Villes et villages

Saint-Alfred

Saint-Alfred

Municipalité de Saint-Alfred

Faisant partie de la MRC de Robert-Cliche, dans la région administrative de Chaudière-Appalaches, la municipalité de Saint-Alfred a d’abord été établie comme paroisse le 14 février 1926 par un décret, supprimée, puis rétablie toujours comme paroisse en le 10 avril 1928. C’est le 1er janvier 1950 que la paroisse fut érigée en municipalité. Cette municipalité a été fondée à partir de territoires provenant de Saint-Benoit-Labre, Saint-François-Ouest et Saint-Victor-de-Tring.

Situé en haut de la montagne, au nord de Saint-Georges, loin du bruit assourdissant de la ville, dans un environnement fleuri ce petit coin de paradis compte une population d’environ 500 résidants, regroupés en environ 180 familles qui considèrent leur village le plus beau de la Beauce et même du Québec, qui est d’ailleurs un havre de paix un lieu où il fait bon vivre dans une atmosphère tranquille et reposante. La superficie totale de la municipalité est d’un peu plus de 44 kilomètres carrés.

La dénomination de Saint-Alfred évoque Saint-Alfred le Grand, roi des Anglo-saxons, une personnalité remarquable de l’Église catholique. Ce nom rend également hommage à Mgr Joseph Alfred Langlois, évêque auxiliaire du diocèse de Québec et de Valleyfield de 1924 à 1926.

En 1931, l’église paroissiale de Saint-Alfred est bénie.

Notons qu’une cabane à sucre située dans la municipalité peut accueillir des dizaines d’invités.

On y arrive en empruntant la route du Couvent via Route 173 et Route 108.

Coordonnées de Saint-Alfred :

9, route du Cap
Saint-Alfred
G0M 1L0

Téléphone : 418 774-2068

Site Internet de Saint-Alfred : st-alfred.qc.ca.

Historique de la municipalité de Saint-Alfred

À une vingtaine de kilomètres au sud de Saint-Joseph-de-Beauce, entre Saint-Victor et Saint-François-Ouest, on retrouve la municipalité de Saint-Alfred. Celle-ci, d’abord établie comme paroisse en 1926 par un décret supprimé par la suite à cause de graves dissensions avec les paroissiens de Beauceville et rétablie en 1928, a été constituée par l’apport d’étendues de territoires détachés de Saint-Victor-de-Tring, de Saint-François-Ouest et de Saint-Benoît-Labre. Érigée comme municipalité en 1950, sa dénomination évoque saint Alfred le Grand (vers 849-899?).

Ce roi de Wessex (871-878) et des Anglo-Saxons (878-899) est considéré comme un grand animateur de l’Église anglo-saxonne et a souvent été comparé à Charlemagne. Fin lettré, il a traduit l’Histoire ecclésiastique de Bède le Vénérable, ainsi que des oeuvres de saint Grégoire le Grand, de saint Augustin et de Boèce.

Selon toute vraisemblance, cependant, on aurait voulu rendre hommage à monseigneur Joseph-Alfred Langlois (1876-1966), évêque auxiliaire du diocèse de Québec de 1924 à 1926, qui sera nommé au siège de Valleyfield en 1926. D’abord agricole, la municipalité n’a pas connu d’essor industriel notable.

St-Alfred

Saint-Alfred, vue depuis le rang St-Étienne. Photo du domaine public, auteur Samuel Freli.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *