Villes et villages

Rivière-Éternité

Rivière-Éternité

Municipalité de Rivière-Éternité

La municipalité de Rivière-Éternité regroupe près de 550 Éternitoises et Éternitois. La municipalité s’étend sur près de 497 kilomètres carrés dans la MRC du Fjord-du-Saguenay, située dans la région administrative du Saguenay–Lac-Saint-Jean

Rivière-Éternité se trouve au bord du fjord du Saguenay. La rivière Éternité traverse son territoire et un majestueux cap du même nom surplombe le village (mais ce cap est également connu sous le nom de Cap Trinité).

En 1881, une statue de la Vierge a été installée sur le Cap Trinité. Au fil des ans, ce site est devenu un lieu de pèlerinage.

L’histoire de la municipalité débute vers 1924, quand le ministère de la Colonisation entreprend la construction d’une route reliant La Baie à Saint-Siméon, dans le cadre d’un projet de colonisation de ce vaste territoire. Toutefois, la construction n’est pas très rapide et ce n’est qu’après le début de la crise économique de 1929 que la route est enfin ouverte. En effet, des ouvriers furent envoyés pour finir la route par le gouvernement, qui tentait de remédier ainsi au chômage généralisé. Une colonie s’établit alors dans le canton Hébert. Il faut d’ailleurs remarquer que de nombreux villages de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont nés à cette époque.

En 1932, on trouve sur ces terres plus de 30 familles. En 1936, on y compte un bureau de poste et une école-chapelle. La colonie s’appelle alors Notre-Dame-de-la-Trinité.

Selon l’historien Éric Tremblay (voir le site web de Rivière-Éternité), le toponyme Trinité est indiqué pour la première fois en 1731 sur une des cartes dressées par le jésuite Pierre Laure. En 1744, le nom La Trinité apparaît en sa version amérindienne, «Heregachitgs», sur la carte de Nicolas Bellin.

Quant au toponyme Éternité, nous le retrouvons sur les cartes vers 1830, selon l’historien Victor Tremblay (cité par Éric Tremblay, sans mentionner la source exacte), mais sans que l’on puisse en déterminer l’origine.

Dans les années 1950, on y érige une église et un presbytère par corvée. La municipalité de Rivière-Éternité est constituée civilement en 1974.

En 1972, la Société de développement touristique de Rivière-Éternité est fondée afin de créer des emplois et de favoriser le développement économique de la municipalité. On aménage une route d’accès et un sentier vers la statue du cap Trinité.

À Rivière-Éternité, on célèbre chaque année au mois d’août la fête de Notre-Dame du Saguenay, une fête religieuse qui attire un grand nombre de croyants. Pour ceux qui préfèrent des activités plus profanes, signalons que la municipalité est une destination prisée des amateurs de chasse à l’orignal, des mordus de la pêche blanche, de la motoneige, du traîneau à chiens et des randonnées pédestres.

Depuis 1989, une importante exposition internationale de crèches de Noël se tient dans la municipalité, qui est aussi l’hôte d’un Carnaval d’Hiver.

Coordonnées de Rivière-Éternité :

418, route Principale
Rivière-Éternité
G0V 1P0

Téléphone : 418 272 2860

Presqu’île Taft

La presqu’île Taft est située sur le territoire de la municipalité Rivière-Éternité, dans la MRC du Fjord-du-Saguenay, à 25 km au sud-est de La Baie. Cette petite étendue de terre d’environ 1 km2 de superficie s’avance dans la partie sud du lac Brébeuf et regroupe une dizaine de chalets de pêche appartenant à des Américains du Eternity Fish and Games Club. L’attribution de ce toponyme évoque le plus illustre membre de l’histoire de ce club de pêche, soit l’ancien président des États-Unis, William Howard Taft. Compte tenu de la relative proximité de sa résidence d’été à Pointe-au-Pic, dans la région de Charlevoix, de 1895 à 1935, on raconte qu’il est venu taquiner le poisson du lac Brébeuf en 1907 et 1908. Son chalet de Rivière-Éternité est demeuré la propriété de membres de sa famille jusque vers la fin des années 1940. Parmi ceux qui y venaient, il y avait son fils Robert Alphonso (1889-1953), sénateur de l’État de l’Ohio de 1938 jusqu’à sa mort. Avocat de formation, William Howard Taft (1857-1930) a été le premier gouverneur civil des Philippines (1901-1904) avant d’être nommé par son ami, Theodore Roosevelt, au poste de secrétaire à la Guerre (1904-1908). Pressenti par ce dernier pour assumer sa succession, il est élu président des États-Unis en 1909. Il occupera cette fonction jusqu’en 1913.

Lac Lorenzo-Angers

C’est dans le parc du Saguenay qu’on retrouve ce petit lac à l’ouest de la baie Éternité et au sud de la rivière Saguenay dans laquelle il se déverse. Jonquiérois d’origine, Lorenzo Angers (1899-1983) fait ses études classiques au Séminaire de Chicoutimi puis entre au grand au Grand Séminaire de la même ville. Ordonné en 1924, il enseigne au Séminaire de Chicoutimi le français et les humanités gréco-latines. Auteur d’une analyse critique non publiée des œuvres de Platon, il devient, en 1941, professeur de religion et de civisme à l’École moyenne d’agriculture de Chicoutimi. Premier président de la Commission de coordination de l’enseignement intermédiaire agricole du Québec, en 1946, il participe à la fondation de la revue La Gerbé et enseigne le grec au collège de Jonquière en 1956. Passionné d’histoire, Angers collabore, dès 1938, à l’Histoire du Saguenay et publie, en 1971, Chicoutimi, poste de traite, 1676-1856. Dans le cadre de son programme de désignations commémoratives, la Commission de toponymie, en 1984, nomme un lac en son honneur près de la rivière Saguenay, une des voies d’accès du territoire de la baie James, empruntée autrefois par les trappeurs, les coureurs de bois et les marchands de fourrures.

ZEC du Lac-Brébeuf

C’est aux confins des MRC de Charlevoix-Est et du Fjord-du-Saguenay qu’on trouve la ZEC du Lac-Brébeuf. Créée en 1978, elle occupe 434 km carrés de superficie et compte 152 lacs, dont les plus importants sont les lacs Brébeuf, Éternité et Desprez. Ce territoire est drainé principalement par la rivière Saint-Jean et ses affluents, les rivières Cami et à la Catin. Dans cette ZEC, on pêche surtout de l’omble (chevalier ou de fontaine), du touladi et de l’anguille de lac ; l’ours noir et le petit gibier attirent pour leur part les chasseurs. La principale entité géographique de la ZEC est le lac qui lui a donné son nom. Situé dans le canton de Brébeuf, il ressortit aussi au territoire de la municipalité de Rivière-Éternité. Étiré sur 12 km, ce lac compte plusieurs baies dont la plus grande est la baie de la Sauvagesse, à l’extrémité nord-ouest. C’est dans ce plan d’eau que prend source la rivière Saint-Jean, qui se jette dans le Saguenay à L’Anse-Saint-Jean. Le lac Brébeuf est ainsi désigné depuis 1943, année du 350e anniversaire de la naissance du père jésuite Jean de Brébeuf (1593-1649), l’un des Saints Martyrs canadiens. Auparavant, ce lac a été connu sous l’appellation Petit lac Saint-Jean, comme en témoigne une publication de 1925. D’autres formes comme Little lac Saint-Jean, Little lac Saint-John et Little Lake St-Jean ont aussi été relevées.

Rivière-Éternité

Rivière-Éternité. Image libre de droits.

3 Comments

  1. Laurent-Yves

    2010/06/24 at 1:38

    J’aimerais connaître l’origine et l’explication du nom suivant: « Bras
    Benouche », ruisseau situé à Rivière-Éternité, au Saguenay, longeant la route 170 dans sa majeure partie et se déversant dans la rivière Éternité, au coeur du village, laquelle se jette dans la rivière Saguenay.

  2. pierre-paul dufour

    2010/12/12 at 8:02

    je cherche des photos de l`ancien moulin sur le lac a la truite, et un peu l`histoire de ces moulins, car je sais qu`il en a eu plusieur sur ce territoire. Une reponse serais apprecier. merci mon tel 418-543-1627

  3. rosaire dufour

    2013/04/26 at 3:22

    moulin a scie: il y en a eu a la sortie du lac a l’ecluse.
    remi gagne (sur la cote passe le site en allant vers la baie) il y a une personne qui est au courant de ce moulin.
    des photos: je ne ;e sais pas.

    laurent gagne possede la roue de la turbine de ce moulin.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *