Villes et villages

Saint-Louis-de-Gonzague

Saint-Louis-de-Gonzague

Municipalité de Saint-Louis-de-Gonzague (Chaudière-Appalaches)

Constituée civilement le 17 mars 1923 sur un territoire de plus de 118 kilomètres carrés, Saint-Louis-de-Gonzague est une municipalité situé dans la Municipalité régionale de comté des Etchemins, dans la région administrative de Chaudière-Appalaches. Cette municipalité regroupe aujourd’hui une population de moins de 400 résidents.

Au sud de Sainte-Rose-de-de-Watford et au nord de Sainte-Aurélie, se retrouve la municipalité de Saint-Louis-de-Gonzague, logée à l’extrémité est de la Municipalité régionale de comté des Etchemins, dans la région administrative de Chaudière-Appalaches.

La rivière Saint-Jean Sud-Ouest constitue la limite est du territoire qu’elle sépare ainsi de l’État du Maine. Les lieux s’ouvrent à la colonisation en 1888 avec l’installation des pionniers venus de Sainte-Germaine-du-lac-Etchemin, à une trentaine de kilomètres plus au nord-ouest.

Issue de Sainte-Rose-de-Watford et de Saint-Cyprien, la municipalité voit le jour en 1923 et reprend la dénomination de la paroisse fondée 33 ans plus tôt. Le motif d’attribution de l’appellation fait l’objet de diverses interprétations. Il semble que l’on aurait voulu désigner l’endroit Saint-Louis, parce que l’un des pionniers avait été séduit par a lecture de la vie de Louis IX, projet qui dut être abandonné en raison de l’existence de la paroisse de Saint-Louis-de-Kamouraska, ce qui aurait créé de la confusion.

Monseigneur Elzéar-Alexandre Taschereau aurait alors opté pour Saint-Louis-de-Gonzague en mémoire du patron de la jeunesse, le jésuite Louis de Gonzague (1598-1591). Suivant d’autres sources, le cardinal Louis-Nazaire Bégin, évêque de Québec de 1898 à 1925, aurait ainsi voulu honorer son saint-patron.

Enfin, on croit qu’il faut y voir une partie du prénom de Louis-Philippe Pelletier (1857-1921), député de Dorchester (1888 et suivantes) et ministre provincial des Postes (1911-1914). Le nom du bureau de poste depuis 1894, Ravignan, célèbre le souvenir du jésuite Gustave-François-Xavier Delacroix de Ravignan (1795-1858) qui succède à Lacordaire comme prédicateur à Notre-Dame-de-Paris (1837-1847). Les Louisiens, en dépit de leur petit nombre, jouissent d’une respectable prospérité grâce surtout à l’exploitation de plusieurs érablières.

La construction de l’école centrale débute en 1961 sur le terrain face à l’église paroissiale, là où se trouvait la salle paroissiale, qui fut vendue à un particulier qui la déménagea à son emplacement actuel. Au cours de l’été, un terrible coup de tonnerre retentit dans tout le village, la foudre détruisit la partie supérieure du couvent. Heureusement, le bâtiment était désert à ce moment. La nouvelle école prit la relève.

En 1977, un service d’incendies est mis en place pour les besoins de la population. Des hommes de la paroisse sont pompiers volontaires. On retrouve dans le même bâtiment le local des loisirs. L’année suivante, on offre les services d’une bibliothèque municipale située dans l’école pour la culture des gens du milieu. Un comité de bénévoles est formé pour opérer celle-ci.

En 1988, un HLM de 5 logements ouvre ses portes, afin de rendre la vie plus agréable pour certains de nos concitoyens. En 1994, la Municipalité fait l’acquisition du garage de M. Yvan Toulouse, ce bâtiment devient le garage municipal. En juin 1998, vu la diminution du nombre d’enfants on se voit contraint de fermer l’école. Les enfants d’âge primaire fréquentent l’école du village de Sainte-Rose paroisse voisine. En octobre 1998 la municipalité fait l’acquisition d’un camion neuf équipé pour l’entretien des routes été comme hiver.

En juin 1999, la Commission Scolaire cède pour 1.00$ l’école. En décembre la municipalité y emménage le bureau municipal , qui jusqu’à date avait toujours été dans une maison privée. La bibliothèque est aussi changée de local. En 2000, les membres de l’Âge d’Or ont leur local à l’intérieur de l’ancienne école.

Aujourd’hui, la plupart des gens travaillent à l’extérieur, soit dans des usines ou dans l’industrie forestière. D’autres sont propriétaires d’érablières, une richesse naturelle de la région. En résumé, Saint-Louis-de-Gonzague, est un beau petit village où règne la tranquillité, la fraternité et l’entraide.

Canton de Langevin

Ce canton de la MRC des Etchemins jouxte dans sa partie sud-est la frontière de l’État du Maine.

Il est traversé par la voie ferrée du Québec Central qui relie Saint-Georges-de-Beauce à Lac-Frontière. Il a été dénommé ainsi en l’honneur d’Hector-Louis Langevin (1826-1906), avocat, maire de Québec de 1858 à 1861. Il fut d’abord député du comté de Dorchester à la Chambre d’Assemblée du Canada-Uni de 1858 à 1866. Considéré comme l’un des Pères de la Confédération, Langevin sera par la suite plusieurs fois réélu député et détiendra divers portefeuilles dans le cabinet de John A. Macdonald.

À la mort de George Étienne Cartier en 1873, il est le leader du Parti conservateur au Québec. Il dut quitter la vie politique en 1891, alors qu’on le soupçonnait sérieusement d’avoir trempé dans les affaires frauduleuses qui entourèrent la construction du Canadien Pacifique et de l’Intercolonial. Propriétaire de terrains dans le canton, il en céda quelques-uns en vue de favoriser l’établissement des Trappistes qui desservirent la paroisse de Sainte-Justine, de 1862 à 1872. Son « Manuel des paroisses et des fabriques, publié en 1862 et plusieurs fois réédité, a longtemps fait autorité dans ce domaine du droit administratif. Proclamé en 1862.

Bureau de poste Ravignan

Ce nom, presque aussi ancien que celui de la municipalité de Saint-Louis-de-Gonzague, en désigne le bureau de poste, dans la MRC des Etchemins, au sud de Québec. Ouvert depuis 1894, il évoque Gustave-François-Xavier Delacroix de Ravignan, célèbre prédicateur français (1795-1858), qui entra au noviciat des Jésuites en 1822. Le choix du nom s’explique peut-être par le fait que le patron de la paroisse, Louis de Gonzague, fut lui-même au XVIe siècle novice chez les Jésuites, à Rome. Dans le Troisième-et-Quatrième Rang de la même municipalité, on retrouve le lieu-dit de Ravignan-Nord, quelques familles ici habitent.

Vue aérienne de Saint-Louis-de-Gonzague.  Source de la photo : Site Web de Saint-Louis-de-Gonzague.
Vue aérienne de Saint-Louis-de-Gonzague. Source de la photo : Site Web de Saint-Louis-de-Gonzague.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *