Villes et villages

Saint-Ulric

Saint-Ulric

Municipalité de Saint-Ulric

Saint-Ulric est situé à l’ouest de Matane, entre le fleuve Saint-Laurent et les montagnes, dans la péninsule gaspésienne. Le territoire de Saint-Ulric s’’étend sur 120 kilomètres carrés. La municipalité regroupe une population de 1700 Ulricoises et Ulricois.

Administrativement, Saint-Ulric appartient à la région du Bas-Saint-Laurent et fait partie de la Municipalité Régionale de Comté de Matane.

La nature y est omniprésente et de plus en plus de touristes découvrent aujourd’hui cette région. Deux sites récréo-touristiques sont installés autour des deux principaux lacs de la municipalité, soit le lac Minouche et le lac Des Îles. Ces centres de villégiature sont entourés de nombreux chalets d’été et de résidences.

Saint-Ulric propose le parcours touristique «Récit des paysages», qui permet de découvrir à pied, en vélo ou en auto les paysages naturels et bâtis de la région.

La Promenade de la Pointe est un autre trajet pittoresque aménagé le long du fleuve, du côté est du village. Les promeneurs peuvent y flâner tout en jouissant d’un paysage exceptionnel.

Parmi des attraits touristiques de Saint-Ulric, on remarque également la Maison de l’Art Indiscipliné, une belle demeure colorée.

Saint-Ulric est traversée par trois rivières: la Petite Rivière-Blanche, située à l’est du village; la Rivière-Blanche, qui coule au centre du village, avec de très belles chutes; et la rivière Tartigou, qui se trouve à l’ouest.

L’Économie de Saint-Ulric est représentée par l’élevage de troupeaux laitiers, de bovins, de porcs, de moutons et de bisons, ainsi que par des entreprises travaillant dans l’exploitation des tourbières.

Le parc éolien Le Nordais possède environ 25 éoliennes d’une puissance de 75 kilowatts chacune. Notons d’ailleurs en passant qu’on appelle parfois cet endroit Le Pays d’Éole, et que le logo de la municipalité proclame avec fierté: «La mer, le vent, c’est dans notre nature!».

Saint-Ulric propose divers services communautaires, culturels et de loisirs à ses habitants.

Les premiers colons s’installent sur ce territoire vers 1844. À l’époque, la localité est baptisée Rivière-Blanche, mais la paroisse est érigée en 1869 sous le nom de Saint-Ulric, en l’honneur de l’honorable juge Ulric J. Tessier, possesseur d’un fief à la Rivière-Blanche. Il a donné un terrain pour la construction de la première chapelle de la localité, construite en 1856.

En juin 1921, Saint-Ulric se divise en deux municipalités à la suite des divergences politiques et pécuniaires des résidents. Le village de Saint-Ulric et la paroisse de Saint-Ulric-de-Matane voient alors le jour. Ce n’est qu’en 2000 que le schisme prendra fin après la fusion des deux municipalité. La nouvelle entité ainsi créée s’appelle Saint-Ulric.

Coordonnées de Saint-Ulric :

128, avenue Ulric-Tessier
Saint-Ulric
G0J 3H0

Téléphone : 418 737 4341

Site internet de Saint-Ulric : st-ulric.ca.

Rivière Blanche

Alimentée par le lac Malcolm, près de Sayabec, la rivière Blanche, qui coule en direction sud-nord, traverse les cantons de Matane et de MacNider et se déverse dans le Saint-Laurent, à la hauteur de Saint-Ulric, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Matane.

Sa longueur est de 25 km. Son affluent, la rivière Blanche Sud, est alimenté par le lac de la Rivière Blanche situé au sud du lac Matapédia. Le cours de la rivière Blanche est fréquemment perturbé par d’importantes chutes et cascades. De ces ruptures de petite jaillissent des tourbillons producteurs d’écume, ce que explique le qualificatif Blanche attribué au cours d’eau. Une carte de Samuel Holland (1803) indique Grande Rivière Blanche pour désigner le cours d’eau à l’ouest et Little Riv. Blanche a été retenu officiellement pour désigner un hameau de Saint-Ulric ainsi que l’ancienne gare de l’endroit, aujourd’hui transformée en musée.

La municipalité de Saint-Ulric-de-Matane fut primitivement (1844) désignée sous le nom de Rivière-Blanche. Variante : Rivière Blanche Bras Ouest.

Historique de Saint-Ulric-de-Matane

Territoire situé à 18 kilomètres au sud-ouest de Matane, immédiatement à l’est de Baie-des-Sables, Saint-Ulric-de-Matane compte plusieurs plans d’eau dont les lacs Blanc, des Îles, des Cabourons. Cependant, c’est la rivière Blanche qui demeure le cours d’eau d’importance avec ses 25 kilomètres qui dévalent le canton de Matane pour rejoindre le fleuve à la hauteur de la municipalité. La rivière Blanche doit son appellation à quelques chutes et cascades aux bouillons blancs que l’on retrouve sur son parcours.

D’ailleurs, dans le langage, courant d’autrefois on identifiait les lieux comme Rivière-Blanche ou encore Saint-Ulric-de-Rivière-Blanche. D’abord desservie comme mission à partir de 1857, la paroisse de Saint-Ulric-de-Matane sera érigée tant civilement que canoniquement en 1869, à la faveur de sont détachement de Matante et de Saint-Damase.

Établie comme municipalité du canton de Matane en 1860, la municipalité de la paroisse de Saint-Ulric-de-Matane recevra son nom et son statut présents en 1981. En adoptant cette appellation, qui portaient en partie le bureau de poste ouvert en 1860 sous le nom de Tessierville, étendu à la localité au même moment, et devenu Saint-Ulric en 1911, de même que la municipalité de village créée en 1921, on a voulu rendre hommage au juge Ulric-Joseph Tessier, baptisé Joseph-Ulric (1817-1892).

Député de la circonscription de Portneuf à l’Assemblée législative de la province du Canada (1851-1854), il siégera au Conseil législatif (1858-1867) et participera à la fondation de la Banque Nationale en 1858. Successivement juge de la Cour supérieure (1873) et de la Cour du banc de la reine (1875), il fera généreusement don du terrain pour la construction de l’église et du presbytère. Son épouse, Marguerite-Adèle Kelly, hérite de la seigneurie de Rimouski à la mort de sa mère en 1869. Propriétaire de plusieurs seigneuries, dont celles du Bic, de Saint-Fabien, de Saint-Simon, de Saint-Mathieu et des Trois-Pistoles, Tessier représentait un personnage important dans la région. La villégiature et l’agriculture constituent les caractéristiques essentielles de cette localité.

saint_ulric

Saint-Ulric. Source : st-ulric.ca

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *