Villes et villages

Schefferville

Schefferville

Ville de Schefferville

La ville de Schefferville s’étend sur une superficie de 39 kilomètres carrés. Elle se trouve dans la région administrative de la Côte-Nord et fait partie de la municipalité régionale de comté de Caniapiscau. Aujourd’hui, la population de Schefferville est de moins de 250 Scheffervilloises et Scheffervillois.

La ville de Schefferville est née en 1947, quand les premières installations permanentes de prospection y sont construites. Deux années plus tard, en 1949, l’Iron Ore Company of Canada commence l’exploitation minière de la région du Lac Knob, à proximité de la future ville de Schefferville et en 1955, la ville de Schefferville est constituée civilement.

Dans les années 1960, deux autres compagnies, la Québec Cartier Mining et la Sidebec-Normines ouvrent des mines dans la région. L’exploitation minière a été la clé de l’économie régionale.

En 1982, la Compagnie I.O.C. cesse ses activités à Schefferville. À la suite de cette décision, presque tous les citoyens de la ville sont partis. Si le recensement de 1980 a montré qu’il y avait à l’époque 3 270 résidents, vers la fin des années 1980 il ne restait que 130 blancs ainsi qu’une petite communauté indienne.

Aujourd’hui, il existe toujours une communauté amérindienne dans la région de Schefferville. Suite à la naissance de la ville, les Innus (Montagnais) s’établissent à proximité, à Matimekush-Lac John et les Naskapis s’installent à Schefferville en juin 1956, notamment à Knob Lake. Plus tard, en 1962, ils s’installent aussi au Lac John. En 1978, à la suite des dispositions de la convention du Nord Est québécois, le village de Kawawashikamach est établi sur les rives du lac Matemace, tout près de Schefferville.

Schefferville pourrait se développer si on y installe des infrastructures touristiques et des pourvoiries, le tourisme extrême et d’autres activités pourraient y prospérer.

En outre, plusieurs projets majeurs de développement minier sont en train de se concrétiser notamment l’implantation d’une nouvelle compagnie minière qui désire exploiter le fer, New Millenium.

Le développement de Caniapiscau est intimement lié à l’industrie minière. On peut visiter le site minier de Schefferville, exploité par la minière IOC jusqu’en 1982, qui fait découvrir un paysage lunaire caractérisé par de profondes fosses aux couleurs des minéraux.

Une visite à la cabane de Burnt Creek s’impose. C’est la première construction permanente de Schefferville où la décision de commencer l’exploitation minière de la région fut signée le 27 juillet 1947. On peut aussi visiter la communauté innue de Matimekush-Lac John ainsi que Kawawashikamach où résident des Naskapis.

On peut également voir à Schefferville le Guest House, une auberge ayant accueilli entre autres personnalités sa Majesté la reine Élisabeth II et le Prince Philip.

Fait historique : résidant au Guest House lors d’un voyage de pêche, Maurice Duplessis, premier ministre du Québec, y décède.

Lac Knob

À environ 500 km au nord de Sept-Îles, s’étend le lac Knob au bord duquel a été érigée la ville de Schefferville. L’ancien site minier situé sur la rive du lac portait le nom de Knob Lake. Le lac Knob couvre une superficie de 1,7 km carrés et est doté d’une hydrobase. En usage depuis 1945, le spécifique anglais Konb signifie « bosse » protubérance ». Il est probable que le toponyme fasse allusion à la butte d’où était tiré le minerai de fer.

Lac La Miltière

Ce petit lac de 2,8 km carrés est situé au nord-ouest de Schefferville. Il se déverse au nord dans la rivière Swampy Bay, affluent de la rivière Caniapiscau. L’appellation a été adoptée en 1950 mais ce lac était indiqué sur une carte de 1947 sous le nom de McDonald ; on a procédé au changement car on dénombrait plus de dix lacs de ce dernier nom au Québec. Une petite étendue d’eau sur le parcours de la rivière Broadback, dans le secteur du lac Assinica, porte par ailleurs le nom de Lac La Milletière depuis 1953. Le nom La Milletière, orthographié aussi La Miltière, rappelle deux frères qui faisaient partie de l’armée de Montcalm peu avant la chute de la Nouvelle-France. Gabriel-François Dubois, chevalier de La Milletière était lieutenant de la compagnie de Cléricy, dans le régiment de Languedoc en 1758. Il a poursuivi ensuite sa carrière militaire en France, où on le retrouve major en 1784. Quant à Honoré Dubois de La Milletière, également lieutenant dans le même régiment en 1757, il était le gendre de Philippe-Thomas Chabert de Joncaire, chargé d’un fort français à Niagara. C’est là qu’ils furent tous deux faits prisonniers par les Agniers en juin 1759. Il semble qu’Honoré Dubois soit demeuré ou revenu en Amérique car il est décédé à New York en 1778.

Coordonnées de Schefferville :

C. P. 1600
Schefferville
Québec
G0G 2T0

Téléphone : 418 585 2471

Site Web de Schefferville : ville-schefferville.ca.

Schefferville

Schefferville, dans la fosse du Labrador sertie de lacs, constitue un bel exemple de la trilogie de la fortune éphémère des exploitations minières en milieu nordique : chemin de ferre, terrils et ville artificielle. Vue panoramique de la ville de Schefferville. Source de l’image : Site Web de la ville.

Pour compléter la lecture :

13 Comments

  1. Renaud Jules Deschênes dit :

    Chers amis, un simple message pour relayer à Louise Charest qui fut ma première flamme en 1968 et 1969 à Schefferville. Malheureusement, nous nous sommes perdus de vue, elle est peut être morte, mais si elle est vivante, j’aimerais bien vivre la déception cruelle de la revoir question de constater que tout passe…MERCI !

  2. Michel Gagnon dit :

    J’essaie de replacer le visage de Louise Charest ,j’ai dû la connaitre,j’ai habité Schefferville de 1960-72.J’ai travaillé au « Town & Country Club » de 65@72 comme Barman au début et comme Gérant par la suite.Sûrement que nous nous sommes connu !!!

    • Brenda firth dit :

      Y a t, il quelqu, un qui se souvient de richard doyle, Ghislain Dufour,Derm McNulty, Don Goven, etc…..

  3. Éric Cyr dit :

    Bonjour. La phrase suivante sur votre site Internet ne se rapporte pas à Schefferville mais à Fermont, aussi dans la MRC de Caniapiscau:

    Une seconde mine de fer est en cours d’implantation à côté de la mine déjà existante du Mont-Wright appartenant à la Compagnie minière Québec Cartier. La nouvelle mine du lac Bloom appartient à la Compagnie minière Consolidated Thompson Iron Mines.

    Les développements miniers se poursuivent à Schefferville où un regain d’activité minière se fait sentir. Pour plus d’informations à ce sujet, vous pouvez contacter le journal Le Trait d’union du Nord à Fermont qui pourrait vous éclairer sur les nouveaux projets. Tél: 418-287-3655. Schefferville tout comme Fermont vit un boom minier.

  4. admin dit :

    Merci pour la correction, M. Cyr. On a enlevé la phrase et l’a ajouté à l’article sur Fermont.

  5. Lise Blais dit :

    Salut mon beau Michel Gagnon

  6. Renaud Jules Deschênes dit :

    Tour de Babel, Louise Charest, je ne la reverrai jamais, bon débarras, une de moins dans ce passé qu’un peu de sable efface………

  7. bernard pinault dit :

    salut Michel Gagnon heureux de savoir que tu vas bien,merci pour ton aide dans une jeunesse houleuse.Pour Lise Blais elle ét
    ait pour nous tous adolesscent d`une attirance totale.

    Bernard P

  8. Francis Couture dit :

    J’aimerais recevoir de l’information sur la croix de Schefferville.
    Historique de la croix, sa construction et si possible tout autres donnés de l’histoire de cette croix.

  9. Antonio Cormier dit :

    Je désir obtenir de l’information sur la croix de Schefferville. L’Historique de la croix, sa construction et autres données de l’histoire de cette croix. L’année de la construction. Qui à construit la croix, en quelle année elle fut construite etc. etc.
    Vous remerciant à l’avance pour votre bienveillante attention à ce sujet.

    Antonio Cormier

  10. Lebel dit :

    J’ai travaillé a Shefferdville a 2 occassions. La première quand j’avais 18 ans. Je travaillais dans la mine comme manoeuvre.
    Quand on ne travaillait pas sur la track ( QS&L) l’hivers on partait travailler dans la mine de Shefferdville. Par la suite j’y suis retourné comme musicien a l’hôtel le royalje crois. Il y avait un bar attenant au piano bar ou je jouais. Ce bar s’appelait le trappeur. Il y avait Raymond le barman ( Un grand slack fort sympathique que j’ai revu a l’auberge des cascades ) et des kaouishs et quelques blancs aussi qui dépensaient leurs payes en buvant de la grosses sur des tounes de Julie et des frères Duguay.Il y avait un musicien nommé André Arsenneault qui avait été laitier a Shefferdville. Auriez vous de ses nouvelles? La dernière que j’ai eu était qu’il travaillait dans le coin de Drummond. Il a eu une fille avec Aline Duchaîne aujourd’hui décédée. Peut être devrionsnousnous créer un site sur les anciens de Shefferdville? J’attends de vous lire!

  11. annie gendron dit :

    J’ai vue il y a quelques mois sur FaceBook que la fille d’Aline Duchaine recherchait son père André Arsenneault,malheureusement elle possèdait très peu d’information sur son père.

  12. Brenda firth dit :

    Moi je suis arrivé a Schefferville en 1972 sur l, avion de Québec air, ouff avec mon bébé naissant partit rejoindre mon conjoint et papa de mon bébé. Je me suis tellement ennuyé mais je me suis fait des amies , de retour en Gaspésie quelques années , j,ai connu les tempêtes de neige en septembre, et prendre le train une fois car aucun avion partait car la tempête était terrible QNSL RailAway , je me croyais dans un film western des années 40. Que de souvenirs j,y suis jamais retourné, trop peur d, être pris la bas , in the midleOf no where Mais les gens tellement sympathique…….

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *