Villes et villages

La Trinité-des-Monts

La Trinité-des-Monts

Municipalité de La Trinité-des-Monts

La paroisse de La Trinité-des-Monts est située sur le versant sud du fleuve Saint-Laurent dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent, faisant partie de la municipalité régionale de comté de Rimouski-Neigette. Le territoire de La Trinité-des-Monts couvre une superficie de 241 kilomètres carrés. La municipalité est ainsi la plus vaste de la MRC Rimouski-Neigette. Sa population est d’environ 250 Trinitoises et Trinitois. Selon Statistiques Canada, on constate une décroissance de la population au cours des dernières années.

La Trinité-des-Monts ou simplement Trinité-des-Monts, est une municipalité à vocation agricole. L’économie de La Trinité-des-Monts tourne autour de l’agriculture et de l’élevage. Il a deux éleveurs de bovins de boucherie, Berthier Rioux et Michel Marceau, un éleveur de moutons, la Bergerie de la Neigette, ainsi que deux éleveurs de porcs, La Coop fédérée (Sogeporc) et la Ferme Cortalien. La truite fumée est très réputée, comme d’ailleurs partout dans a région du Bas-Saint-Laurent.

Son nom fait référence à la trinité dans la foi chrétienne. Choisi par Mgr Charles-Eugène Parent, évêque de Rimouski, ce toponyme suit l’inspiration de celle de la mission de l’Esprit-Saint qui donna naissance à la paroisse de La Trinité-des-Monts et à la paroisse voisine d’Esprit-Saint. Le bureau de poste local fut nommé Cenellier en 1939 en prenant le nom d’une rivière de l’endroit. Par la suite, en 1943, le bureau de poste a adopté son nom actuel de La Trinité-des-Monts. On raconte que monseigneur Parent baptisa ainsi la paroisse lorsqu’il aperçut les monts Notre-Dame en cherchant un site pour l’édification de l’église paroissiale de La Trinité-des-Monts.

La paroisse de Trinité-des-Monts a été érigée canoniquement en 1963. La municipalité de paroisse a été constituée civilement le 1er janvier 1965 par l’organisation de territoires non-organisés aujourd’hui connus sous le nom de Lac-Huron.

Les rivières Brisson, Cenellier et Rimouski et Brisson coulent sur le territoire de la municipalité.

La distance entre La Trinité-des-Monts et Montréal est d’environ 550 kilomètres. Pour y arriver de la ville de Québec, il faut parcourir 325 kilomètres. Entre la municipalité et Rimouski on compte 45 kilomètres. La distance entre la municipalité et Trois-Pistoles est de 70 kilomètres.

 L’accès à la municipalité se fait par la route 232 via route 132, ou route 232 via route 132, route 293 et route 296.

Coordonnées de La Trinité-des-Monts :

Adresse physique :

12, rue Principale Ouest
La Trinité-des-Monts

Adresse postale :

C. P. 9
La Trinité-des-Monts
G0K 1B0

Téléphone : 418 779-2421.

Canton de Varin

Proclamé en 1924, avec ses 11 600 ha en superficie, cet espace géographique est dans la catégorie des petits cantons du Québec. Il est situé à 25 km au-sud-sud-est de Rimouski, dans les Appalaches ; son relief est creusé par la rivière Rimouski qui lui sert de limites à l’ouest et au sud et par ses affluents, la rivière Brisson de même que les ruisseaux Jansen du Grand Matinal. Il atteint 624 m d’altitude au mont Longue-Vue, au nord-est, tandis qu’à l’ouest, près de la rivière Rimouski, il n’est qu’à 182 m.

Jean-Baptiste Varin (1812-1899), administrateur, est né à l’île Manitoulin située dans le lac Huron, un des Grands Lacs, près de sa rive nord. Notaire à La Prairie (1851-1854), il a instauré en 1866 l’un des premiers cadastres de la province de Québec rendu nécessaire par l’abolition de la tenure seigneuriale en 1854. De 1868 à 1892, il s’est occupé des hypothèques du village de La Prairie. La dénomination du canton a été choisie en 1918.

Canton La Roche

Ce canton se situe dans la MRC de Rimouski-Neigette, à environ 35 km au sud de la ville de Rimouski. Son appellation évoque le marquis Troilus de La Roche de Mesgouez (vers 1540-1606). Nommé gouverneur de Morlaix, en Bretagne, en 1565, il apprend à découvrir les profits que l’on tire des pêcheries et traites des Terres-Neuves. En 1578, Henri IV lui accorde le titre de vice-roi  ès dites Terres-Neuves et le droit de gouverner le pays, mais son vaisseau est intercepté par le navigateur anglais Walter Raleigh, dès le départ de France. Il accomplira avec succès, en 1583, une expédition dirigée cependant par Étienne Bellenger. Après l’échec de 1584, alors que le principal navire échoue sur les côtes de la Saintonge, le marquis suspend ce type d’activité. En 1598, de nouvelles lettres patentes le feront lieutenant général des pays de Canada, Terre-Neuve, Labrador et Norembègue, tite qui lui confère le monopole de la traite. L’expédition de 1598 ne sera pas des plus heureuses car la plupart des futurs colons furent abandonnés à l’île de Sable où ils périrent presque tous. Par la suite, le marquis s’intéressa encore aux Terres-Neuves mais s’en remit à son principal lieutenant Pierre Chauvin de Tonnetuit, qui établira le poste de Tadoussac. Proclamé en 1924.

Historique de la municipalité de La Trinité-des-Monts

Cette municipalité du Bas-Saint-Laurent se trouve aujourd’hui dans la section centre-sud de la MRC de Rimouski-Neigette, au nord-est d’Esprit-Saint, immédiatement au sud-ouest de Saint-Narcisse-de-Rimouski, sous l’angle territorial.

Arrosé par les eaux des rivières du Cenellier, Rimouski et Brisson, le territoire compte la majorité de sa population dans le secteur ouest et son ouverture remonte au début des années 1960 avec l’érection canonique de la paroisse de Trinité-des-Monts en 1963, suivie, deux ans plus tard, de son érection civile tout comme l’établissement de la municipalité de paroisse qui en a repris la désignation. Le voisinage d’Esprit-Saint, dédiée à l’une des personnes de la Sainte-Trinité, a sûrement motivé le choix du nom paroissial par les pieuses autorités du diocèse, d’autant plus que l’un et l’autre noms ont été choisis pratiquement en même temps. Sur le plan municipal, Esprit-Saint (1972) et La Trinité-des-Monts (1965) ont été détachées d’un vaste territoire de l’arrière-pays, pratiquement vide et don ne subsiste que le territoire non organisé de Lac-Huron.

Pour sa part, le bureau de poste de l’endroit a tour porté les noms d’Esprit-Saint (1938-1939), de Cenellier (1939-1943) et de La Trinité-des-Monts (depuis 1943). L’une des plus jeunes municipalités de l’arrière-pays, La Trinité-des-Monts compte un centre de plein air assez fréquenté. En outre, plusieurs touristes se rendent expressément à cet endroit pour y déguster un méchoui délicieux dont a fait une spécialité trinitoise.

trinite_monts

Église du village de la Trinité-des-Monts, crédit photo : Nicogag

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *