Villes et villages

Notre-Dame-de-Lorette

Notre-Dame-de-Lorette

Municipalité de Notre-Dame-de-Lorette

Constituée le 1er janvier 1966, la municipalité actuelle de Notre-Dame-de-Lorette fait partie de la municipalité régionale de Maria-Chapdelaine qui est située dans la région administrative du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Notre-Dame-de-Lorette se déploie sur une superficie totale de 343 kilomètres carrés, mais sa population ne compte que 200 Lorettoises et Lorettois.

Cette municipalité est située au nord-ouest de la ville de Roberval, à environ 335 kilomètres de la ville de Québec et 520 kilomètres de Montréal.

Les premiers colons s’installent sur ce territoire dès 1931 pour défricher les terres au bord de la rivière aux Rats. Le 29 juillet 1939, soit huit années plus tard, la paroisse de Notre-Dame-de-Lorette est érigée canoniquement. Par la suite, le village se développe comme un typique village rural, jusqu’au moment, où, en 1988, on y découvre un important gisement minier. Mais le gisement épuisé, la municipalité perd peu à peu ses habitants…

Le nom de la municipalité rappelle Mme Laurette Desjardins (1890-1969), l’une des bienfaitrices de la paroisse. Elle a été épouse de Stewart McNichols, un gérant de la compagnie Quebec Pulp & Paper Corporation. Cette famille donna le bois pour la construction de l’église paroissiale locale. La graphie du prénom Laurette fut modifiée en Lorette en raison du calendrier liturgique qui honore une sainte de ce nom. Il existe par ailleurs un lieu de pèlerinage en Italie dédié à Sainte-Lorette. Quant au constituant Notre-Dame, c’est Monseigneur Charles Lamarche qui plaça sous la protection de la Vierge la colonie naissante

On y accède en suivant la route 169 qui mène à Dolbeau-Mistassini et Saint-Eugène-d’Argentenay.

Coordonnées de Notre-Dame-de-Lorette :

22, rue Principale
Notre-Dame-de-Lorette
G0W 1B0

Téléphone : 418 276-1934.

Historique de Notre-Dame-de-Lorette

La grave crise économique marquée par l’effondrement de la bourse en 1929 a entraîné, au Québec, un vaste mouvement de colonisation. Tout particulièrement, on a assisté à un important déplacement de pionniers vers le lac Saint-Jean. Ainsi, un groupe de Bagotvillois et de Félicinois s’installent en 1931 sur un territoire situé à environ 30 km au nord de la ville de Mistassini, voisin de Girardville, borné à l’est par le lac et la rivière aux Rats et qui allait devenir Notre-Dame-de-Lorette. L’agglomération a officiellement vu le jour en 1939, lors de l’érection canonique de la paroisse. Monseigneur Charles Lamarche désirait placer sous la protection de la Vierge la colonie naissante en lui octroyant l’appellation Notre-Dame.

Quant à l’élément Lorette, il souligne le grand dévouement d’une dame considérée comme une bienfaitrice locale, Laurette Desjardins, épouse d’un ancien président de la Quebec Pulp A. Stuart McNichols.

La graphie du prénom Laurette fut modifiée en Lorette, car le calendrier liturgique ne fait mention d’aucune sainte de ce nom. Ce prénom, diminutif de Laure, est demeuré célèbre grâce à l’héroïne de Pétrarque. Cependant, Lorette comportait l’avantage d’honorer Laurette Desjardins et de reprendre le nom d’un important lieu de pèlerinage italien. Bien que peuplée de moins de 300 Lorettois, la municipalité comporte un vaste territoire riche en plans d’eau, lacs et ruisseaux notamment. La découverte d’un important gisement miniers dans les environs de Lorette, ainsi qu’on dénomme couramment l’endroit, à la fin de 1988, devrait relancer une économie stagnante.

Canton d’Antoine

De forme irrégulière, le canton d’Antoine est situé à environ 20 km au nord de Mistassini. Limité à l’est par la rivière aux Rats qui s’étale pour former le lac aux Rats, ce canton partiellement marécageaux est occupé au centre par le hameau de Melançon, entre le ruisseau Sainte-Anne et la Petite rivière aux Foins, affluents deu ruisseau du Lou-Cerver qui coule en direction de la rivière aux Rats. Son terrain, Son terrain assez régulier, s’élève jusqu’à 274 mètres. Ce nom Antoine rend hommage au père cistercien Dom Antoine d’Oka (1852-1913), élu premier abbé de la Trappe d’Oka (1892-1913) après avoir assuré la direction du monastère en 1886, en remplacement du premier supérieur, le père Guillaume Lehaye. Dom Antoine est le bâtisseur des deux monastères d’Oka, l’organiseur de L’École d’agriculture et le fondateur du moastère de Mistassini (1892). Cette dernière réalisation explique pourquoi son nom a été renue pour identifier dans la région de Mistassini (Municipalité régionale de comté de Maria-Chapdelaine).

Notre Dame de Lorette

Notre-Dame-de-Lorette. Image libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *