Villes et villages

Colombier

Colombier

Municipalité de Colombier, région de la Côte-Nord

C’est en 1946 que quatre villages, soit les Ilets-Jérémie, Saint-Élysée de Bersimis, Saint-Marc de Latour et Sainte-Thérèse de Colombier s’unissent et forment l’unique municipalité de Colombier qui est aujourd’hui peuplée par 900 Colombiennes et Colombiens (pas les mêmes que les autres!).

La superficie de cette municipalité, située dans la région administrative de la Côte-Nord est de plus de 310 kilomètres carrés. Elle fait partie de la Municipalité régionale de comté de la Haute-Côte-Nord, constituant la municipalité qui se trouve à l’est de la MRC. Le territoire de Colombier est compris entre la rivière Laval à l’ouest et la rivière Betsiamites à l’est.

La première mention des Îlets-Jérémie date de 1672 dans l’acte de baptême d’une jeune Amérindienne, ce qui fait de ces lieux l’une des localités les plus anciennes du Canada, cependant, le professeur d’histoire Pierre Frenette dit qu’un poste de traite des fourrures existait déjà dans les années 1650. Beaucoup plus tard, à la fin du XIXe siècle, des scieries sont installées sur la côte.

Aujourd’hui, Colombier est un village vieillissant, mais il y a des entreprises de sciage dans l’exploitation forestière et dans le tourisme. Il faut reconnaître toutefois, que les habitants partent travailler hors de la ville.

Pour les visiteurs, c’est une région magnifique pour observer les oiseaux migrateurs, la flore, la faune, le fleuve St-Laurent ou pour pratiquer la plongée sous-marine ou le kayak de mer.

Notons finalement que sur la Côte-Nord, il faut voir, au moins une fois, Les Îlets-Jérémie. Ces îlets font maintenant partie de la municipalité de Colombier, tient son nom de Jérémie Lamontagne qui y a ouvert, vers 1660, un établissement de pêche et de traite de fourrures.

Baie des Plongeurs

Cette entité se présente sous la forme d’une grande échancrure sur la côte nord du Saint-Laurent, à quelques kilomètres en aval de Forestville. Les eaux du fleuve pénètrent jusqu’à 2,5 km à l’intérieur des terres ; en largeur, la baie mesure 1,2 km. Dotée d’un fond sablonneux, elle est entourée de buttes rocheuses, essentiellement couvertes de conifères. La dénomination signale sons doute la présence dans ces parages du plongeon à collier ou huart à collier (Gavia immer), un gavidé réputé pour ses plongeons. On désigne aussi la baie par l’appellation Baie des Plongeux ; le langage populaire utilise souvent des finales en -eux, archaïsme de la langue encore usité. L’abondance du gibier de mer est encore attestée par Eugène Rouillard en 1906. On trouve aussi la batture aux Gibiers, qui avoisine la baie. L’usage du toponyme Baie des Plongeurs remonte au début du XIXe siècle. L’île de la Baie des Plongeurs de même qu’un rocher dénommé Caye de la Baie des Plongeurs se dressent à l’entrée de la baie.

Historique de Colombier

À environ 60 km au sud-ouest de Baie-Comeau, on a créé, en 1946, la petite municipalité de Colombier. Son développement est redevable à la crise économique des années 1930, alors que les autorités gouvernementales ont mis de l’avant la colonisation afin de résoudre le chômage qui frappait de plein fouet la population québécoise. Son nom rappelle la mémoire de Charles-Roger des Colombiers, commerçant de fourrures, bourgeois et échevin de Québec au temps de Frontenac, qui était concessionnaire d’un arrière-fief sur le territoire en 1677.

Les citoyens de Colombier, les Colombiens qu’il ne faut pas confondre avec les habitants de la Colombie, utilisent encore fréquemment comme désignation courante Sainte-Thérèse-de (du, des) – Colombiers, parfois abrégée en Colombiers, nom de la paroisse érigée canoniquement en 1948 et mise sous le patronage de sainte Thérèse de L’Enfant-Jésus. L’installation des pionniers près de la rivière Colombier, justifie le nom de Rivière-Colombier attribué au bureau de poste crée en 1937.

Coordonnées de la municipalité de Colombier :

C. P. 69
Colombier
G0H 1P0

Téléphone : 418 565 3343.

Ste-Thérèse-des-Colombiers

Saint-Colombiers en 1948. Photo ancienne, libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *