Villes et villages

Elgin

Elgin

Municipalité d’Elgin

La municipalité d’Elgin est située dans la municipalité régionale de comté du Haut-Saint-Laurent, qui fait partie à son tour de la région administrative de la Montérégie. La superficie de la municipalité est de de plus de 69 kilomètres carrés et son territoire est délimité par la rivière Châteauguay, la rivière Trout (communément appelée Rivière à la Truite) et la frontière américaine, au sud de Salaberry-de-Valleyfield. Le territoire d’Elgin est plat et ne s’élève pas à plus de 100 mètres d’altitude.

La municipalité regroupe environ 460 Elginoises et Elginois (elginites en anglais).

La municipalité se compose de trois lieux-dits, Glenelm, Beith et Kelvingrove et d’un hameau, Trout River (notons en passant que le hameau Trout River fut connu sous le nom de South Hinchinbrooke à partir de 1848 et sous le nom d’Helena de 1871 à 1917).

Historiquement, la municipalité de canton d’Elgin fut constituée le 1er juillet 1855 et nommée ainsi en l’honneur de James Bruce 8e comte d’Elgin, lord Elgin (1812-1863), gouverneur général du Canada-Uni de 1847 à 1854.

Pendant longtemps, Elgin était une municipalité de canton, mais le 21 mars 2009, ses résidents ont décidé de changer son statut de canton pour celui de municipalité.

Un parcours de golf de neuf trous s’est implanté sur ce territoire.

Nous recommandons une visite de la Bergerie M.C. – Entre Champs et Fleurs, au 1147, 4e Concession, Elgin, téléphone 450 264-4768, avec sa boutique Agneau du Québec et herboristerie artisanale. Les propriétaires vous offrent un repas champêtre sur réservation, ainsi qu’une visite guidée de la bergerie, avec des explications données sur élevage d’agneau biologique, fleurs comestibles et plantes médicinales. Mini-repas santé disponible. Ouvert du 1er juin au 30 septembre du jeudi au dimanche. Agneau disponible à l’année.

À Elgin, vous pouvez visiter l’atelier-galerie de Sylvie Brunet, dont les tableaux, aux couleurs vives et franches, immortalisent l’âme de ses sujets préférés, les enfants. L’artiste s’amuse à mélanger son imaginaire à la réalité de scènes extérieures dans un style figuratif un tantinet naïf. Ses huiles sur toile sont le résultat d’une recherche personnelle conjuguée à un contact prolongé auprès des enfants dans le milieu des garderies. Voilà pourquoi tant de sourires sont suscités par ces scènes d’enfants évoluant dans des paysages typiquement québécois.

Tout près, le pont couvert Percy de Powerscourt, qui enjambe la rivière Châteauguay entre Elgin et Hinchinbrooke, mérite votre attention. Ce pont, construit entre 1861 et 186, est d’une longueur de 50 mètres. Sa structure est à deux travées de mètre de largeur chacune. Le pont fut construit par le forgeron du village, Robert Graham, au coût de 1675$. Deux arches (de 26 mètres et de 24 mètres) à poutres triangulées (patentée par l’Américain Daniel Craig McCallum en 1850) s’appuient sur un pilier central et 2 piliers latéraux. C’est le dernier pont du genre au monde et le plus ancien pont couvert du Canada. Le pont Percy de Powerscourt a été classé monument historique en 1987.

Coordonnées d’Elgin :

933, chemin de la 2e-Concession
Elgin
J0S 2E0

Téléphone : 450 264-2320.

Canton d’Elgin

Proclamé en 1849, limité par la rivière Châteauguay et par l’un de ses tributaires, la rivière Trout, le canton d’Elgin, de forme irrégulière, est situé le long de la frontière canada-américaine, au sud-ouest de Huntingdon. Sa forme particulière s’explique par le fait que le canton résulte du découpage du canton primitif de Hinchinbrooke. Sa superficie de 12 262 ha le classe parmi les petits cantons du Québec et son terrain plat ne s’élève qu’à 100 m. Les endroits défrichés laissent voir les lieux-dits d’Elgin, de Kelvingrove et de Glenelm.

Ce nom fut choisi en l’honneur de James Bruce, 8e comte d’Elgin (1811-1863), un Écossais qui a occupé la fonction de gouverneur du Canada-Uni de 1847 à 1854, à la suite de son mandat en Jamaïque durant les quatre années précédentes. L’introduction du gouvernement responsable (1849), l’abolition de la tenure seigneuriale (1854) et le traité de réciprocité avec les États-Unis (1854) constituent les principaux événements de son administration qui se voulait ouverte au dialogue et qui faisait une part équitable aux Canadiens français. Gendre du gouverneur Durham, lord Elgin a été honoré de son vivant et durant son mandat de gouverneur.

Hameau de Trout River

Regroupant une soixantaine de personnes, ce hameau se situe de part à l’autre de la rivière Trout dans la municipalité d’Elgin près de la frontière de l’État de New York. Ce lieu habité constitue un poste frontière entre le Canada et les États-Unis sur la roue 138, à 75 km au sud-ouest de Montréal, lequel a été identifié jusqu’en 1917 comme bureau de poste sous le nom de Sout Hinchinbrooke (1848-1871) et Helena (1871-1917). Toutefois, à 10 km plus au nord, le long de la rivière Trout, dans la municipalité de Godmanchester, se retrouve un lieu-dit, jadis marqué par la présence d’un bureau de poste (1858-1915) et connu sous le même nom de Trout River. Ces deux toponymes ont emprunté leur nom de la rivière Trout. Ces deux toponymes ont emprunté leur nom de la rivière Trout. L’acte d’établissement du canton d’Elgin, en 1849, mentionne le toponyme Rivière la Truite dans sa forme française. Au fil des ans, la forme actuelle Rivière Trout est passée dans l’usage.

Elgin

Hiver à Elgin. Source de la photographie : Iilywhite flickr.com/photos/lilywhite/8158984399/in/photostream.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *