Villes et villages

Notre-Dame-des-Anges

Notre-Dame-des-Anges

Municipalité de paroisse de Notre-Dame-des-Anges

Cette municipalité de paroisse dont le territoire couvre seulement 0,04 kilomètres carrés, a été officiellement créée en 1855. Elle est enchâssée à l’intérieur des limites de la ville de Québec. Le statut municipal ne lui a été décerné que pour soustraire les propriétaires aux obligations habituelles comme les taxes.

Notre-Dame-des-Anges est administrée par la congrégation monastique des Augustines de la Miséricorde de Jésus de l’Hôpital général de Québec. Occupant seulement quatre hectares, cette municipalité est la plus petite municipalité du Québec par superficie. Sa population est essentiellement constituée des résidents permanents du centre d’hébergement en plus de quelques religieuses, et on y compte un peu plus de 300 résidents dont l’âge moyen est de plus de 82 ans.

Située à moins de trois kilomètres de l’Hôtel de Ville de Québec, Notre-Dame-des-Anges n’a pas voulu faire partie des fusions municipales au début du XXI si;cle. La municipalité fonctionne grâce à la sœur supérieure – la mairesse – ainsi que des conseillères élues. La gouvernance de la municipalité est toujours composée des bonnes soeurs religieuses. Les élections à la mairie se tiennent chaque trois ans.

La municipalité se compose du centre d’hébergement de l’Hôpital général de Québec et d’un monastère ainsi que du cimetière de l’Hôpital général de Québec. L’ensemble des édifices de cette entité administrative a été classé site historique en 1977.

Géographiquement, la municipalité est enclavée dans l’arrondissement de La Cité-Limoilou, entre les quartiers Saint-Sauveur et Saint-Roch situés dans la basse-Ville de Québec. Son territoire est délimité par la rue Sainte-Catherine, l’avenue Simon-Napoléon-Parent et le parc Victoria, la rue Saint-Anselme et la rue des Commissaires Ouest.

L’existence de la municipalité de paroisse de Notre-Dame-des-Anges remonte au début du XVIIIe siècle, 1722 plus précisément. Toutefois, dès 1626, une seigneurie répondant à la dénomination de Notre-Dame-des-Anges avait été concédée aux Jésuites, le long de la rivière Saint-Charles. Or, vers 1620, les Récollets possédaient un fief sur lequel ils avaient implanté un couvent du nom de Saint-Charles.

Parties du pays en 1629, les Récollets y revinrent en 1670 et se virent rétrocéder le site de leur ancien couvent qu’ils dénommèrent Notre-Dame-des-Anges. C’est celui-ci que monseigneur de Saint-Vallier achètera en 1692 pour y établir l’Hôpital Général, fondé en 1693 et dont les limites territoriales sont encloses dans celles de la municipalité plus ou moins fictive de Notre-Dame-des-Anges qui n’a jamais disposé d’organisation municipale.

Le toponyme reprend à la fois celui de la seigneurie des Jésuites (1626) et celui du couvent des Récollets (1670). Cependant, si l’on consulte les textes officiels, il appert que cette dénomination a toujours été négligée aux dépens de celle de l’Hôpital-Général, qu’il s’agisse de l’Arrêt du Conseil d’État du Roi du 3 mars 1722 ou du décret de monseigneur de Saint-Vallier du 18 septembre 1721.

Notons finalement que Notre-Dame-des-Anges ne perçoit aucune taxe de ses résidents ou du CHSLD sur son territoire. À la suite d’une entente à la fin du XIXe siècle, la ville de Québec s’engage à offrir les services du réseau d’aqueduc et d’égout, de sécurité publique et d’incendie en échange de terrains qui ont appartenu à la communauté notamment ceux du parc Victoria.

Coordonnées de la municipalité de paroisse de Notre-Dame-des-Anges :

260, boulevard Langelier
Québec
G1K 5N1

Téléphone : 418 529-0931.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Muraille_Notre-Dame-des-Anges.jpg
Une muraille entoure le territoire de la municipalité de Notre-Dame-des-Anges. Source la photo : commons.wikimedia.org/wiki/File:Muraille_Notre-Dame-des-Anges.jpg. Auteur : Judicieux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *