Villes et villages

Saint-Marcel

Saint-Marcel

Municipalité de Saint-Marcel

Située sur le plateau appalachien, dans le secteur de la Côte-du-Sud, Saint-Marcel recouvre une superficie de plus de 180 kilomètres carrés dans la municipalité régionale de comté de L’Islet dans la région administrative de Chaudière-Appalaches. Cette municipalité, constituée le 20 juillet 1904, regroupe une population d’environ 500 Marcelloises et Marcellois.

On compte sur le territoire de Saint-Marcel un grand nombre de lacs et rivières, dont la Grande Rivière Noire, la rivière Rocheuse, le lac aux Canards, le lac Cayen, le lac d’Apic, le lac Fontaine Claire, le lac Caribou, le lac des Roches et plusieurs autres. Le paysage local est constitué de vallées et collines variant entre 200 et 450 mètres d’altitude. Le Dos d’Âne, une montagne de forme pyramidale, domine le paysage.

Historiquement, en 1860, le territoire de la future municipalité de Saint-Marcel fut exploité pour les érablières. Dans un deuxième temps, vers 1863, quelques colons en provenance de Saint-Cyrille-de-Lessard viennent s’y établir pour y exploiter des terres agricoles.

Dans une troisième étape, des chantiers de coupe de bois ont été ouverts et le bois acheminé vers les usines de transformation par le train. En 1880, l’exploitation forestière est devenue la première activité économique de Saint-Marcel. Aujourd’hui, l’agriculture est prédominante sur le territoire.

D’abord établie comme mission en 1882, la paroisse de Saint-Marcel, bien qu’ayant connu l’érection civile en 1904, ne sera coniquement établie qu en 1924. Quoique l’on ignore le motif d’attribution de cette appellation, on peut raisonnablement croire qu’elle rend hommage à saint Marcel Ier, pape de 308 à 309, sous l’empereur Maxence, adversaire de Constantin. Bien qu’ayant hérité du nom paroissial en 1956, alors que le bureau de poste local était identifié comme Saint-Marcel-de-L’Islet depuis 1890, la municipalité locale a primitivement vu le jour comme municipalité du canton d’Arago en 1904. Cette appellation, d’abord attribuée au canton proclamé en 1865, rappelle le célèbre astronome et homme politique français François Arago (1786-1853). La caractéristique locale demeure une économie largement tributaire de l’activité agricole à laquelle se livrent encore maints Marcellois. Parce qu’ils portaient jadis de larges chapeaux confectionnés à la main et tressés avec de la paille, les habitants ont reçu le surnom de Chapeaux de Paille.

Aujourd’hui, la place de l’église, le moulin à scie à vapeur, le vieux silo en bois, construit en 1950, la boutique de forgeron et les six écoles de rang constituent des sites d’intérêt historique.

En fait, le tourisme est en voie de développement à Saint-Marcel. Ainsi, on y retrouve une auberge dans l’ancien presbytère. Cette auberge se spécialise dans les repas gastronomiques tout en procédant à la fabrication de produits agroalimentaires pour les marchés locaux et régionaux. Par ailleurs, la municipalité accueille également un gîte sur son territoire.

L’existence de plusieurs lacs sur le territoire de la municipalité a permis le développement de la villégiature. De ce fait, on retrouve de nombreux chalets et résidences secondaires. Les lacs d’Apic et Fontaine-Claire sont les principaux lacs de villégiature du territoire.

En ce qui concerne les équipements culturels et de loisirs, Saint-Marcel possède une bibliothèque, une salle communautaire et une maison des jeunes. De plus, au niveau récréatif, on y retrouve une patinoire extérieure, un terrain de tennis et un terrain de balle.

Coordonnées de Saint-Marcel :

48, chemin Taché Est
Saint-Marcel
G0R 3R0

Téléphone : 418 356-2691.

Site Web de la municipalité de Saint-Marcel : saintmarcel.qc.ca.

Voir aussi :

La place de l’église est un ensemble architectural intégré comprenant le presbytère et l’église dont la construction remonte au début du siècle. Source de la photo : Site Web de la municipalité.
La place de l’église est un ensemble architectural intégré comprenant le presbytère et l’église dont la construction remonte au début du siècle. Source de la photo : Site Web de la municipalité.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *