Villes et villages

Petit-Saguenay

Petit-Saguenay

Municipalité de Petit-Saguenay

La municipalité de Petit-Saguenay se trouve tout près de l’embouchure de la rivière Petit Saguenay qui se jette dans la rivière Saguenay. La municipalité, d’une superficie de 329 kilomètres carrés, fait partie de la municipalité régionale de comté du Fjord-du-Saguenay, dans la région administrative du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Petit-Saguenay compte environ 800 Saguenoises et Saguenois.

Le village de Petit-Saguenay, qui doit son nom à celui de la rivière (80 km de long), s’accroche aux parois du Fojrd du Saguenay et se situe à environ 72 kilomètres au nord-est de La Baie (secteur de la ville de Saguenay), et à plus de 90 kilomètres au nord-ouest de La Malbaie. Son relief a été marqué par le passage des glaciers, alors, les falaises escarpées du Fjord du Saguenay y sont très spectaculaires. D’ailleurs, Petit-Saguenay a reçu plusieurs fois le prix des villages fleuris du Québec.

Les premiers habitants commencent à défricher des terres vers la fin des années 1830. En 1842, on fait ériger un premier moulin à scie, acheté en 1848 par le célèbre magnat William Price (celui dont une ville porte le nom).

La municipalité est constituée en 1877 sous le nom de canton de Dumas qui se développe sans événements majeurs jusqu’au mois de juin 1900, quand un hameau de la municipalité, L’Anse-Saint-Étienne, est anéanti par un incendie. Ce petit village ne sera jamais reconstruit.

En 1950, on inaugure la centrale hydroélectrique de Petit-Saguenay qui est acquise quatre ans plus tard par la Coopérative d’électricité de Petit-Saguenay.

C’est en 1979 que la municipalité de Dumas change de nom pour Petit-Saguenay.

Les principales activités économiques de la municipalité sont les activités forestières et agricoles, mais depuis le dernier quart du XXe siècle, le tourisme prend une place de plus en plus importante. D’abord, c’est la fondation du Parc du Saguenay et puis, la création du Parc marin Saguenay-Saint-Laurent qui ont contribué au développement du tourisme dans ce territoire. Cependant, la pêche au saumon y est depuis longtemps très populaire et la réserve faunique de la rivière Petit-Saguenay existait depuis 1966, même si les travaux d’aménagement n’y débutent que dans les années 1980. Le saumon revient alors frayer dans cette zone.

Rappelons que le site de L’Anse-Saint-Étienne, acquis par la municipalité de Petit-Saguenay, en 1970, est devenu aujourd’hui l’un des sites les plus fréquentés en bordure du fjord du Saguenay par les vacanciers et les touristes L’Anse Saint-Étienne, un ancien village détruit par le feu en 1900, est devenu aujourd’hui une petite communauté de la municipalité de Petit-Saguenay, à une vingtaine de kilomètres du confluent de la rivière du même nom avec le fleuve. Ce site représente l’un des rares milieux humides à s’être implanté sur le littoral de toute la région du Saguenay. Dans ce vaste marais salé pousse avant tout la spartine alterniflore (une plante de la famille des graminées).

Pour les amateurs de marche, une quarantaine de sentiers pédestres traversent le territoire de la municipalité.

Coordonnées de Petit-Saguenay :

35, chemin du Quai
Petit-Saguenay

G0V 1N0

Téléphone : 418 272 2323

Site internet de la municipalité du Petit-Saguenay : petit-saguenay.com.

Canton du Dumas

Proclamé en 1877, situé à l’ouest de Baie-Sainte-Catherine, le canton de Dumas est limité au nord par la rivière Saguenay. Il est parcouru par la rivière Petit Saguenay, où affluent les rivières du Portage et du Cabanage, ainsi que par plusieurs autres petits cours d’eau qui descendent vers le fjord.

Les lacs y sont nombreux, notamment à l’est, et distribués sur un territoire presque deux fois moins élevé qu’à l’ouest où les sommets atteignent 655 m d’altitude.

Petit-Saguenay et Saint-Étienne sont les deux seules petites agglomérations, outre les maisons qui s’échelonnent au bord de la route principale reliant Saint-Siméon et Chicoutimi. Le nom de cette division géographique est celui de Jean-Daniel Dumas (1721-1724), originaire de Montauban près de Toulouse, officier dans les troupes de la Marine arrivé en Acadie en 1750, où il se révèle un habile négociateur avec les Amérindiens au sujet des frontières restées incertaines depuis le traité d’Utrecht (1713).

Nommé commandant du fort Duquesne (aujourd’hui Pittsburgh) en 1754, il gagna la bataille de la Monongahela contre les troupes anglaises (1755) après que son commandant Daniel Hyacinthe-Marie Liénard de Beaujeu fut tué. En 1757, il est nommé major et participé à la compagne du fort George (Lake George). Deux ans plus tard, il devient major général et commande une brigade au cours des batailles du 13 septembre 1759 sur les plaines d’Abraham, à Québec, et du 28 avril 1760, à Sainte-Foy. Il établit ensuite un camp sur la rivière Jacques-Cartier pour tenter d’arrêter le ravitaillement des Anglais, passe l’hiver à cet endroit et quitte la Nouvelle-France en 1760. Dumas poursuivra, en France, une brillante carrière. Promu colonel dès 1761, il deviendra brigadier général des armées en 1768 et maréchal de camp en 1780.

Petit Saguenay

Petit-Saguenay. Source de l’image: Site Web de Petit-Saguenay.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *