Villes et villages

Saint-Jean-de-Cherbourg

Saint-Jean-de-Cherbourg

Municipalité de Saint-Jean-de-Cherbourg

Saint-Jean-de-Cherbourg est une paroisse qui se trouve au sud-est de la ville de Matane, faisant partie de la municipalité régionale de comté de Matane. La municipalité appartient à la région administrative du Bas-Saint-Laurent, mais elle est comprise dans la région touristique de la Gaspésie.

La municipalité se déploie sur plus de 113 kilomètres carrés. Elle regroupe environ 200 Cherbourgeoises et Cherbourgeois.

Le canton de Cherbourg fut proclamé en 1864, mais le territoire demeurait désert pendant de longues décennies et les premières familles viennent s’y établir au début des années 1930, incités à y venir par le plan de colonisation du gouvernement de la province de Québec en réponse à la crise économique. En 1935, la mission de Saint-Jean est fondée. C’est en 1947 que la paroisse de Saint-Jean-de-Cherbourg est érigée canoniquement. En 1954, la municipalité de la paroisse de Saint-Jean-de-Cherbourg est constituée civilement.

Le nom de la municipalité rend hommage à saint John Fisher (canonisé en 1935, année de la fondation de la mission de Saint-Jean-de-Cherbourg), théologien anglais qui vécu au XVIe siècle et qui mourut décapité par suite de son opposition au roi Henri VIII. L’élément Cherbourg renvoie à la ville et au port de Cherbourg en Normandie. Ce vocable est prononcé localement Tchilborc.

Situé au cœur des montagnes et des forêts du Haut-Pays, au pied des monts Chic-Chocs, le village de Saint-Jean-de-Cherbourg possède de multiples cours d’eau, dont le principal est la Petite rivière Matane.

Le territoire de la municipalité est couvert de forêt dans une proportion de 90%, ainsi l’industrie forestière procure de l’emploi à une bonne partie de la population active.

Saint-Jean-de-Cherbourg présente, notamment par son caractère rural et sa forêt omniprésente, des points de vue à couper le souffle. On peut pêcher dans les nombreux cours d’eau ou encore chasser en automne.

On accède à Saint-Jean-de-Cherbourg en suivant la Route 132 via Grosses-Roches.

Cherbourg, utilisation du patronyme au Québec

Proclamé en 1864, le canton de Cherbourg fait face au fleuve entre Matane et Les méchins. La route frontale qui le traverse passe par cinq localités ou hameux, tandis que le sud est occupé par Saint-Jean-de-Cherbourg, dont les débuts remontent aux années 1930, et par Cherbourg-Centre et Cherbourg-Ouest. La majorité des sommets du relief s’élèvent à 400 mètres. Le nom de ce canton est emprunté à celui d’une ville maritime de Normandie située sur une baie de la Manche, à l’embouchure de la Divette, à l’extrémité nord de la presqu’île du Cotenin. Port commercial et terminus de liaisons transatlantiques, Cherbourg devint au milieu du XIXe siècle un important port militaire dont l’aménagement a été effectué sur l’ordre de Napoléon Ier. Il fut inauguré en 1858 par Napoléon III. Les journaux canadiens du temps en firent état et peut-être faut-il y voir le motif de la désignation du canton.

Historique de Saint-Jean-de-Cherbourg

Coincée entre Sainte-Félicité et Grosses-Roches, au nord, et le territoire non organisé de Rivière-Bonjour, au sud, à quelque 35 km à l’est de Matane, la municipalité de la paroisse de Saint-Jean-de-Cherbourg est traversée par la rivière Matane dans sa partie sud alors que le Gros Ruisseau coule en son centre. Détachée de Matane en 1947, la paroisse de Saint-Jean-de-Cherbourg donnait son nom à la municipalité créée en 1954. Par ailleurs, dès 1939, le bureau de poste local était ainsi identifié. En choisissant cette dénomination, on a voulu rendre hommage à saint-John Fisher (vers 1469-1535), théologien anglais qui meurt décapité par suite de son opposition au roi Henri VIII qui désirait divorcer d’avec Catherine d’Aragon.

Auparavant, sa lutte contre les Luthériens avait augmenté le nombre de ses ennemis. Sa canonisation en 1935, au moment où la mission connaissait ses premiers balbutiements, n’est sans doute pas étrangère à l’adoption de son patronyme. On y a joint l’élément Cherbourg parce que la municipalité relevait du canton de Cherbourg, proclamé en 1864, dont l’appellation évoque une ville maritime de France dans le département de la Manche, qui devait constituer en 1944 l’une des pièces maîtresses du mur de l’Atlantique. Les premiers Cherbourgeois s’installent à cet endroit en 1930, incités par le gouvernement de l’époque qui, pour pallier la grande dépression d’alors, met de l’avant une campagne de colonisation désignée comme le plan Vautrin, du nom du ministre de la Colonisation à ce moment, Irénée Vautrin (1888-1978).

Ainsi vont naître plusieurs paroisses aujourd’hui dites marginales de l’arrière-pays gaspésien. L’agriculture demeure toujours, avec le travail en forêt, le gagne-pain des citoyens de l’endroit.

Coordonnées de Saint-Jean-de-Cherbourg :

10, 8e Rang
Saint-Jean-de-Cherbourg
G0J 2R0

Téléphone : 418 733-8177

Site Web de Saint-Jean-de-Cherbourg : st-jeandecherbourg.ca.

Saint-Jean-de-Cherbourg

Saint-Jean-de-Cherbourg, photo : Site Web de la municipalité.

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *