Villes et villages

Kangirsuk

Kangirsuk

Municipalité de village nordique de Kangirsuk

Constitué civilement le 17 janvier 1981, le village nordique de Kangirsuk est situé dans la région administrative du Nord-du-Québec, et fait partie de l’administration régionale Kativik du Nunavik. Ce village regroupe environ 600 Kangirsumiuq et s’étend sur environ 60 kilomètres carrés.

La municipalité de village nordique de Kangirsuk est située sur la rive gauche de la rivière Arnaud, affluent de la côte occidentale de la baie d’Ungava, à environ 230 km au nord de Kuujjuaq. Jusqu’au milieu des années 1950, il n’y eut d’installations permanentes à cet endroit que celles du poste de traite de la Compagnie de la Baie d’Hudson qui y fut établi en 1920.

Le poste portait alors le nom de Payne River en mémoire de Frank F. Payne, venu explorer la région durant l’hiver de 1885-1886. Celle-ci était cependant fréquentée depuis longtemps par les Kangiqsumiut qui dressaient leurs campements d’été sur les îles littorales à cause de leur abondance en gibier.

Approuvé en 1945 sous la forme de Payne Bay, le nom du poste fut changé, en 1961, pour celui de François-Babel, en l’honneur du père oblat Louis-François Babel (1826-1912), au cours d’une opération de francisation de la toponymie des côtes du Nouveau-Québec.

Ce nom ne s’implanta pas cependant et fut remplacé par celui de Bellin dès 1962. Jacques-Nicolas Bellin (1703-1772), hydrographe français, a dressé plusieurs cartes de la baie James et du détroit et de la baie d’Hudson. Le nom de ce village fut publié sous la forme de Bellin (Payne) au Répertoire géographique du Québec de 1969, forme que l’on utilisera d’ailleurs jusqu’en 1980. Cette année-là, ce nom est remplacé par celui de Kangirsuk lorsque le village est constitué en municipalité de village nordique. La façon d’écrire le nom devait cependant dès lors susciter des difficultés.

La graphie proposée correspondant à celle retenue par l’association Inuit Tapirisat du Canada, qui avait hérité, en 1976, du mandat de normaliser l’écriture de la langue inuite et de ses noms de lieux. Les autorités locales ayant exprimé leur désaccord face à cette graphie, la Commission de toponymie devait finalement accepter leur point de vue en 1982 et corriger le nom pour Kangirsuk. Cette modification n’altère cependant pas le sens du mot qui signifie simplement « la baie ».

Des attraits du village de Kangirsuk, citerons les suivants :

  • La rivière Arnaud  qui est une rivière renommée pour ses grandes marées. Ce cours d’eau est reconnu par la pêche aux moules.
  • Bon nombre de lacs et de rivières situés à proximité du village regorgent d’ombles chevaliers et de touladis et sont donc les destinations idéales pour les mordus de la pêche.
  • Observation de la faune : on peut y observer béluga, phoque, caribou et de nombreuses espèces d’oiseaux.
  • Sites archéologiques locaux : non loin de Kangirsuk, dans l’île Pamiok, on peut visiter les fondations de pierre d’une longue maison, qui, selon certains archéologues, seraient des vestiges des Vikings qui auraient vraisemblablement séjourné dans la région au XIe siècle.

La distance entre la communauté de Kangirsuk et Montréal est d’environ 2000 kilomètres en suivant la route sur la côte nord de la rivière Payne.

La vue générale du village nordique de Kangirsuk. Source de la photo : commons.wikimedia.org/wiki/File:Kangirsuk_at_dawn_or_dusk_-b.jpg. Auteur : Steven Roberge.
La vue générale du village nordique de Kangirsuk. Source de la photo : commons.wikimedia.org/wiki/File:Kangirsuk_at_dawn_or_dusk_-b.jpg. Auteur : Steven Roberge.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *