Villes et villages

Fermont

Fermont

Ville de Fermont

La ville de Fermont, située dans la région administrative de la Côte-Nord, dans la MRC de Caniapiscau, dans la zone subarctique, est née à la suite de l’épuisement du gisement du lac Jeannine à Gagnon. La Compagnie minière Québec Cartier décide alors de s’établir au Mont Wright, dont les gisements de fer possèdent de hautes concentrations du minerai.

On calcule à l’époque que plus de 1600 employés permanents seraient engagés pour travailler dans la mine. Il fallait alors pourvoir aux besoins d’hébergement des travailleurs ainsi que de leur familles. C’est la raison de la fondation de la ville de Fermont, conçue comme une localité dans laquelle les effets d’un climat extrêmement rigoureux seraient réduits au minimum.

Ainsi Fermont naît en 1971, pour être érigé civilement en ville le 15 octobre 1974. Son nom a été choisi par les résidents de la ville, parce qu’il est en lui-même évocateur. En effet, ce nom nous rappelle l’histoire du Canada: la première industrie lourde en Nouvelle-France, fondée en 1736 à Trois-Rivières, se trouvait en fait dans le village de Fermont.

Fermont a été conçue comme une ville nordique moderne alimentée à l’énergie hydro-électrique. Ce sont les architectes québécois Maurice Desnoyers et Norbert Schoenauer qui ont proposé un imposant mur-écran pour protéger la ville des vents dominants. Ils se sont inspirés de l’exemple de la Suède, où l’architecte Ralf Erskine a travaillé dans le même domaine. Un énorme édifice multifonctionnel d’une cinquantaine de mètres de hauteur et 1,3 kilomètre de longueur, unique en Amérique du Nord, a été érigé à Fermont. Le bâtiment est en forme de flèche pointée en direction du Nord-Nord-Ouest qui étend ses bras protecteurs au-dessus de la ville.

Dans la bâtisse, on trouve 330 logements et 158 chambres pour célibataires. De plus, tous les services communautaires y logent, tels que l’hôtel de ville, le centre récréatif, le centre éducatif et le centre commercial. L’atmosphère intérieure est contrôlée.

Aujourd’hui, la population de Fermont regroupe quelque 2500 Fermontoises et Fermontois et la ville couvre une superficie d’environ 500 kilomètres carrés. Fermont et Schefferville sont les seules municipalités ou villes peuplées de la vaste MRC de Caniapiscau. Toutefois, c’est à Fermont qu’une activité économique considérable se développe et la plus grande partie de la population est liée aux activités de la Compagnie minière Québec Cartier qui exploite le gisement minier du Mont-Wright.

En fait, on comprend qu’une ville qui dépend intimement des conditions du marché mondial du fer doit diversifier son économie pour pouvoir se développer. L‘une des voies et possiblement la seule qui soit viable en ce moment est le développement des pourvoiries, du tourisme d’aventure et de la motoneige. Par ailleurs, les aurores boréales qui y sont présentes pendant toute l’année, mais particulièrement entre le mois d’août et le mois de mars, sont un phénomène d’une beauté incomparable et valent la peine d’un long voyage vers le Nord. C’est aussi un excellent lieu d’observation de la fantastique pluie d’étoiles filantes des Perséides, vers le milieu du mois d’août.

En outre, plusieurs projets majeurs de développement minier sont en train de se concrétiser dans la région, notamment l’implantation d’une nouvelle compagnie minière qui désire exploiter le fer, New Millenium. Une seconde mine de fer est en cours d’implantation à côté de la mine déjà existante du Mont-Wright appartenant à la Compagnie minière Québec Cartier. La nouvelle mine du lac Bloom appartient à la Compagnie minière Consolidated Thompson Iron Mines.

Toutefois, l’isolement de Fermont constitue une lourde contrainte. En effet, le coût du transport aérien est loin d’être négligeable et la seule route qui relie Fermont à la «civilisation», la 389, est plutôt un défi pour les voyageurs.

Hameau de Mont-Wright

En 1970, la compagnie minière Québec Cartier annonce l’inauguration des travaux d’aménagement du mont Wright, un riche gisement de minerai de fer de la Côte-Nord évalué à l’époque à 2,5 milliards de tonnes. L’exploitation de la mine débute réellement en 1974 lorsque, d’une part, la ville de Fermont est constituée officiellement un peu plus à l’est et que, d’autre part, on dynamite 50 m de la calotte du mont, qui s’élève à 900 m au-dessus du niveau de la mer. Cette spectaculaire opération ayant déplacé deux millions deux cent milles tonnes de roches et de minerai ouvre la voie à quatorze années de travaux intensifs d’extraction du minerai, à la suite desquels le mont fait place à une immense excavation. Malgré cette transformation radicale des lieux, le toponyme Mont-Wright est toujours en usage. Cette appellation tend même à désigner le territoire minier compris à l’intérieur d,Un rayon d’environ 30 km autour de l’ancien mont Wright, là où se trouvent quatre autre monts qui seront exploités jusque vers l’an 2020. Un lien ferroviaire achemine le minerai de fer vers la ville portuaire de Port-Cartier, située à 446 km plus au sud. Wright est le nom du pilote de brousse qui s’est tué lors de l’écrasement de son avion dans cette région en 1952. Travaillant alors dans ce secteur, des équipes d’explorations miniètres ont baptisé le mont en son honneur.

Coordonnées de Fermont :

C. P. 520
Fermont
G0G 1J0
Québec

Téléphone : 418 287 5411.

Fermont

Vue sur Fermont. Source de la photographie : Wikipedia, RushDevil

Pour en apprendre plus :

112 Comments

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *