Villes et villages

TNO Lac-Despinassy

TNO Lac-Despinassy

Territoire Non Organisé de Lac-Despinassy

Constitué civilement le 1er janvier 1986, Lac-Despinassy est un Territoire Non Organisé qui fait partie de la région administrative de l’Abitibi-Témiscamingue et est situé dans la municipalité régionale de comté de l’Abitibi.

La superficie de ce territoire est de plus de 1 874 kilomètres carrés, mais pas plus de vingt Despinassoises et Despionassois habitent sur ces vastes étendues de terre.

Le village a vécu ses meilleurs moments dans les années 1950 et à cette époque, on y dénombrait pas moins de cent cinquante familles, une église, construite en 1979, et un grand magasin général qui desservait la région.

Lac-Despinassy offre plusieurs lieux propices à la chasse, la pêche et beaucoup d’autres activités en plein air.

La station service la plus près de Despinassy se situe à La Morandière. Il est nécessaire d’emprunter un chemin de gravier pour se rendre à Despinassy à partir de Rochebaucourt.

Autrefois, un superbe pont couvert se trouvait à Despinassy. D’une longueur de 270 mètres, ce pont portait le numéro officiel 61-01-15 dans les répertoires des ponts du Québec. Il comptait deux travées et il permettait de traverser la célèbre rivière Laflamme, ce sinueux cours d’eau qui coule encore sous 2 ponts couverts de nos jours. Le pont couvert de Despinassy aurait été détruit à la suite d’un accident en 1974.

Canton de Bartouille

Le canton de Bartouille (proclamation en 1916) est limité à l’est par la rivière Bell. Une autre rivière qui porte le même nom passe dans le canton avant d’aller rejoindre , au nord, la rivière Laflamme. Quant à la rivière Taschereau qui traverse le même espace, elle se jette dans la rivière Bell, au sud de Beattyville. Le nom Bartouille rappelle un lieutenant du régiment de Berry qui occupa la fonction de major à la bataille de Carillon, en 1758. On ignore son prénom et ce qu’il advint de lui après 1760.

Canton Despinassy

Entre Amos et Lebel-sur-Quévillon se situe le canton marécageux de Despinassy, faiblement déboisé le long des routes tracées entre les secteurs inondés. Arrosé par les ruisseaux Hurualt et Lavigne et la rivière Despinassy, les deux derniers étant des affluents de la rivière Laflamme qui traverse le canton du sud au nord pour se jeter 60 km plus haut dans la rivière Bell, il présente une surface plane ne dépassant guère 325 m d’altitude. Ce nom qui, outre le canton, identifie également un lac, un ruisseau et un hameau, est celui de Louis-Auguste-Victor Despinassy, lieutenant du corps royal de l’artillerie et du génie de l’armée de Montcalm. On trouve aussi la graphie Despinassi dans un document qui fait allusion à son mariage contracté au fort Saint-Jean, sur le Richelieu, le 19 février 1759, et d’Espinassy dans le « Dictionnaire généalogique des familles canadiennes » de Tanguay. Despinassy est toutefois la forme la plus généralement admise. Le nom du canton de Despinassy paraît en 1911 sur une carte de l’Abitibi, y fut ouverte en 1948 et on y dénombrait 140 familles en 1952. Proclamé : 1916.

Canton de Ducros

Situé entre Senneterre et Lebel-sur-Quévillon et limité à l’est par le lac Parent, le canton de Ducros appartient au réseau hydrographique méridional de la rivière Nottaway, tributaire de la baie James. Il est marécageux surtout vers l’est et arrosé, à l’ouest, par la rivière Taschereau et ses longs ruisseaux qui affluent de toutes parts et qui serpentent sur un terrain plat n’excédant pas 381 m d’altitude. Le nom de cette division territoriale rappelle le souvenir de deux capitaines du régiment Royal-Roussillon de l’armée de Montcalm, Hyacinthe et Louis Ducros. Le nom du canton de Ducros a paru en 1911 sur une carte de la région de l’Abitibi. Proclamé en 1916.

Lac Parent

Alimenté par de nombreux cours d’eau, dont les rivières Robin et Lecompte, au nord-est, et Mégiscane, au sud-est, cette vaste entité lacustre aux formes irrégulières représente en fait un élargissement de la Bell, rivière qui se jette plus au nord dans le lac Matagami. Situé dans une région marécageuse de l’Abitibi, à peu de distance au nord-est de la ville de Senneterre et à environ 65 km au nord-est de Val-d’Or, ce lac possède une longueur de 53 km, une largeur de 6 km et une superficie de près de 122 km carrés. Remplaçant l’appellation algonquine de Chabogama ou Shabogama, « lac aux chenaux » en 1921, cet hydronyme rend hommage à Simon-Napoléon Parent (1855-1920) pour l’ensemble de sa carrière publique. Avocat né à Beauport, il devient conseiller municipal du quartier Saint-Vallier de Québec en 1890, maire suppléant de la ville en 1892 et finalement maire de la Vieille Capitale en 1894. Sous son administration, qui dura jusqu’en 1906, un nouvel hôtel de ville est construit (1895-1896), la première bibliothèque publique de Québec voit le jour grâce à une entente avec l’Institut canadien (1897), et de nombreux édifices surgissent de terre, dont le Château Frontenac et l’Auditorium de Québec, maintenant le Capitole. On a d’ailleurs surnommé Parent le maire des grands travaux. Cela ne l’a pas empêché d’être aussi député provincial de Saint-Sauveur (1890), fondateur de la compagnie du Pont de Québec (1897), ministre dans le cabinet de Marchand (1897-1900) et premier ministre du Québec de 1900 à 1905. Ayant abandonné la vie politique, il assume alors pendant six ans la présidence de la Commission du chemin de fer Transcontinental puis, à partir de 1911, celle de la Commission du régime des eaux courantes.

Lac Despinassy

Lac-Despinassy. Source de la photo: P199

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *