Villes et villages

Saint-Thomas

Saint-Thomas

Municipalité de Saint-Thomas dans la région de Lanaudière

La municipalité de Saint-Thomas est l’une des municipalités typiques de la région administrative de Lanaudière. Elle se trouve dans la Municipalité régionale du comté de Joliette. Son territoire est d’environ 98 kilomètres carrés. La population de Saint-Thomas avoisine les 3100 Thomassiennes et Thomassiens.

Saint-Thomas a été fondé sur le territoire de deux seigneuries, celle D’Autray et celle de Lanoraie qui existaient depuis le milieu du XVIIe siècle. Elle ont été achetées par James Cuthbert, un des aides de camp du général Wolfe qui a investi de grosses sommes dans le développement et la colonisation de ces terres. Parmi une demi-douzaine de municipalités créées à la suite de l’acquisition des seigneuries par M.Cuthbert, on trouve la paroisse de Saint-Thomas, constituée comme paroisse le 15 novembre 1838 et érigée en village le 1er juillet 1855. La paroisse reçoit son nom en l’honneur du curé de Sainte-Élisabeth, Thomas-Léandre Brassard.

Vers le milieu du XIXe siècle, Saint-Thomas est une localité prospère, regroupant plus de mille résidents. Au fil du temps, grâce à ses sols sablonneux, Saint-Thomas devient le centre de la production du tabac au Québec, et on l’appelle «le pays du tabac». Cependant, de nos jours, il ne reste plus qu’une dizaine de producteurs de tabac, culture qui a reculé au profit de celle de la pomme de terre.

À Saint-Thomas, le Service des Loisirs est un organisme communautaire responsable des activités sportives et culturelles. Il y  a des équipes de soccer, de hockey et de tennis. On y trouve aussi un club de philatélie.

La bibliothèque municipale de Saint-Thomas est très connue dans la région. Entièrement automatisée, elle totalise plus de 7 mille documents, dont plus de mille publications locales, et offre aux lecteurs une trentaine de périodiques. En 2005, la bibliothèque a fêté son 25ème anniversaire. L’abonnement est gratuit, mais il est réservé aux résidents de la municipalité.

Remarquons qu’à Saint-Thomas se trouve le calvaire Harnois qui est un lieu de pèlerinage. Ce calvaire est situé sur la route 158. On le connaît également sous le nom du Sanctuaire Notre-Dame-de-la-Paix de Saint-Thomas.

Historique de Saint-Thomas

La paroisse de Sainte-Élisabeth étant surpeuplée en 1840, plusieurs de ses habitants s’établiront dans la concession du North Jersey et donneront naissance à cette municipalité, voisine de Joliette plus à l’ouest, à une vingtaine de kilomètres au nord de Lavaltrie.

La partie sud-ouest du territoire est arrosée par la rivière L’Assomption alors que les eaux de la rivière la Chaloupe baignent le secteur nord.

Il faut remonter à 1790 pour fixer les balbutiements de l’histoire locale avec l’installation de quelques familles – celles-ci étant originaires de la seigneurie de La Noraye – dans les concessions Nord et Sud du North Jersey, lieu dénommé à partir de 1838 Saint-Thomas-de-North-Jersey. Bien que l’on ignore l’origine de ce Jersey, il paraît plausible d’avancer qu’il puisse résulter de la déformation phonétique de Chertsey, nom d’un canton voisin, tiré de la toponymie anglaise du Surrey.

Officiellement, la paroisse de Saint-Thomas, fondée vers 1840, est reconnue par les autorités religieuses en 1849 et civiles en 1853, à l’occasion de son détachement de Sainte-Élisabeth, de Lanoraie et de Saint-Paul-de-Lavaltrie. La dénomination adoptée rend hommage à Thomas-Léandre Brassard (1805-1891), curé de Sainte-Élisabeth-de-Joliette (1836-1844) lorsque la paroisse et de la concession primitive, la municipalité de Saint-Thomas-de-North-Jersey voit le jour en 1845, une partie de son territoire étant constituée d’une section de Sainte-Élisabeth annexée à la municipalité de Jersey-Nord.

Abolie en 1847, cette municipalité revivra comme celle de la paroisse de Saint-Thomas en 1855 et ce jusqu’en 1993, alors que son statut a fait l’objet d’une modification en faveur de celui de municipalité. Anciennement, on désignait également l’endroit comme Saint-Thomas-de-Voligny, en l’honneur d’un officier français établi là et qui a fait don des terrains pour la construction de l’église, du presbytère ainsi que pour l’établissement du cimetière.

La gare ferroviaire locale a longtemps porté le nom Voligny. Les sols sablonneux favorisant la culture du tabac, cette localité a été longtemps considérée comme la Capitale nationale du tabac qu’on y cultive depuis 1932. Un Festival du tabac a pendant quelques années souligné cette particularité.

Coordonnées de Saint-Thomas :

770, rue Principale
Saint-Thomas
J0K 3L0

Téléphone : 450 759 3405

Site internet de la municipalité de Saint-Thomas : saintthomas.qc.ca.

Église de St-Thomas

Église de Saint-Thomas. Photo : Site Web de Saint-Thomas.

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *