Villes et villages

Saint-Joseph-des-Érables

Saint-Joseph-des-Érables

Municipalité de Saint-Joseph-des-Érables

Saint-Joseph-des-Érables est située dans la municipalité régionale de comté de Robert-Cliche au Québec et cette MRC fait partie, quant à elle, de la région administrative de Chaudière-Appalaches. Constituée civilement le 26 novembre 1938, cette jolie municipalité regroupe moins de 500 Josérabliennes et Josérabliens et se déploie sur plus de 52 kilomètres carrés.

Cette municipalité de la Beauce forme avec la municipalité de la paroisse et la ville de Saint-Joseph-de-Beauce le bastion joséphien de la Municipalité régionale de comté de Robert-Cliche dont elles occupent la partie nord.

Détachée de Saint-Joseph-de-Beauce, Saint-Joseph-de-Beauce-Partie-Sud-Ouest accède au statut de municipalité en 1938 et recevra sa dénomination actuelle en 1946. Celle-ci marque l’importance de l’érable à sucre, essence très répandue dans toute la Beauce, tout particulièrement dans les hauts de la présente municipalité et chez ses voisins, Saint-Jules et Saint-Victor. L’industrie reliée aux produits de l’érable constitue une caractéristique locale de premier plan.

Cependant, en dépit de son importance, le mot érable est peu utilisé dans la toponymie beauceronne comme dans celle du Québec, exception faite de l’odonymie. C’est dans cette partie de Saint-Joseph que se retrouvaient les fermes, le domaine seigneurial ainsi qu’un moulin banal, aujourd’hui détruit.

Rivière Calway

La rivière Calway, qu’on a aussi appelée Galway, prend ses sources dans les hautes-terres situées aux limites du canton de Granbourne et de l’ancienne seigneurie Saint-Joseph-de-Beauce. S’orientant sud-ouest, elle traverse la municipalité de Saint-Joseph-des-Érables sur la rive droite de la Chaudière qu’elle atteint à 8 kilomètres environ en aval de Beauceville.

Une dénivellation de près de 8 mètres environ, connue sous le nom de Chute du Diable, marque son cours à trois kilomètres en amont de son point de confluence. On a cherché à expliquer le nom de la rivière par une déformation de Caldwell. Il est vrai que les géologues ont donné le nom de Caldwell à une série de roches d’âge primaire qui se rencontrent dans la région.

L’explication du nom de la rivière est pourtant plus simple puisque la désignation de ce cours d’eau rappelle James Calway, meunier et marchand de Saint-Joseph-de-Beauce qui, entre 1844 et 1848, se chargea d’organiser une route postale pour desservir la Beauce.

Ce marchand est aussi connu parce qu’il se fit l’instigateur des premières expositions agricoles de la région de la Beauce. En 1872, le recensement municipal de Saint-François-de-la-Beauce le présente comme cultivateur habitant le Premier Rang Nord-Est.

Calway est également le nom d’un lieu-dit devenu hameau, situé près de l’embouchure de la rivière, à proximité de la route et du chemin de fer et en bordure des fonds de la Chaudière. L’endroit est connu de toute la Beauce et hors de ses limites. On se rend à la Catway, principalement au printemps, pour les parties de sucre.

Notons en passant qu’en 1940, les gisements de glaise de la Calway ont servi à la production de céramique ; on en a cependant interrompu l’exploitation en raison de la mauvaise aptitude de cette glaise à la cuisson.

Rivière des Fermes

Prenant sa source dans le canton de Broughton et alimentée par plusieurs petits cours d’eau, la rivière des Fermes coule en direction nord-est sur une vingtaine de kilomètres. Elle traverse Tring-Jonction, Saint-Frédéric et Saint-Joseph-des-Érables avant d’atteindre la rive gauche de la rivière Chaudière, en face de Saint-Joseph-de-Beauce, situé sur l’autre rive.

À 1 km environ de son embouchure, elle dévale des rapides assez importants qui avaient fixé le site du moulin banal édifié par le seigneur Joseph de Fleury de La Gorgendière, qui n’habitait cependant pas sa seigneurie de la Beauce, préférant vivre dans son manoir de Deschambault.

Toute autour se trouve le site des Grandes Fermes, nom traditionnel localement attribué à l’ensemble du domaine propre du seigneur. Une route des Fermes, prolongée par un rang Saint-Louis jusqu’aux limites de la seigneurie, gravit le coteau et permet d’atteindre le site de la chute et des fondations du moulin seigneurial, malencontreusement démoli en 1962 : on y aménagé un terrain de camping. Le nom de Rivière des Fermes est attesté dans les documents depuis la fin du XVIIIe siècle, et sur les cartes, au moins depuis 1878 d’une façon constante. Variante : Rivière Maheux.

Coordonnées de Saint-Joseph-des-Érables :

370-A, rang des Érables
Saint-Joseph-des-Érables
G0S 2V0

Téléphone : 418 397-4772.

Site Web de la municipalité : stjosephdeserables.com.

Voir aussi :

Vue panoramique de Saint-Joseph-des-Érables. Source de la photographie : Site Web de la municipalité.
Vue panoramique de Saint-Joseph-des-Érables. Source de la photographie : Site Web de la municipalité.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *