de retraite fermée a été ouverte par les dominicains, l’année suivante. Le village de Douville est incorporé en ville en 1967, mais le19 novembre 1975, les municipalités de La Providence, Saint-Joseph, Douville et Saint-Hyacinthe se regroupent sous le nom de cette dernière.

C’est l’industrie agroalimentaire qui occupe une place primordiale dans l’activité économique de la région et la ville porte avec fierté le titre de capitale de l’agroalimentaire au Québec. Il existe dans la ville un grand parc scientifique axé sur le secteur agroalimentaire, ainsi qu’un Centre de la nouvelle économie – CNE et une nouvelle Cité de la biotechnologie.

Les nouveaux arrivants au Québec apprendront avec intérêt qu’aujourd’hui, la MRC Des Maskoutains est la MRC qui possède le plus grand nombre d’exploitations agricoles au Québec.

Adresse physique :

700, avenue de l’Hôtel-de-Ville
Saint-Hyacinthe

Adresse postale :

C. P. 10
Saint-Hyacinthe
J2S 5B2

Téléphone : 450-778 8300

Site internet officiel de la ville de Saint-Hyacinthe : ville.st-hyacinthe.qc.ca.

Site touristique de Saint-Hyacinthe : tourismesainthyacinthe.qc.ca contient des renseignements fort intéressants, très agréable, facile d’orientation et plaisant pour la navigation.

Sainte-Rosalie

À 10 km à l’est de Saint-Hyacinthe, dans la MRC des Maskoutains, entre Saint-Siméon au nord, est Saint-Dominique, au sud, en Montérégie, se situe l’ancienne municipalité de la paroisse de Sainte-Rosalie, aujourd’hui secteur de Saint-Hyacinthe. Sainte-Rosalie se trouve à peu de distance à l’est de la rivière Yamaska.

Les Rosaliens doivent leur gentilé, d’abord à la paroisse primitive érigée canoniquement en 1832 et civilement en 1835, laquelle tire son appellation de sainte Rosalie, vierge palermitaine, d’origine grecque, qui aurait vécu dans une grotte du mont Pellegrino (Pellegrin), situé au nord-ouest de Palerme en Sicile. Décédée vers 1160, son corps n’aurait été retrouvé dans une grotte qu’en 1624. On l’honore comme la patronne de Palerme. Le territoire paroissial a été formé des Deuxième, Troisième, Quatrième et Cinquième Rangs de la seigneurie de Saint-Hyacinthe. Cependant, quelques spécialistes estiment qu’on voulait surtout rendre hommage à certaines femmes des familles Papineau et Dessaulles, prénommées Rosalie. D’abord, la mère de Louis-Joseph Papineau (1786-1871), président de la Chambre d’assemblée du Bas-Canada de 1815 à 1837, avait pour nom Rosalie Cherrier. De plus, Marie-Rosalie Papineau, sœur de Louis-Joseph, était l’épouse de Jean Dessaulles, propriétaire des seigneuries Dessaulles et de Saint-Hyacinthe à l’époque de la formation de la paroisse ; Sainte-Rosalie relevait à ce moment-là de la seigneurie de Saint-Hyacinthe.

Jean Dessaulles a entre autres fonctions rempli celle de député de Richelieu (1816-1830) et de Saint-Hyacinthe (1830-1832) à la Chambre d’assemblée de la province du Bas-Canada. Enfin, Rosalie Dessaulles, fille de Jean-Dessaulles et de Marie-Rosalie Papineau, épousera le politicien Maurice Laframboise (1821-1882). D’abord érigée en 1845, la municipalité de la paroisse de Sainte-Rosalie sera abolie en 1847 et deviendra partie de la municipalité du comté de Saint-Hyacinthe. Elle sera rétablie en 1855.

Hameau de Point-du-Jour

Le hameau de Point-du-Jour occupe en partie le territoire de la municipalité de Saint-Thomas-d’Aquin, à l’est de Montréal, soit à environ 5 km au nord de Saint-Hyacinthe. Il a pris le nom du rang où il s’est implanté et qui a accueilli ses premiers colons à la fin du XVIIIe siècle. Le toponyme Rang Point-du-Jour, qui paraît sur un document cartographique de 1794, s’inspire de l’emplacement du rang dans la partie est de la seigneurie Saint-Hyacinthe, du côte du soleil levant. Au milieu du XIXe siècle, à la suite d’une révision cadastrale, cette partie de la seigneurie a également pris le nom de Rosalie. Des lieux désignés Point-du-Jour se rencontrent assez fréquemment dans la toponymie de la France. On relève cette dénomination sous la forme de Pointe-du-Jour dans des documents anciens.

Saint-Hyacinthe

Photo : Parc des Salines à Saint-Hyacinthe. Photo libre de droit.

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *