Villes et villages

Sainte-Euphémie-sur-Rivière-du-Sud

Sainte-Euphémie-sur-Rivière-du-Sud

Municipalité de Sainte-Euphémie-sur-Rivière-du-Sud

La municipalité de Sainte-Euphémie-sur-Rivière-du-Sud fait partie de la Municipalité régionale de comté de Montmagny, elle-même comprise dans la région administrative de Chaudière-Appalaches. Aujourd’hui, ce territoire n’est peuplé que par environ 350 Sudriveraines et Sudriverains et la municipalité s’étend sur un vaste territoire de plus de 92 kilomètres carrés.

L’histoire de la municipalité débute à la fin du 18e siècle, au moment, où les terres de la région sont arpentées et le canton d’Armagh est proclamé en 1799. Beaucoup plus tard, en 1857, le canton de Montminy est créé, dont la proclamation est suivie par celle du canton Ashburton, en 1868 (en fait, ces cantons étaient ajustés aux limites des paroisses existantes). La municipalité de Sainte-Euphémie est située à l’intersection de deux cantons, dont le rang 1 sud-ouest fait partie du canton de Montminy et les autres rangs faisaient auparavant partie du canton d’Armagh et ont ensuite été annexés au canton Montminy.

Avant l’établissement des colons, ces vastes territoires étaient fréquentés par des Amérindiens, et les premiers occupants non-autochtones de la municipalité actuelle de Ste Euphémie, originaires d’Armagh, de St-Pierre et d’autres paroisses voisines, s’y implantent vers 1850. En fait, il y avait deux voies d’accès dans le territoire: la route des Anglais, ainsi nommée parce que cette route fut ouverte donner l’accès à ces terres aux arpenteurs qui marquaient la frontière entre le Canada et les États-Unis (aujourd’hui, c’est la route 283) et la route de St-Pierre.

En 1871, la paroisse de St-Paul est érigée et la municipalité actuelle de Ste-Euphémie y fait partie. Comme l’accès à l’église paroissiale de St-Paul était difficile et que la pratique religieuse était assidue, les gens de Ste-Euphémie demandent alors à avoir une église bien à eux. Il y eut une contestation vive au point où on menace même de devenir protestants si l’on ne peut pas avoir une paroisse catholique avec une église proche de chez les résidents.

Le temps s’école et, finalement, en 1907, l’évêque de Québec permet la création de la nouvelle paroisse qui est érigée le 20 juillet 1907. L’abbé Welstan Proulx en sera le premier curé. Le père Proulx choisit le nom de sa mère comme nom de la nouvelle paroisse (ce nom honore également la sainte Euph.mie de Chalcédoine), mais le nom officiel en sera un nom de Municipalité du canton d‘Armagh Partie Est jusqu’en 1911, où la municipalité est rebaptisée Ste-Euphémie, sur-Rivière-du-Sud (le 24 mars 1911). Ce nom un peu encombrant sera modifié et deviendra Sainte-Euphémie-sur-Rivière-du-Sud, le 15 mars 1969.

Ste Euphénie

Église de Sainte-Euphémie, au 251 Rue Principale. Auteur : Pascal Duchesne

Coordonnées de Sainte-Euphémie-sur-Rivière-du-Sud :

Sainte-Euphémie-sur-Rivière-du-Sud
Québec
G0R 2Z0

Téléphone : 418 469-3427

Site Web de Sainte-Euphémie-sur-Rivière-du-Sud : sainte-euphemie.qc.ca.

Historique de la municipalité de Sainte-Euphémie-sur-Rivière-du-Sud

Détachée de Saint-Paul-de-Montminy et de Saint-Cajetan-d’Armagh, la paroisse de Sainte-Euphémie, implantée dans la MRC de Montmagny, était fondée en 1907, bien qu’érigée canoniquement seulement en 1917. Elle allait donner son nom à la municipalité de Sainte-Euphémie-sur-Rivière-du-Sud en 1911, celle-ci ayant été érigée en 1908 comme municipalité du canton d’Armagh-Partie-Est. Cette dernière appellation, attribuée au canton créé en 1799, évoque un comté et une localité de l’Ulster, en Irlande.

L’hagionyme Sainte-Euphémie commémore, d’une part, la vierge martyre originaire de Chalcédoine dont la fête est célébrée le 16 septembre, suppliciée à la même époque que sainte Eulalie et sainte Agnès, et, d’autre part, Euphémie Bernier, mère de l’abbé Joseph-Walstan Proulx, né en 1873, vicaire à Notre-Dame-du-Partage (1899-1900), à Saint-Joseph-de-Beauce (1900-1901) et à Sainte-Euphémie (1807-1918). 

Comme la rivière du Sud traverse le territoire municipal, on a retenu son nom pour identifier avec davantage la précision la municipalité, comme les habitants, les Sudriverains. 

Anciennement, l’endroit a porté le nom de Rivière-Saint-Pierre, probablement par interversion de la dénomination de la paroisse voisine, Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud, dont certains pionniers sont originaires, comme d’Armagh et de Cap-Saint-Ignace par ailleurs. Arrivés en 1857, ils s’installent sur un joli coteau, à environ 25 km au sud de Montmagny.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *