Villes et villages

Saint-René

Saint-René

Municipalité de Saint-René

Constituée civilement le 1er janvier 1945, la municipalité de paroisse Saint-René fait partie de la municipalité régionale de comté de Beauce-Sartigan qui fait partie à son tour de la région administrative de Chaudière-Appalaches. Saint-René regroupe environ 900 Renéennes et Renéens et la superficie totale de la municipalité est de plus de 61 kilomètres carrés.

Petite étendue en longueur encadrée par Saint-Martin et par Saint-Côme-de-Kennebec, au sud de Saint-Georges-Est, Saint-René fait partie de la MRC de Beauce-Sartigan. Dotée d’un réseau hydrographique fort modeste, elle compte notamment le ruisseau Stafford qui coule sur son territoire.

La paroisse de Saint-René (-Goupil), qui a donné en partie son nom au bureau de poste ouvert en 1935 et à la municipalité de paroisse établie en 1944 et reconnue officiellement le 1er janvier 1945, a été érigée canoniquement en 1941 et civilement en 1940, bien qu’ayant été fondée en 1931. Cette dénomination rappelle René Goupil (1608-1642), martyr canadien canonisé en 1930, dont la fête religieuse est célébrée le 26 septembre. Évangélisateur des Hurons, il arrive au pays en 1640.

Ayant dû quitter le noviciat pour des motifs de santé, il s’est « donné » aux Jésuites sans avoir pu terminer sa théologie, détaché d’Aubert-Gallion, de Saint-Martin et de Saint-Côme-de-Kennebec, appartenait aux cantons de Jersey et de Linière. L’activité la plus remarquable des Renéens a trait à l’exploitation d’érablières, particulièrement nombreuses en cet endroit. Leurs ancêtres, qui cultivaient surtout le blé, l’orge, le sarrasin et le lin sont arrivés en ces lieux vers 1932, en provenance de Saints-Anges, Saint-Philibert, Saint-Honoré. Le premier noyau de peuplement trouvait dans le Cinquième Rang de Saint-Martin.

Le défrichement des lieux s’est effectué entre 1932 et 1941 à la faveur du plan Vautrin. Un grand nombre de colons s’installèrent à cet endroit en 1934. De nos jours, nombreux sont les résidents de Saint-René qui doivent gagner leur subsistance dans les municipalités voisines, notamment à Saint-Georges.

Aujourd’hui, la municipalité compte deux nouveaux développements domiciliaires à moins de deux kilomètres des limites de la municipalité de Saint-Georges et Saint-René. Ces développements devraient permettre d’accueillir plusieurs dizaines de familles au cours des prochaines années.

Le centre sportif de Saint-René dispose de plusieurs jeux pour les enfants aussi qu’une patinoire avec surface en asphalte, qui peut aussi être utilisée pour le hockey avec une balle l’été.

Notons que le centre l’Écurie Doo-Lee-Tle est une école d’équitation pour les passionnés de chevaux. Cette écurie a un partenariat avec le Cégep Beauce-Appalaches pour des cours de groupes pour les enfants de 6 à 16 ans. Depuis 2006, le centre est accrédité par l’ACET (association visant à promouvoir l’équitation thérapeutique au Québec).

Le camping Mystic possède cinquante emplacements. Animaux de compagnie sont admis, le camping a de douches, une laveuse/sécheuse, une salle communautaire, une piscine extérieure, un terrain avec équipement sportif / récréatif.

Notons finalement que à Saint-René, les citoyens de la municipalité tiennent régulièrement la cuisine collective pour tous les intéressés. Ainsi les gens peuvent cuisiner ensemble, découvrir de nouvelles recettes, économiser, cuisiner des mets santé, partager des connaissances et consolider l’amitié.

Coordonnées de la municipalité de paroisse de Saint-René :

778, route Principale

Saint-René
G0M 1Z0

Téléphone : 418 382-5226.

Site Web de Saint-René : st-rene.ca.

Ce chemin mène vers la municipalité de paroisse de Saint-René. Source de la photographie : Site Web de Saint-René.
Ce chemin mène vers la municipalité de paroisse de Saint-René. Source de la photographie : Site Web de Saint-René.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *