Villes et villages

Ferme-Neuve

Ferme-Neuve

Municipalité de Ferme-Neuve

La municipalité de Ferme-Neuve, la plus vaste municipalité des Laurentides, se trouve au coeur des Hautes-Laurentides, dans la région administrative des Laurentides (MRC Antoine-Labelle). La municipalité occupe une superficie de plus de 1 031 kilomètres carrés et regroupe environ 3500 Fermeneuviennes et Fermeneuviens.

Ferme-Neuve est blottie au pied du Mont Sir-Wilfrid-Laurier, aussi connu sous le nom de montagne du Diable. La rivière La Lièvre traverse son territoire et de nombreux lacs parsèment la région.

Ferme Neuve possède des terres agricoles fertiles, mais c’est à la forêt qu’elle doit son existence car, au milieu du XIXe siècle, des marchands de bois y vinrent pour couper des pins blancs et rouges, très convoités à l’époque. En 1850, la ferme de la Montagne est construite par la compagnie forestière James Maclaren afin de servir de base de ravitaillement pour les bûcherons

En 1901, la première municipalité est érigée sous le nom de Municipalité des cantons de Wurtèle, Moreau, Gravel et Pope. Deux ans plus tard, on ouvre la première route praticable qui relie la ferme et le Mont-Laurier. En 1905, le chemin Gouin est ouvert à son tour.

Des entreprises y voient le jour, dont la célèbre fromagerie de M. Cyrille Lafontaine et des moulins à scie. La municipalité maintient sa vocation forestière et agricole pendant des décennies.

Aujourd’hui, Ferme-Neuve est devenue un paradis pour les amateurs de nature. Les grands espaces de la Forêt récréotouristique offrent des paysages inoubliables. Les plages du lac Baskatong, les chutes du Windigo et les sommets du mont Sir Wilfrid Laurier retiennent également l’attention. Une visite des chutes du Windigo, du village Windigo et de la baie du Diable vous imprégnera d’images inoubliables.

Les voyageurs peuvent s’arrêter au camping de la baie du Diable aménagé dans un décor naturel sur les rives du réservoir Baskatong. Il propose 270 sites avec des services de toilettes et de douches, une station de vidange, un dépanneur, un restaurant et une buanderie.

On peut aussi pratiquer le vélo de montagne à Ferme-Neuve, le mont Sir Wilfrid-Laurier étant traversé par de nombreux chemins forestiers. D’ailleurs, les amateurs de cyclisme peuvent se rendre à Ferme-Neuve par la piste cyclable reliant le parc linéaire du P’tit Train du Nord à la municipalité. Cette piste longe la rivière du Lièvre sur près de 20 kilomètres. On y retrouve également des sentiers de motoneige et de quad balisés.

Au total, les Hautes-Laurentides possèdent 4 000 kilomètres de sentiers balisés de très bonne qualité. En hiver, la motoneige est l’une des principales activités touristiques de la région. C’est d’ailleurs ici que le premier sentier Trans-Québec a été créé. Ces sentiers rejoignent ceux de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Mauricie, des Bois-Francs, de Lanaudière et de l’Outaouais.

Au village, vous trouverez des commerçants, des équipement récréatifs, des parcs et des villageois accueillants pour répondre à vos besoins.

Le Domaine les Hauts Bois, situé à Ferme-Neuve, est une ferme d’élevage de wapitis. Ces animaux vécurent au Québec avant la seconde moitié du XIX siècle, puis ils disparaissent du territoire de la province. Ce Domaine offre donc l’une des rares possibilités d’en apprendre plus sur les wapitis et éventuellement, pour les visiteurs carnivores, de goûter à la viande de wapiti.

La Pourvoirie du Rabaska est située au 55, chemin de l’Oasis.

Coordonnées de Ferme-Neuve :

70, 12e Rue
Ferme-Neuve
J0W 1C0

Téléphone : 819 587 3400.

Site internet de Ferme-Neuve : municipalite.ferme-neuve.qc.ca.

Mont Sir-Wilfrid

À une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Mont-Laurier et près du lac Windigo le relief des Laurentides s’élève graduellement pour former une masse oblongue d’environ 8 km de longueur sur 5 km de largeur, ayant son sommet à 783 m. Une dizaine de ruisseaux qui y naissent découpent ce mont en tous sens et vont alimenter les petites nappes d’eau environnantes. Encore connu sous le nom de Montagne du Diable – ce qui peut s’expliquer par la présence du terme Windigo plus ancien dans les environs = il porte toutefois le nom de Sir-Wilfrid depuis les années 1960. La proximité de Mont-Laurier a sans doute joué dans le choix de ce toponyme qui rend hommage à Wilfrid Laurier (1841-1919), premier ministre du Canada, de 1896 à 1911. Selon l’historien Robert Rumilly, Laurier reçut le titre de Sir en 1897, à Londres, où le premier ministre s’était rendu pour participer aux fêtes du jubilé de la reine Victoria. Par la suite, on parla couramment au Québec de sir Wilfrid (sir prononcé évidemment à la française).

Hameau Garnier

Ce nom, vraisemblablement tiré d’un anthroponyme, désigne un hameau du canton Pope, immédiatement au sud du lac Pionnier et à l’ouest de la rivière, à 9 km au nord de la ville de Mont-Laurier et à environ 20 km au sud-est du réservoir Baskatong. Il se situe dans une région ouverte à L’industrie forestière et à la colonisation vers la fin du XIXe siècle, à une époque où le bois du lac Pionnier commençait à alimenter les scieries de Mont-Laurier, puis prenait la route de Montréal en vue de son expédition aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Un bureau de poste, également appelé Garnier, a été en service à cet endroit de 1911 à 1939.

Lac des Journalistes

C’est sur les bords de ce plan d’eau que se sont installés les pionniers du village de Ferme-neuve à la fin du XIXe siècle. Cette localité était encore naissante quand Lomer Gouin, alors ministre de la Colonisation, y vint en tournée en 1901. Il était accompagné de huit journalistes intéressés par la progression de la colonisation et les besoins des colons. Parmi eux se trouvaient Arthur Côté de La Presse, Amédée Denault de « La Patrie » mais qui deviendra en 1904 rédacteur en chef du journal « Le Canada ». Enthousiasmés par le travail des habitants de Ferme-Neuve, ils lancèrent une souscription publique pour la construction d’une école qui porta le nom d’École des journalistes. Bien que le toponyme Lac des Journalistes ait été officiellement approuvé en 1932, c’est depuis cette visite à Ferme-Neuve, est aujourd’hui populaire pour les sports nautiques auprès des plaisanciers qui sillonnent sa surface de 2,3 km de long sur 1,1 km de large. Le lac se déverse par le ruisseau des Journalistes, lequel parcourt 1 km avant de rejoindre la rivière du Lièvre. Variante : Lac de la Vieille.

Lac Piscatosine

À près de 230 m de hauteur et à 11 km à l’est du réservoir Baskatong, ce lac situé au nord-ouest de Ferme-Neuve, dans Labelle, a 10 km de longueur et atteint jusqu’à 5 km de largeur. Cette nappe d’eau occupe une partie des cantons de Fontbrune et de Pau et reçoit les eaux des lacs Georges, du Chêne et Cocanagog, communiquant avec ce dernier par la passe Piscatosine. Elle reçoit aussi les eaux de la rivière d’argent, jadis appelée Rivière Piscatosine, qui coule depuis le lac de la Montagne. On note plusieurs pointes de terre, petites baies et îles, entre autres la baie Frazer, la Deuxième Baie et l’île à Béliveau. Ce lac se déverse par un cours d’eau sans nom, mais que certaines cartes ont déjà identifié comme l’embouchure de la rivière Piscatosine, dans la rivière Notawassi qui rejoint le réservoir Baskatong. En 1876, l’arpenteur S.L. Brabazon fait état de la forme Basketoushin, alors utilisée localement pour les autochtones. Lac Piscatosin est relevé sur la carte de la province de Québec, en 1870 et en 1880. En 1962, le « e » final sera ajouté. Pour d’aucuns, dont le père Lemoine, ce toponyme serait dérivé du mot algonquin « obiskatasin » et signifierait « il est resserré entre des rochers ». Pour d’autres, il proviendrait d’un autre terme algonquin, « biskatachin », signifiant « petit lac plié » et serait dans ce cas un dénominatif de Baskatong. Variantes : Lac Picatosin, Lac Piskatosi.

bakatong

Lac Baskatong à Ferme-Neuve. Photo : Village Windigo.

Voir aussi :

1 commentaire

  1. Redge dit :

    Pouvons nous ajouter le ptit golf tapanee a votre site ?

    Merci !

    Ferme-neuve.com

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *