Villes et villages

Ste-Hélène-de-Mancebourg

Ste-Hélène-de-Mancebourg

Municipalité de Sainte-Hélène-de-Mancebourg

Un peu plus de quatre cent vingt Mancebourgeoises et Mancebourgeois habitent la belle municipalité de Sainte-Hélène de Mancebourg (Municipalité régionale de comté de l’Abitibi-Ouest, Région administrative d’Abitibi-Témiscamingue), située en banlieue sud-ouest de la Ville de La Sarre, à onze kilomètres de distance de cette ville seulement, ce qui est juste assez loin pour jouir des plaisirs et des avantages de la campagne québécoise, et assez proche pour avoir accès aux activités propres aux grands centres, sans en avoir les inconvénients.

Comme le dit bien le site web de la municipalité (assez bien développé, on a vu des sites beaucoup moins élaborés de villes beaucoup plus grandes) « … étant très proche de la ville, et ce, pour le travail et/ou les activités en tout genre, il est facile d’avoir le meilleur des deux mondes !!!».

En effet, Sainte-Hélène-de-Mancebourg est un endroit paisible, calme et où il fait bon vivre, accessible en se rendant de La Sarre à Clerval, ou en allant à l’Île Népawa.

À ses débuts, cette localité se dressait dans la forêt et fut colonisée peu à peu par des colons venant des comtés Portneuf, Champlain et Bellechasse dans les années 1919, 1920, 1921. Mais ce n’était que le début de l’histoire du village. En 1941, la municipalité fut constituée officiellement.

Le maire de Sainte-Hélène-de-Mancebourg affirme avec une humour dans le site de la localité « qu’on ne sait trop quoi vous donner comme attraits touristiques, car en prêchant pour notre paroisse, il nous semble que tout est bien et beau ». Toutefois, il ne faudrait surtout pas manquer la Chapelle Notre-Dame de l’Espérance, située au coin du 4e-et-5e Rang.

La route de l’Île Népawa commence au centre du village de Sainte-Hélène… donc, la localité est l’endroit idéal pour les pêcheurs et les mordus de la nature. Pour se rendre au lac Abitibi, on doit passer par ici. L’extraordinaire beauté des lieux vous ravira.

Situé sur l’île Nepawa, en plein coeur du lac Abitibi, le Verger de l’île Nepawa est le verger situé le plus au nord au Canada. C’est un domaine non traditionnel en milieu nordique qui ouvre ses portes pour une visite ou encore pour y cueillir des trésors dont il regorge. Un nombre impressionnant de variétés de pommes ont été créés grâces aux différentes techniques de greffe pratiquées sur les pommetiers. Sur cette île au nord du 48e parallèle, vous trouverez plus de 500 arbres fruitiers fournissant de délicieuses pommes fraîches qui sont transformées en compote et en gelée.

On a déjà mentionné le site internet de la localité qui a été conçu dans le but de découvrir ce milieu de vie et d’intéresser les lecteurs à venir visiter Sainte-Hélène-de-Mancebourg. En effet, le site est accueillant, avec des parcours faciles et accessibles. Son adresse : ste-helene.ao.ca.

Coordonnées de la municipalité de Sainte-Hélène-de-Mancebourg :

451, 2e-et-3e Rang Mancebourg
J0Z 2T0

Téléphone : 819 333 5766.

Historique de la municipalité de Sainte-Hélène-de-Mancebourg

En 1912, un groupe de pionniers en provenance de Saint-Ubalde (Portneuf), Saint-Adelphe (Portneuf) et Saint-Nérée (Bellechasse) s’établissent dans la partie sud-est du canton de La Reine, à quelques kilomètres au sud de La Sarre, près du lac Abitibi, et étaient suivis d’une seconde vague en 1920-1921. D’abord desservie comme mission à partir de 1937 par le curé de Sainte-Claire-de-Colombourg, la paroisse de Sainte-Hélène-de-Mancebourg y était érigée canoniquement en 1949 et son territoire détaché de Sainte-Jeanne-de-Clerval, de Saint-Jacques-de-Dupuy et d’une partie du canton de La Sarre.

Par la suite, une municipalité de paroisse homonyme voyait officiellement le jour en 1941. Jadis connue sous l’appellation de Sainte-Hélène-de-La-Sarre, en raison de la proximité du lac La Sarre, anciennement dénnomé Mance, la municipalité célèbre le souvenir, suivant son nom actuel, de la fondatrice de l’Hôtel-Dieu de Montréal, Jeanne Mance (1606-1673), arrivée à Québec avec le sieur de Maisonneuve en 1641. L’élément « bourg » marque la présence d’un noyau de population. On a également tiré du constituant Mancebourg, retenu pour le bureau de poste en 1937, la dénomination collective Mancebourgeois qui marque le sentiment d’appartenance des citoyens à leur coin de pays. L’hagionyme Sainte-Hélène évoque sans doute la mémoire de sainte-Hélène (255?-327?), mère de l’empereur Constantin, concubine de l’empereur Constance Chlore, qui la répudie en 289. Son plus grand tire de gloire demeure l’invention, c’est-à-dire, la découverte de la croix du Christ à l’occasion d’un voyage aux Lieux Saints en 326, suivant une tradition légendaire largement répandue. On célèbre sa fête le 18 août.

Ste-Hélène-de-Mancebourg

Sainte-Hélène-de-Mancebourg. Source de la photographie : P199

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *