Villes et villages

Chartierville

Chartierville

Municipalité de Chartierville

Chartierville est une municipalité, constituée en 1870 sur une superficie de plus de 139 kilomètres carrés dans la région administrative de l’Estrie (municipalité régionale de comté du Haut-Saint-François). Chartierville se trouve près de la frontière avec les États-Unis, sur la route panoramique 257 Sud, au bord de la rivière aux Saumons, à 55 kilomètres de Sherbrooke. Elle regroupe environ 400 Chartiervilloises et Chartiervillois. D’ailleurs, c’est une des municipalités les plus haut placées au Québec, car l’altitude moyenne des collines sur lesquelles le village est situé, est de 505 mètres.

On surnomme Chartierville : l’Eldorado des Cantons-de-l’Est, en raison de la beauté de ses paysages, de ses richesses naturelles et de sa faune sauvage, des cerfs de Virginie et des orignaux avant tout. Elle est aussi célèbre pour son phénomène optique de Côte magnétique qui attire un grand nombre de touristes.

À Chartierville, on pratique de nombreuses activités telles que les randonnées pédestres en forêt, la motoneige, la chasse et la pêche.

Les premiers colons, des Canadiens français venant des États-Unis en vertu de la Loi de rapatriement qui leur donna le droit d’obtenir des terrains, s’établissent à Chartierville vers le début des années 1870. En 1878, la paroisse est constituée canoniquement sous le nom de Saint-Jean-Baptiste. Cette année-là, on y compte 71 familles, totalisant 381 âmes. La paroisse et le village doivent leur nom à l’abbé Jean-Baptiste Chartier qui a été le premier curé de la paroisse et qui y a envoyé les premiers colons dans ces lieux.

Quant à la fameuse Côte magnétique qui a fait la renommée du village, elle constitue un phénomène tout à fait curieux : si on met son véhicule au point mort (N), on expérimentera ce phénomène naturel, c’est-à-dire qu’on verra que la voiture est attirée par des forces naturelles vers le sommet de la colline. Cependant, malgré son nom, ce phénomène n’est pas causé par des forces magnétiques ou supranaturelles, car il s’agit d’une étonnante illusion d’optique.

Attention! En faisant cette expérience, n’oubliez pas que vous vous trouvez sur une route où on se doit de respecter les règles de la sécurité routière. Il est préférable que quelqu’un surveille le trafic à ce moment.

Coordonnées de Chartierville :

27, rue Saint-Jean-Baptiste
Chartierville
J0B 1K0

Téléphone : 819 656 2323

Site Internet du village de Chartierville : chartierville.ca.

Montagnes Blanches

Quelques hauts reliefs des Appalaches, au sud du Québec, le mont Gosford en particulier (1186 m), prolongent vers le nord les White Mountains de l’État de New Hampshire font le mont Washington (1918 m) constitue le point culminant. Ces montagnes furent ainsi nommées dès 1642 lorsque les premiers explorateurs européens aperçurent leurs sommets enneigés. Au Québec, la forme française a été déclarée officielle en 1985.

chartierville

Chartierville en hiver, vue d’en haut, près du poste frontalier. Source : © chartierville.ca.

Hameau de West Ditton

À 8 km au sud-ouest du mont Mégantic, dans la MRC du Haut-Saint-François, ce hameau occupe la partie est du canton de même nom. Le bureau de poste de West Ditton a été en service de 1868 à 1938. Le service postal est maintenant assuré par La Patrie, municipalité qui occupe la partie centrale du canton où s’est concentrée la population francophone dès le dernier quart du XIXe siècle.

Canton d’Emberton

Longeant le tracé sinueux de la frontière canado-américaine, à 50 km au sud-est de Sherbrooke, le canton d’Emberton est occupé par le prolongement des montagnes Blanches dont le plus haut sommet québécois s’élève à 886 m, non loin de New Hampshire. Il est arrosé par le ruisseau d’origine identique : Ditton Ouest et Ditton Est. La municipalité de Chartierville qu’il comprend est située au croisement de deux routes habitées. Il s’agit de l’un des cantons où l’on a voulu rapatrier des Québécois qui avaient émigré aux États-Unis. La désignation du canton d’Emberton, qui apparaît sur la carte de Gale et Duberger (1795), est empruntée à celui d’un village d’Angleterre situé à environ 60 km au nord-ouest de Londres. Proclamé en 1870.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *