Villes et villages

Mistissini

Mistissini

Communauté cri de Mistissini

Mistissini, située dans la région du Nord-du-Québec, constitue la plus importante communauté crie au Québec. Administrativement, on retrouve au Québec deux unités du nom de Mistissini: la Terre réservée crie (unité administrative fédérale), d’une superficie de 854 kilomètres carrés; et le Village cri Mistissini, d’une vaste superficie de plus de 526 kilomètres carrés.

Dans le cas de communautés autochtones comme celle-ci, qui comportent un territoire amérindien de juridiction fédérale et une municipalité de village de juridiction provinciale, la population est comptabilisée entièrement sur la terre de juridiction fédérale. À Mistissini, la Terre réservée crie et le Village regroupent environ 3 100 Mistisiniiw (variante crie) et Mistisiniijuw (variante naskapie) – tel est le gentilé des résidents de cette région.

La nation crie de Mistissini est située à l’extrémité sud-est du lac Mistassini, le plus grand lac naturel d’eau douce du Québec.

Les Cris de Mistissini résident dans les environs du lac Mistassini depuis la nuit des temps. Le site actuel de la communauté de Mistissini était autrefois un campement d’été, devenu un poste de traite au début du XIXe siècle, après que la Compagnie de la Baie d’Hudson s’y soit installée. La compagnie du Nord-Ouest (North West Compagny) faisait concurrence à la CBH pour la traite des fourrures, elle établit donc son propre site à proximité.

Outre les Cris, il y avait d’autres groupes autochtones qui venaient chasser sur ce territoire: les Nitchequon et les Neoskweskaau.

Le gouvernement du Québec commence à aider ces populations au début des années 1940. Il fournit des rations de nourriture et parfois des allocations pour des vêtements. Au début des années 1960, l’assistance du gouvernement aux Cris de Mistissini s’accroît.

Le 11 novembre 1975, l’accord de la Baie James est signé, donnant aux Cris de la région l’opportunité de se développer davantage dans chacune de leurs communautés.

Aujourd’hui, les Cris de Mistissini oeuvrent dans l’industrie du tourisme, particulièrement dans le secteur de la pêche. Les forfaits de pêche qu’ils proposent aux touristes sont de haute qualité, de même que l’hébergement que l’on trouve sur place.

On peut acheter un permis et un accès quotidien aux sites de pêche à l’office du tourisme de Mistissini, qui est situé dans l’Auberge Mistissini, au 24 rue Amisk (téléphone: 418 923-3466).

Remarquez que Mistissini se trouve au centre de la plus grande réserve faunique du Québec, celle des Lacs-Albanel-Mistassini-et-Waconichi.

Mistissini est accessible par terre et par air. Si on choisit de venir en voiture, il faut compter environ 9 ou 10 heures de route depuis Montréal. Par avion, la région est desservie par l’aéroport régional de Chibougamau-Chapais, lui-même situé à une heure de voiture de Mistissini (on peut louer une voiture à l’aéroport).

Canton Assigny

Très arrosé, notamment par le cours supérieur de la rivière Ouasiemsca qui le traverse du nord au sud, le canton d’Assigny, un territoire proclamé en 1965 et inhabité jusqu’à nos jours, est situé à environ 160 kilomètres au sud-est de Mistissini, autrefois connue comme Baie-du-Poste.

D’une superficie d’environ 256 kilomètres carrés, son territoire est montagneux, avec des sommets qui peuvent atteindre une altitude de 625 mètres. Son terrain intégral et montagneux atteint l’altitude approximative de 625 mètres. Assigny est le surnom adopté par Gabriel Le Moyne sieur d’Assigny (1681-1701), fils du premier seigneur de Longueuil, Charles Le Moyne de Longueuil et de Châteauguay (1626-1685). Ce nom se trouve toujours dans la toponymie française pour désigner une commune normande, près de Dieppe. Le nom rappelle la petite commune d’Assigny située à 18 kilomètres au nord-est de Dieppe, dans le département de la Seine-Maritime. Le toponyme Assigny est formé sur un nom d’homme d’origine latine, Assenius, avec le suffixe gaulois – acum.

Natif de Dieppe, en Normandie, Charles Le Moyne, à lInstar de nombreux nobles venus de France, avait voulu en effet, donner à ses fils, nés en Nouvelle-France, les noms de qulques lieux de sa région natale. La commune française d’Assigny compte actuellement une population d’environ 300 habitants.

Au Québec, le canton d’Assigny fait partie d’une ancienne région de chasse qui était fréquentée par les Montagnais au début du Régime français. À partir de 1679, des groupes d’Amérindiens y on fait la traite des fourrures, plus précisément au lac Mistassini, à un endroit devenu aujourd’hui le village cri de Mistissini. Situé à 60 kilomètres au sud-est du lac Mistassini, ce canton est baigné par de nombreux lacs.

Outre le canton, le toponyme Assigny désigne également deux lacs du Québec, l’un situé dans la réserve faunique des Laurentides, l’autre sur la Côte-Nord, de même que deux rues, l’une à Terrebonne, l’autre à Longueuil.

Coordonnées de Mistissini :

187, Main Street
Mistissini
G0W 1C0

Téléphone : 418 923 3461.

Canton de Dorval

Ce canton situé à environ 35 km au nord de Mistissini – anciennement Baie-du-Poste, près du Mistassini. La moitié à l’ouest du canton est baignée par ce lac, tandis que l’autre moitié, sur la terre ferme, est arrosée par de nombreuses étendues d’eau et de très petits courants qui y serpentent. Or, à une cinquantaine de kilomètres de là, au nord-est, le père Laure, sur sa Carte du Domaine en Canada (1731), indique Maison des Dorvals, au sud et près de la décharge du lac Albanel dans le lac Mistassini.

Il s’agirait d’un poste de traite de fourrures fondé vers 1689 par un dénommé Paul Dorval qui, avec 100 hommes sous le commandement du chevalier de Troyes, s’était rendu à la baie James, en 1686, par la rivière des Outaouais et les cours d’eau supérieurs. Ce Dorval n’est pas mentionné en 1686 dans le Journal du chevalier de Troyes, mais le Bulletin des recherches historiques (1918) nous apprend que le chevalier avait cédé ses droits en 1688 pour la somme de 400 L aux associés de la Compagnie canadienne de la Baie d’Hudson.

Sur l’ensemble des cantons du Québec, celui de Dorval, désigné en 1950, est l’un des mieux situés par rapport à l’évocation du personnage honoré.

Canton de Saint-Pierre

Ce canton inhabité, situé à environ 45 km au nord-est de Mistissini, est traversé par la limite qui séparait l’ancienne division de recensement de Lac-Saint-Jean-Ouest et celle de Territoire-du-Nouveau-Québec. Orients du nord-est au sud-ouest, les lacs arrosent la surface accidentée du terrain qui s’élève à 624 m d’altitude à l’est. On a attribué à ce territoire géographique le nom de Jacques Legardeur de Saint-Pierre (1701-1755), officier dans les troupes de la Marine, interprète et explorateur. Commandant du fort Beauharnois (Wisconsin), de 1734 à 1737, et de celui de Michillimakinac (1747-1749), il fut chargé de l’exploration de l’Ouest canadien où son lieutenant, Boucher de Niverville, éleva le fort de La Jonquière au pied des Rocheuses. Revenu à Montréal en 1753, il en repartit aussitôt pour aller remplacer Paul Marin de la Malgue au fort de la rivière aux Boeufs (sud du lac Érie) où il reçut froidement le major George Washington venu lui porter une sommation de la part du gouverneur de la Virginie, Robert Dinwiddie. Ce valeureux militaire canadien fut tué en 1755 au lac Saint-Sacrement (Lake George), alors que, sous Dieskau, il commandait 600 Indiens alliés des Français. Le nom paraît sur une carte du Québec en 1963.

Mistissini

Un avion dessert Mistissini dans les années 1950. Photo : Site Web de Mistissini.

Pour en savoir plus :

1 commentaire

  1. Nathalie Patry

    2014/07/07 at 12:28

    Bonjour, moi et mon conjoint nous voudrions aller pêcher sur le Lac à l’eau froide (Nous prenons le chemin en haut de Girardville). Je voudrais savoir si il faut payer un droit d’accès pour ce lac. Si oui j’aimerais avoir les tarifs. J’aimerais également savoir combien de prise de Doré ou de Brochets non avons droits. Merci beaucoup et bonne journée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *