Villes et villages

Saint-Omer

Saint-Omer

Municipalité de Saint-Omer

Saint-Omer, connu également comme Saint-Omer-l’Islet est une petite municipalité située dans la région administrative de Chaudière-Appalaches à environ 400 kilomètres de Montréal, 175 kilomètres de Québec, 60 kilomètres au nord-est de Montmagny et près de la frontière des États-Unis.

La municipalité regroupe environ 300 Audomaroises et Audomarois et se déploie sur un territoire de plus de 125 kilomètres carrés. Elle fait partie de la municipalité régionale de comté de L’Islet.

Historiquement, l’occupation de ce territoire par les Français remonte au XVIIe siècle, mais la colonisation était lente et pénible. La paroisse de Saint-Omer n’est érigée canoniquement qu’en 1938, et c’est en 1954 que la municipalité de Saint-Omer est constituée civilement.

Le nom de la localité honore Mgr Joseph-Omer Plante, évêque auxiliaire de Québec.

Aujourd’hui, outre les zones agricoles, le territoire forestier couvre une grande partie du territoire de la municipalité. Les érables y abondent et les cabanes à sucre sont nombreuses dans les environs de Saint-Omer.

Saint-Omer est accessible par l’autoroute Jean-Lesage, la route 132 et à partir de la Beauce par la route 204.

Canton de Dionne

À 45 km au sud-est de Saint-Jean-Port-Joli, se trouve le canton de Dionne qui borde la frontière canado-américaine (Maine) sur le segment rectiligne d’un peu plus de 100 km et parallèle à la rive sud du Saint-Laurent. Par les rivières Saint-Roch et du Rochu qui confluent à la Shields Branch, tributaire de la Black River dans l’État du Maine, ce canton appartient au réseau hydrographique de la rivière Saint-Jean, tributaire de la baie de Fundy, au Nouveau-Brunswick. Il comprend presque entièrement le territoire des municipalités de Saint-Pamphile et de Saint-Omer dont la population est répartie sur plusieurs rangs. Le nom choisi pour ce canton est celui d’Amable Dionne (1781-1852), marchand prospère, officier, de milice qui a été député de la circonscription de Kamouraska à la Chambre d’assemblée du Bas-Canada (1830-1835) et conseiller législatif en 1837-1838 et de 1842 à 1852. Propriétaire des seigneuries La Pocatière et la Grande-Anse, il a laissé une fortune considérable à son épouse. Son fils, Élisée Dionne (1828-1892), deviendra lui aussi député et commissaire de l’Agriculture et des Travaux publics dans les cabinets Chapleau et Mousseau (1882-1884). Comme son père, il siégera au Conseil législatif. Proclamé en 1863.

Historique de la municipalité de Saint-Omer

Sur le bord de la baie Tracadigache, à 8 km à l’ouest de Carleton, bornée par Nouvelle à l’ouest, se situe la municipalité de Saint-Omer, dont le territoire appartient aux cantons de Nouvelle et de Carleton ainsi qu’à l’ancienne seigneurie de Shoolbred en Gaspésie. La route locale coupe la pointe de Miguasha, qui marque la limite entre l’estuaire de la rivière Ristigouche et la baie des Chaleurs, le long de laquelle se concentre le noyau habité.

La paroisse qui a donné son nom à la municipalité (1904) et au bureau de poste (1903) -identifié comme Carleton West entre 1887 et 1903 -, a été détachée de Saint-Joseph-de-Carleton en 1899 par suite de son érection canonique. Cette appellation figure sur une carte de comté d’un auteur inconnu (1905) et a été précédée de la dénomination micmaque Gagpesaoegatig, « rendez-vous des éperlans ». Elle rappelle le souvenir de l’abbé Joseph-Omer Normandin, né en 1835. Tour à tour curé de Bonaventure (1865-1872), de Saint-Éloi (1887-1891) et de Saint-Joseph-de-Carleton (1895-1901), il est considéré comme le fondateur de Saint-Omer, endroit qu’il a desservi à la fin du XIXe siècle.

Le nom collectif des citoyens, Audomarois, est tiré du latin Audomarus, « de Saint-Omer », et identifie également les habitants de la localité française homonyme dans le Pas-de-Calais. D’autre part, Aumomarus est le nom latin de saint Omer, moine né vers la fin du VIe siècle, décédé en 670, évêque de Térouanne de 636 à 642. Il favorisa la fondation du monastère de Saint-Bertin à Sithiu, lieu qui deviendra Saint-Omer. Quelques ruisseaux (Alain, Godbout), quelques lacs (Paradis, à Jos-Thériault) et la rivière Stewart Est parsèment le territoire doté d’une belle plage sablonneuse et d’un barachois remarquable qui invite à la promenade. L’agriculture, le travail forestier et des carrières de pierre calcaire, composent la mosaïque économique locale.

Coordonnées de Saint-Omer :

243, rang des Pelletier
Saint-Omer
G0R 4R0

Téléphone : 418 356-5634.

Site Web de Saint-Omer : st-omer.qc.ca.

St-Omer

Vue de Saint-Omer des airs. Photo : Site Web de Saint-Omer.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *