Villes et villages

Kangiqsujuaq

Kangiqsujuaq

Municipalité de village nordique de Kangiqsujuaq

Le village nordique de Kangiqsujuaq  fait partie du Nunavik de l’administration régionale Kativik situé dans la région administrative du Nord-du-Québec.

La municipalité de village nordique de Kangiqsujuaq est située sur la rive droite de la baie Wakeham, face au détroit d’Hudson, à environ 420 km au nord de Kuujjuaq. Ce sont des scientifiques qui, les premiers, explorent la région, à la fin du XIXe siècle. À ce moment cependant, les Inuits se trouvent surtout à une cinquantaine de kilomètres plus au sud. C’est pourquoi, lorsque, en 1884, on décide d’établir une station météorologique pour le compte du gouvernement canadien, on choisit le site d’une baie de ce secteur à laquelle on donne le nom de Stupart en l’honneur d’un météorologue de l’expédition, R. Frederick Stupart, de Toronto, qu’on laisse d’ailleurs Albert Peter Low explorer la baie Wakeham elle-même. Arrivé à bord du Diana, il visite alors la baie qu’il baptise Wakeham en l’honneur du capitaine William Wakeham, commandant du navire. Il n’y rencontre alors que quelques Kangiqsujuamiut campés pour la saison. Low explore à nouveau la baie en 1904 et y repère deux sites d’ancrage intéressants dont l’un correspond à celui en face duquel se situe le village actuel.

Vers 1910, la compagnie Revillon Frères vient y établir un poste de traite et lui attribue le nom de Wakeham Bay. En 1961, on proposera de changer le nom en celui de Sainte-Anne-de-Maricourt lors d’une vaste opération visant à franciser la toponymie des côtes du Nord-du-Québec.

Paul Le Moyne de Maricourt avait accompagné son frère, Le Moyne d’Iberville, dans une expédition militaire à la baie d’Hudson, en 1686. Seul le nom Maricourt fut cependant retenu, en 1965, pour identifier le village. Il ne s’est jamais vraiment implanté dans l’usage. Bien que la forme Kangirsujjuaq soit apparue sur une carte officielle du Québec en 1964, c’est en 1980 que le village, alors constitué en municipalité de village nordique, prendra officiellement le nom de Kangiqsujuaq qui signifie la « grande baie ». Le site sur lequel est construit le village porte en inuktitut le nom de Qutialik qui signifie le « grand piémont ».

Territoire de Kativik

D’une superficie de 500 164 km carrés, le territoire de Kativik comprend l’ensemble des terres situées au-delà du 55e parallèle de latitude nord sur lesquelles s’exerce la compétence de l’Administration régionale Kativik. Cette compétence découle des dispositions de la Loi concernant les villages nordiques et l’Administration régionale Kativik adoptée en 1978. L’organisme assure entre autres la coordination des activités des municipalités de village nordique et intervient dans les domaines d’intérêt régional, comme la santé, les services sociaux, l’éducation, le développement économique et l’environnement. Le nom Katiik, de langue innuite, signifie « endroit où l’on va pour se rassembler et est tiré des racines « kati », aller se rassembler et « vik », endroit où.

De nos jours, à Kangiqsujuaq, selon l’Institut de la statistique du Québec, la langue la plus parlée le plus souvent à la maison est l’inuktitut à 95, 68%, le français à 2,16 % et l’anglais à également 2,16 %.

L’aéroport de Wakeham Bay ou de Kangiqsujuaq est situé à 1,3 km au sud-est de la municipalité de Kangiqsujuaq.

Photographie, Employés du poste de traite de Revillon Frères à Kangiqsujuaq (baie Wakeham), QC, 1909, Hugh A. Peck, Sels d'argent - Gélatine argentique - 10.4 x 15.8 cm
Photographie, Employés du poste de traite de Revillon Frères à Kangiqsujuaq (baie Wakeham), QC, 1909, Hugh A. Peck, Sels d’argent – Gélatine argentique – 10.4 x 15.8 cm. Photo libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *