Villes et villages

Godmanchester

Godmanchester

Canton de Godmanchester

Le canton de Godmanchester est situé dans la région administrative de la Montérégie (MRC le Haut-Saint-Laurent) et regroupe environ 1400 Godmancastriennes et Godmancasteriens. La superficie totale du canton est de 138 kilomètres carrés. La municipalité est située à environ 90 kilomètres de Montréal et 335 kilomètres de la ville de Québec.

Le nom Godmanchester rappelle le village de Godmanchester du comté de Huntingdonshire, en Angleterre. Cette appellation a été choisie par l’arpenteur William Chewett, originaire de Godmanchester anglais. Quant au gentilé Godmancastriens, ce choix fut adopté en 1986, dans le but de renouer avec les origines latines du nom de la municipalité et dans le but de le doter d’une consonance française.

Les premiers colons s’y installent vers 1788. Il s’agit des soldats britanniques licenciés après la Guerre d’indépendance des USA qui se font offrir des terres en remerciement de leur service. Le canton de Godmanchester est proclamé en 1911 et la municipalité du canton de Godmanchester est constituée en 1855.

À cette époque, le centre du canton est le village La-Guerre dont il ne reste aujourd’hui que des vestiges et le site de l’ancien village est maintenant compris dans le territoire de la municipalité de Saint-Anicet.

Aujourd’hui, les centres d’intérêts de Godmanchester sont en lien avec la nature et la qualité de ses paysages.

Le hameau de Dewittville, en partie situé sur le territoire de la municipalité de Hinchinbrooke, offre, entre autre, des joyaux patrimoniaux tels que l’un des plus vieux bureaux de poste encore en fonction au pays (1833). L’attrait du hameau est l’harmonie et la richesse du cadre bâti dans un paysage agricole, les constructions de pierre et de bois peint, les nombreux arbres centenaires, les bâtiments de ferme, le moulin, le pont et la rivière. Tous ces éléments mettent à contribution le charme de Dewitville.

On y trouve également la maison construite par Jacob De Witt en 1837. Jacob De Witt (1785-1859) est un personnage important pour la région. Immigrant des États-unis vers Montréal avec sa famille à 17 ans, il ouvre sa première entreprise, une quincaillerie, à 22 ans. Diversifiant ses actifs, il investit dans l’immobilier et le transport maritime. Homme d’affaire prospère et politicien, il est considéré l’un des principaux propriétaires fonciers de Montréal. C’est lui qui achète une scierie et 130 acres de terre à Portage en 1829. Le village qu’il ainsi fonde deviendra plus tard Dewittville. On compte au nombre des réussites de M. De Witt la fondation de l’Hôpital Général de Montréal, la création de La Banque du Peuple et sa participation à la fondation de la Banque du Canada.

Nos recommandations pour la restauration :

Magasin général de Dewittville & Café : 131, route 138-A, Godmanchester (Dewitville), téléphone 450-264-58-40. Un véritable magasin général et café-terrasse style d’antan avec une vue sur les rapides. Menu santé fait maison. Café et thé bio et équitable servis et vendus. Bar laitier, produits du terroir, antiquités, bibelots, galerie, artisanat, cadeaux, épicerie, produits bio et quincaillerie. Un bureau de poste parmi les plus vieux au Canada encore en opération et établi par C. Dewitt en 1833.

Domaine de la Templerie : 312, Chemin New Erin, Godmanchester, téléphone 450-264-9405. Membre de la fédération Agricotours. Des menus de sept à dix services. La majorité des produits sont de la ferme maraîchère de la famille Guillon ou du terroir. L’hébergement et différentes activités sont disponibles. La salle à dîner et B&B sont aménagés dans une maison de pierres datant de 1846.

famille de godmanchester

Une famille de Godmanchester dans les années 1920. Photo de l’auteur inconnu.

Coordonnées de Godmanchester :

2282, chemin Ridge
Godmanchester
J0S 1H0

Téléphone : 450 264-4116.

Historique de la municipalité de canton de Godmanchester

Seulement 34 années séparent l’établissement officiel du canton de Godmanchester (1811) et la création de la municipalité de canton homonyme (1845) en Montérégie.En 1847, celle-ci était abolie et rattachée à la municipalité du comté de Beauharnois, avant d’être rétablie en 1855. En 1861, année de recensement, l’endroit compte 720 âmes. La paroisse de Saint-Joseph-de-Huntingdon, installée au sud du lac Saint-François, à peu de distance au sud-ouest de Salaberry-de-Valleyfield, renferme à l’époque environ 2890 habitantes, dont la moitié est catholique, bien que l’on y dénombre seulement 225 Canadiens français. Comme la municipalité du village de Huntingdon avait été érigée en 1848, Godmanchester comprenait, lors de sa création en 1855, le territoire résiduel du canton amputé par l’établissement de Huntingdon et de Saint-Anicet.

Les premiers arrivants étaient des soldats de corps canadiens licenciés au moment de la Révolution américaine à la fin du XVIIIe siècle. L’arpenteur William Chewett a attribué au nouveau canton le nom d’une ville anglaise du comté de Huntingdon. Or, la dénomination la plus ancienne relative à Godmanchester est Gormon Castria. En Angleterre, presque tous les lieux géographiques ayant comporté le composant Castria au temps de l’occupation romaine ont vu celui-ci. Remontant au latin castra, camp, devenir élément constitutif sous la forme de Chester. Ainsi, le gentilé reconnu en 1986, Godmancastrien, marque-t-il un retour à l’origine latine du nom municipal et contribue à le doter d’une consonance française en harmonie avec la langue de Molière.

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *