Villes et villages

Shawville et Clarendon

Shawville et Clarendon

Municipalité de Shawville et municipalité de Clarendon

La municipalité de Shawville est située dans la région administrative de l’Outaouais et fait partie de la Municipalité régionale de comté de Pontiac. La superficie totale de la municipalité est de 5,4 kilomètres carrés et pas moins de 1600 Shawvillites y habitent.

Le territoire de la municipalité de village de Shawville, une municipalité outaouaise, est entièrement enclavé dans celui de la municipalité du canton de Clarendon, à 30 km au sud-est de Fort-Coulonge. À la fin des années 1860, un groupe de citoyens de Clarendon Centre, sous la direction de James Shaw, se séparent de la municipalité du township de Clarendon. Bien que l’on ait songé à dénommer le nouvel établissement Daggville, du nom d’une famille pionnière, on opta pour Shawville après que James Shaw eut promis de faire don de 0,8 ha de terre à la nouvelle municipalité.

Premier maître de poste de l’endroit de 1856 à 1877, James Shaw (1818-1877) arrive dans le canton de Clarendon en 1843. La municipalité de Shawville a été constituée civilement le 1er janvier 1874.

Canton de Clarendon

Proclamé en 1833, en grande partie déboisé, ce canton rural uniformément habité à son front sur la rive nord de la rivière des Outaouais, plus précisément sur le lac des Chats. Autour de Shawville, l’agglomération la plus importante, se situant à 152 mm d’altitude environ, se trouvent Sand Bay, Clarendon, Starks Corners, Radford, Yarm, Charteris et North Clarendon. Parmi les lacs en nombre modéré, se distingue le lac Green, entouré de chalets. Quelques ruisseaux descendent vers l’Outaouais. Ce toponyme, issu de la toponymie anglaise, figure sur la carte de Gale et Duberger en 1795. La municipalité de canton de Clarendon a été proclamée en 1855, et le bureau de poste a été ouvert en 1837.

La distance entre Gatineau et Clarendon est d’environ 70 km. La dénomination d’une importante localité de l’Angleterre, Clarendon Park près de Salisbury dans le Wiltshire. C’est à cet endroit qu’Henri II avait convoqué, en 1164, un concile des pairs et évêques du royaume. Il en est résulté ce que l’on a appelé les constitutions de Clarendon, qui assujetissaient le clergé à l’autorité des cours civiles. L’opposition vigoureuse manifestée par Thomas Becket à ces constitutions entraîna son assassinat dans la cathédrale de Canterbury en 1170.

À Shawville, on peut visiter le Musée d’histoire du Pontiac.hébergé dans l’ancienne gare de Shawville du Chemin de fer Canadien Pacifique. Cette gare était fermée et murée depuis des années, les services des passagers ayant été interrompus. Un comité de récolte de fonds a été donc formé afin de conserver le bâtiment pour un musée consacré à la préservation d’artefacts qui témoignaient du début du comté de Pontiac. Aujourd’hui, c’est la Société d’histoire du Pontiac (SHP) qui entretient et exploite le musée et accueille les visiteurs les fins de semaine durant l’été, à l’occasion de la fête du Canada et durant la foire de Shawville.

Hameau de Charteris

Situé dans la partie nord du territoire de la municipalité du canton de Clarendon, ce hameau est à quelques kilomètres à l’ouest du parc de la Gatineau, dans l’Outaouais. Il tient son nom du bureau de poste de l’endroit, en service de 1884 à 1970, auquel on avait attribué le patronyme Charteris. Le premier maître de poste fut Archibald Angus. Aujourd’hui, le hameau est habité par quelques familles anglophones. L’origine de ce nom de lieu est incertaine. Il est possible qu’on ait voulu ainsi honorer Français Charteris, dixième comte de Wemyss et March, qui fut notamment aide de camp de la reine Victoria.

Lac des Chats

D’une superficie de plus de 77 km2, long de 43 km et large de 3,1 km, cet élargissement de la rivière des Outaouais se trouve à 50 kilomètres à l’ouest de la ville de Gatineau. Il existe plusieurs hypothèses sur l’origine de ce nom : nombreuses roches qui égratignent les canots des voyageurs (selon le chevalier de Troyes, en 1686), chats sauvages peuplant les forêts environnantes, quenouilles ressemblent à des queues de chats et qui auraient poussé sur les rives du lac, rapides en forme de griffes et même nom populaire anglais désignant un insecte de la région.

En 1613, Samuel de Champlain entra dans ce lac à l’occasion d’un voyage d’exploration. Comme le reste de la rivière des Outaouais, le lac devient rapidement une route d’accès vers les fourrures des Pays-d’en-Haut (bassin des Grands Lacs), de l’Ouest et de la baie James. Le chevalier de Troyes l’empruntera d’ailleurs en 1686 pour réduire au silence les forts anglais de la baie James. Denonville indique seulement « Les chats », dans un manuscrit de 1686. Un petit poste de traite, secondaire ou saisonnier, sera construit dans la région du lac en 1798. La Compagnie du Nord-Ouest et la Compagnie de la Baie d’Hudson y seront actives jusqu’au déclin du poste, au début des années 1830. Il sera abandonné en 1837.

Hameau de Radford

Situé dans la région de l’Outaouais, le hameau de Radford est implanté sur le territoire de la municipalité de Clarendon, près de Shawville, à 7 km à l’est de la partie sud de l’île du Grand Calumet. En 1827, James Prendergast, désireux de favoriser le peuplement du canton de Clarendon, s’assure d’abord les services d’un instituteur, John Mailand. Par un concours de circonstances, il réussit ensuite à y attirer le capitaine Walter Radford (1790-1858), célibataire anglais, ingénieur de l’armée à la retraite et constructeur de moulins. En raison de ses nombreuses années de service militaire, Radford obtient gratuitement du gouvernement 283 ha de terre dans ce canton. En 1831, il s’installe à l’endroit même où se trouve le hameau, auquel on allait attribuer son noms lors de son décès, et y construit un moulin à farine et une scierie. Homme pacifique reconnu pour son sens de la justice, il acquit une grande notoriété auprès de ses concitoyens. Il bâtit un dernier moulin à farine en 1851. En 1990, le hameau de Radford comptait une trentaine d’habitants.

Hameau Murrell

Le hameau de Murrell, situé à 3 km à l’est de la pointe sud de l’île du Grand Calumet, dans la MRC de Pontiac, est implanté dans la municipalité de Clarendon. Les habitations longent la route nationale numéros 8, à proximité du ruisseau à Prendergast, affluent de la rivière des Outaouais. Murrell rappelle une famille de pionniers qui s’est établie, en endroit. C’est en effet le 10 octobre de cette année-là que Thomas Murrell achète 80 ha de terre de la Couronne, dans le Cinquième Rang du canton de Clarendon. Entre 1908 et 1913, un bureau de poste connu sous l’appellation de Murrels a desservi la petite communauté.

Coordonnées de Shawville et de Clarendon :

Adresse physique de Shawville:

350, rue Main
Shawville

Adresse postale de Shawville:

C. P. 339
Shawville
J0X 2Y0

Téléphone : 819 647-2979.

Adresse physique de Clarendon :

C427, route 148
Clarendon

Adresse postale de Clarendon :

C. P. 777
Shawville
J0X 2Y0

Téléphone : 819 647-3862.

La rue Main de Shawville au début du XXe siècle. Photographie libre de droits.
La rue Main de Shawville au début du XXe siècle. Photographie libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *