Villes et villages

Boucherville

Boucherville

Ville de Boucherville

La ville de Boucherville se trouve dans la région administrative de la Montérégie faisant partie de la Communauté métropolitaine de Montréal et occupant un territoire d’environ 70 kilomètres carrés. Boucherville a été constituée civilement en 2006, à la suite d’une série de fusions et défusions municipales de l’agglomération de Longueuil. Sa population avoisine 40 mille Bouchervilloises et Bouchervillois.

En fait, Boucherville est l’une des plus anciennes villes du Québec. C’est en 1667 que la seigneurie des Îles-Percées a été fondée par Pierre Boucher qui a été le premier défenseur, gouverneur et urbaniste de cette ville. C’est lui qui commence les travaux de défrichement et invite des colons (principalement issus de Trois-Rivières).

Les premiers colons, guidés par leur seigneur, bâtissent une place fortifiée avec une palissade de bois. Aujourd’hui, la place du premier fortin ou enceinte rectangulaire correspond au tracé du boulevard Marie-Victorin et des rues De La Perrière, Pierre-Boucher et Saint-Charles.

À l’intérieur, Pierre Boucher fait élever le manoir du seigneur et une chapelle en bois (le manoir, l’église et le moulin sont des éléments obligatoires pour répondre aux exigences d’une seigneurie). Les maisons des premiers colons sont également érigées le long de la première rue nommée Notre-Dame qui traverse le fort dans toute sa longueur. Les premiers résidents de Boucherville s’occupent d’élevage et d’agriculture.

La première école de garçons est ouverte à Boucherville en 1689. Trois ans plus tard, en 1692, la paroisse Sainte-Famille est érigée canoniquement.

En 1811, Boucherville compte déjà plus 2 250 âmes, 91 maisons, dont 25 en pierre et 4 moulins à vent. Cependant, en 1845, un grand incendie, le fléau du Québec, détruit le village. Il s’ensuit une période de stagnation (d’ailleurs, le 24 mai 1893, un autre incendie détruit une partie du village de Boucherville) et ce n’est que vers le milieu du XXe siècle que Boucherville renaît en tant que localité populaire propice à la promotion domiciliaire. Il faut préciser que des 3 mille résidents en 1951, la population s’est élevée à 30 621 en 1983 (données du site web de la ville de Boucherville). La ville acquiert donc une vocation résidentielle, après la construction du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine et de la route transcanadienne, à partie des années 1960, le parc industriel de Boucherville se développe.

Le Vieux-Boucherville d’aujourd’hui, c’est un ensemble charmant de rues étroites et de maisons ancestrales avec une église historique.

Notons que l’Association des gens d’affaires de Boucherville ou AGAB, un organisme sans but lucratif, existe à Boucherville et aide les nouveaux arrivants à développer des projets économiques.

Coordonnées de Boucherville :

500, rue de la Rivière-aux-Pins
Boucherville
Québec
J4B 2Z7

Téléphone : 450-449 8100

Site internet : boucherville.ca

Origine et utilisation du nom de Mortagne au Québec

Le nom de Mortagne attribué, en 1901, à un canton inhabité de l’Abitibi=Témiscamingue, situé à 70 km au sud-est de Témiscaming, évoque la ville de Mortagne-au-Perche, lieu de pratique de l’apothicaire Robert Giffard, considéré comme le premier seigneur colonisateur de la Nouvelle-France. De fait, en 1634, celui-ci quitta Mortagne (nom du lieu à cette époque) avec une poignée de colons, pour s’établir définitivement à Beauport, près de Québec. Parmi ces premiers pionniers, identifiés aujourd’hui à des familles souches de la colonie, on compte Zacharie Cloutier, Jean Guyon (Dion), Thomas Giroux et Gaspard Boucher.

Cet effort de peuplement, provenant de l’ancienne province du Perche, ne fut pas unique, puisque cette région donna plus de 217 émigrants à la colonie française sous le régime français, dont 51 provenaient de Mortagne. Sous l’appellation contemporaine de Mortagne-au-Perche, cette ville est aujourd’hui un chef-lieu d’arrondissement de l’actuel département de l’Orne, dont la préfecture est Alençon, située à 35 km. Le nom du village vient d’une colonie de Mauritant, installée à la fin de l’Empire Romain. On y trouve une église de style gothique fl flamboyant et deux musées. La ville de Mortagne-au-Perche est connue pour son marché agricole, dont la spécialité est le boudin noir. Elle vit naître, en 1868, le philosophe Alain.

Au Québec, le canton de Mortagne constitue un territoire fortement arrosé, notamment par la rivière Maganasipi Est et les lacs Beaubel, Lindsay, Caugnawana, Restigo et Montegron. Actuellement jumelée à Mortagne-au-Perche, la ville de Boucherville, en Montérégie a adopté le toponyme Mortagne pour désigner un district électoral municipal, un boulevard et un échangeur. Dans cette ville, on a surtout voulu évoquer le lieu de naissance de Pierre Boucher, premier seigneur de Boucherville et auteur d’un ouvrage intitulé Histoire véritable et naturelle des mœurs et productions du pays de la Nouvelle-France, publié à Paris en 1664. Ailleurs au Québec, on trouve cinq rues de Mortagne.

Boucherville

Église Ste-Famille et ancien couvent de Boucherville, vus du fleuve St-Laurent. Photo : auteur Un Bouchervillois, photo du domaine public

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *