Villes et villages

Essipit

Essipit

Réserve indienne Essipit

La réserve indienne Essipit est située près de Tadoussac, sur la rive nord du Saint-Laurent, dans la région administrative de la Côte-Nord. Au Québec, trois familles linguistiques des premières nations regroupent environ onze nations. La communauté Essipit est une communauté montagnaise, issue de la famille algonquine. Elle occupe un territoire de 0,4 kilomètres carrés et regroupe environ 250 résidents. La commission de la toponymie du Québec désigne les habitants d’Essipit sous le nom d’Essipiulnu.

La communauté est bien connue pour ses croisières d’observation des baleines, ses pourvoiries, son activité de pêche et une vaste gamme d’activités culturelles autochtones.

À Essipit, on peut loger dans des condos de luxe, mais on trouve également des chalets et un camping.

Ces lieux furent choisis par les colons Français au tout début de la Nouvelle-France pour l’exploitation de ses ressources naturelles. Cependant, il semble évident qu’avant l’établissement des Français, les Amérindiens entretiennent des relations avec les vikings et les baleiniers basques.

C’est vers la fin du XIXe siècle que l’exploitation forestière bouleverse le mode de vie des autochtones de La Haute-Côte-Nord et les éloigne de leurs territoires. En 1892, le gouvernement fédéral du Canada créé les réserves amérindiennes dont Essipit, dans laquelle les Montagnais sont supposés développer une nouvelle économie, basée sur l’échange et l’artisanat.

Historique de la réserve indienne d’Essipit

Localisée sur la rive sud de la baie des Escoumins, à 40 km au nord-est de Tadoussac, sur la Haute-Côte-Nord, la réserve indienne des Escoumins n’occupe qu’une superficie de 0,4 km carrés. Bien qu’une quarantaine de Montagnais soient dénombrés dans la mission des Escoumins en 1863 et que la réserve soit officiellement créée en 1892, l’histoire des lieux remonte à une époque beaucoup plus ancienne.

Les « Relations des Jésuites » rapportent, en effet, la présence des Excomminquois dans la région dès 1611. Ceux-ci sont cependant présentés comme une nation ennemie des Français et on les distingue nettement des Montagnais de la région qui eux sont reconnus comme amis. Cette description donne du poids à une hypothèse voulant qu’il s’agisse là d’une peuplade vraisemblablement micmaque qui, dès le milieu du XVIe siècle quittait de façon épisodique son territoire de la baie des Chaleurs pour se retrouver sur la Côte-Nord.

Le nom d’Escoumins était utilisait à l’époque pour désigner cette localité qui pourrait constituer une variante du mot Escuminac, lui-même une corruption du terme micmac Eskuminaak, qui signifierait « poste d’observation, lieu de guet ». Escuminac est aujourd’hui le nom d’une municipalité située sur la baie des Chaleurs.

Un autre argument milite en faveur de cette interprétation : les Montagnais ont toujours donné, en effet, à cet endroit le nom d’Essipit. Dès 1664, les Papinachois connaissaient la rivière des Escoumins sous le nom d’Esseigiou. Le père Charles Arnaud qui a passé plusieurs années de sa vie chez les Montagnais affirmait aussi, au XIXe siècle, que les Papinachois appelaient la rivière des Escoumins Etshipi, c’est-à-dire, la rivière aux coquilles. G. Lemoine l’identifie en 1901 sous le nom d’Eshipu en lui rattachant le même sens. L’anthropologue Frank G. Speck les décrit, en 1931, sous les noms d’Escipiwilnuts, peuple de la rivière des ruisseaux aux coques. Dans son « Dictionnaire montagnais-français » publié en 1991, Lynn Drapeau utilise le terme Essipiu pour Escoumins et Essipiulnu pour ses habitants. Cet ouvrage permet d’ailleurs de décomposer le toponyme et le gentilé de la façon suivante : « esh », coque, terme générique pour mollusques à coquillage, « shipu », fleuve, rivière, ilnu, être himain. Quant au Conseil de bande local, il identifie lui-même, depuis quelque temps, la réserve sous le nom d’Essipit, forme qui est devenue officielle.

essipit

Vue d »Essipit. Photo (c) Tous droits réservés : www.flickr.com/photos/voyagecanada.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *