Villes et villages

Saint-Zacharie

Saint-Zacharie

Municipalité de Saint-Zacharie

Saint-Zacharie est une municipalité située dans la municipalité régionale de comté des Etchemins, située dans la région administrative de Chaudière-Appalaches.

Constituée en 1990, la municipalité regroupe environ 1900 Zacharoises et Zacharois. Elle recouvre une superficie de 190 kilomètres carrés. La municipalité a été nommée en l’honneur du pape Zacharie.

La rivière Metgermette-Sud, à la limite sud du territoire municipal, et la rivière Metgermette-Nord représentent les deux cours d’eau majeurs de Saint-Zacharie.

Quelques milieux humides, de petites envergures, sont présents sur le territoire. Les milieux humides en bordure du lac Falardeau comptent parmi les plus importants.

Le lac Metgermette, véritable paradis de la pêche à la truite, ainsi que les lacs Central, Léandre, des Fées, Alonzo et Mystérieux situés en terres publiques, s’avèrent de beaux sites à découvrir.

Plusieurs circuits touristiques qui permettent d’apprécier les beautés naturelles des paysages y ont été aménagés. On relève un beau circuit cycliste, la piste numéro 6 du réseau de la MRC des Etchemins, un sentier régional pour motoneige numéro 545, ainsi qu’un sentier d’hiver régional pour motoquad numéro 161. Outre ces sentiers publics, il existe d’autres circuits privés pour motoquad ou motoneige.

Le club de plein air Le Zacharois est le principal ensemble touristique permettant au public la pratique de différents loisirs tels que la randonnée, le camping, la pêche, la promenade en canot, le ski de fond, la motoneige ainsi que le motoquad.

Chaque année, le Festival Saint-Zacharie attire un grand nombre de résidents.

Coordonnées de Saint-Zacharie :

735, 15e Rue
Saint-Zacharie
G0M 2C0

Téléphone : 418 593-3185

Site Internet de Saint-Zacharie : st-zacharie.qc.ca.

Historique de Saint-Zacharie

Cette municipalité de la Beauce – autrefois dans le comté municipal de Dorchester et aujourd’hui rattachée à la MRС des Etchemins -, bornée à l’est par la frontière qui sépare le Québec du Maine, a été implantée 100 km à vol d’oiseau au sud-est de Québec, au sud de Sainte-Aurélie. Son relief accidenté varie entre 335 mètres et 610 mètres. Le lac Falardeau et la rivière Metgermette Nord constituent les principales entités hydrographiques du territoire. Les premiers établissements remontent à 1873 alors qu’une société parisienne, la compagnie Franco-Canadienne, sous l’impulsion de Victor-Vannier, encourage la venue de colons français en Beauce. Le chemin des Français rappelle le sentier parcouru par Vannier et quinze Français pour se rendre à Saint-Zacharie cette année-là.

Bientôt découragés par l’immense labeur nécessaire au défrichement et par la rudesse du climat, plusieurs quittent l’endroit. En 1875, il ne reste que trois familles et en 1877, Victor Vannier est seul, rejoint l’année suivante par un groupe de colons de la Beauce québécoise.

Fondée en 1873, la paroisse de Saint-Zacharie, couramment désignée à l’époque sous le nom Saint-Zacharie-de-Metgermette, fera l’objet d’une érection canonique et civile en 1888.

La municipalité du canton de Metgermette-Nord, créée en 1886, prendra le nom de la paroisse et du bureau de poste (1882) en 1932. Les Zacarois doivent leur gentilé au père oblat Zacharie Lacasse (1845-1921), missionnaire à Betsiamites (1873-1881) et employé à l’oeuvre de colonisation (1881-1883). Il fournira à Normandin et à Saint-Zacharie, où il vient en 1881, ses pionneirs. Le canton de Metgermette-Nord, proclamé en 1885, porta une appellation abénaquise que l’on rattache généralement à « metgermekw, malheur, malchance, et d’abord attribuée à une rivière et à un lac. En 1961, une partie de la population zacharoise décide de former une entité municipale à part entière et la municipalité du village de Saint-Zacharie est détachée de celle de la paroisse.

Le motif de cette création tient à la centralisation des écoles qui a entraîné le transport des élèves habitant les rangs plus éloignés. Leurs parents ont alors réclamé la mise sur pied d’une municipalité autonome qui comporterait ses propres institutions scolaires, démarche assez rapidement couronnée de succès. Cependant, en avril 1990 les deux entités municipales étaient à nouveau réunies pour former l’actuelle Saint-Zacharie. La terre rocailleuse a toujours rendu l’agriculture pénible à cet endroit, favorisant plutôt l’exploitation forestière. La chasse et al pêche y sont également largement pratiquées. Sur le plan économique, Saint-Zacharie se caractérise par une certaine diversité axée principalement sur l’industrie du sciage à laquelle se greffent maints commerces et entreprises de services. Historiquement, le mouvement coopératif y a joué un rôle significatif tant dans le domaine financier qu’agricole, dans celui des assurances aussi bien que de la consommation.

saint-zacharie

Vue de Saint-Zacharie, photo: © Droit d’auteur : st-zacharie.qc.ca.

Voir aussi :

1 commentaire

  1. Réal Gagnon

    2011/07/02 at 11:38

    Bonjour

    Je demeure à La Sarre Abitibi. Ma mère etait originaire de St-Zacharie, elle s’appelait Joséphine Larivière, fille de France Larivière et de Célina Caron.

    Si quelqu’un avait en mains quelques photos de l’endroit où ma mère a grandi, j’apprécierais de pouvoir les visionner.

    Salutations à tous.

    Réal Gagnon
    La Sarre, Abitibi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *