Villes et villages

L’Ascension-de-Notre-Seigneur

L’Ascension-de-Notre-Seigneur

Municipalité de L’Ascension-de-Notre-Seigneur

Au nord de la Grande Décharge, dans la région administrative du Saguenay-Lac-Saint-Jean, adossé à la rivière Péribonka du côté nord et voisin de Sainte-Monique et de Delisle au Lac-Saint-Jean, existe un territoire traversé de rivières et pailleté de petits lacs, ouvert à la colonisation en 1896.

La municipalité de L’Ascension-de-Notre-Seigneur fait partie des municipalités de la Municipalité régionale de comté du Lac-Saint-Jean-Est. Constituée civilement le 25 février 1919, cette municipalité de paroisse s’étend sur un territoire de plus de 139 kilomètres carrés de la superficie et regroupe plus de 2 mille résidents.

C’est lors de la création de la paroisse religieuse, le 8 juin 1916, en l’octave de L’Ascension qui l’endroit a reçu son nom. Cette dénomination se révèle d’autant plus justifiée que l’église paroissiale a été érigée sur une élévation, comme le souligne Hormisdas Magnan.

Le segment Notre-Seigneur s’est probablement imposé pour éviter toute confusion avec la municipalité de la paroisse de L’Ascension, dans les Laurentides, créée plusieurs années auparavant, car L’Ascension-de-Notre-Seigneur n’existe comme municipalité que depuis 1919. Cependant, la désignation courante de la municipalité agrège systématiquement l’appellation en L’Ascension.

Des attraits touristiques de l’endroit, il faut mentionner les  Jardins Scullion.  Les visiteurs de ce jardin ont accès à l’un des plus grands jardins de conifères au monde avec un inventaire imposant de plus de 300 variétés et cultivars provenant des régions nordiques de la planète. Ces végétaux, adaptés aux conditions climatiques particulières de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, sont le résultat d’un important projet de recherche mené par l’organisme depuis 2009. Les visiteurs ont la possibilité de louer des voiturettes électriques pour accéder à ce développement d’une superficie de 8 hectares, soit l’équivalent de 130 terrains résidentiels. 4.2 km de sentiers à sens unique donnent accès à ce jardin, dont près de 1 km de sentier de bois flottant en tourbière. Les invités ont accès à la rive sud du ruisseau des Harts en traversant le nouveau pont à voûte inspiré des grands jardins d’Angleterre. Ce pont est d’une longueur de 35 mètres et d’un poids de 520 tonnes.

Artiste et paysagiste réputé, Brian Scullion a réalisé un rêve d’enfance en créant, sur une ferme un véritable paradis terrestre. Cette passion est palpable dès l’entrée au Jardin Scullion. Ce site familial avec mini-ferme, jeux d’enfant et aires de pique-nique est décrit par les jardiniers professionnels comme étant l’un des plus beaux jardins du Québec. Lauréat régional des Grands prix du tourisme québécois, à trois reprises, le Jardin Scullion offre également des visites libres ou guidées d’une tourbière et différents peuplements forestiers. À l’étage du bâtiment d’accueil, on y présente une fresque géante sur la biodiversité régionale. On y trouve une pépinière de production avec conseillers horticoles et services d’aménagement paysagers. Le restaurant L’Estacade et une boutique de souvenirs se trouvent à l’entrée.

Camp Patmos : Le Camp Patmos a débuté en 1972 dans la région sud du Lac-Saint-Jean, aux abords du lac des Commissaires, sous la direction de M. Gabriel Cotnoir. En 1988, un nouveau site pour le Camp Patmos fut inauguré à L’Ascension. En 1999, étant donné le nombre croissant de campeurs, Frank et Wallie Danbrook furent engagés à temps plein par le Conseil d’administration afin d’assurer le développement des services et des infrastructures. Au Camp Patmos, le but est d’offrir des vacances exceptionnelles ainsi que de créer et de promouvoir une ambiance saine et propice au ressourcement spirituel pour chaque membre de la famille.

Dans son souci de rester accessible au plus grand nombre de familles, le Camp Patmos s’est inscrit au programme d’aide financière offert par le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement Supérieur (MEES) qui vise à aider les familles à faible revenu à bénéficier des camps d’été.

Canton De l’Île

Le canton De l’Île, échancré par la Grande Décharge à la jonction du lac Saint-Jean et de la rivière Saguenay, comprend, à son extrémité sud, l’île d’Alma; d’où son appellation. Semi-rural, il est organisé autour des municipalités de L’Ascension-de-Notre-Seigneur, au nord, et de Delisle, au sud, près de la Grande Décharge. Sa surface arrosée, entre autres cours d’eau, par les rivières aux Chicots et Mistouk ne dépasse guère l’altitude de 152 mètres au nord-ouest et est presque partout défrichée, sauf dans sa partie nord. L’orthographe primitive De l’Isle apparaît sur un plan du canton de Signay, dressé par l’arpenteur Jules Tremblay en 1857. En 1861, sur un plan établi par Edmond Duberger, le nom Delisle a été biffé et remplacé par De l’Île, signifiant alors que la véritable graphie était en deux mots. En 1863, Stanislas Drapeau confirmait d’ailleurs que “parmi les cantons nouvellement arpentés se trouve l’Isle d’Alma, assise au pied du Lac St.Jean”. Proclamation : 1868.

Canton de Garnier

De forme irrégulière, ce canton est arrosé par la rivière Péribonka, à une quinzaine de kilomètres au nord d’Alma. Son territoire qui ne s’élève pas au-dessus de 214 mètres est plat, très marécageux et ne renferme que quelques petites étendues d’eau concentrées au sud-ouest : les lacs Noir, Brun, Garnier et les Petits lacs Bleus ; le lac à Ludovic-Gauthier se trouve près de la rivière. Le nom de cette unité géographique inhabitée et traversée par une route rappelle la mémoire de Charles Garnier (1606-1649), jésuite arrivé à Québec en 1636.

Envoyé comme missionnaire d’abord chez les Hurons, peu de temps après avoir foulé le sol de la Nouvelle-France, il passe ensuite chez les Pétuns (1639-1640), séjourne quelques années à la mission Saint-Joseph de Téanaoustaiaé (1641-1646), puis retourne chez les Pétuns en 1646. C’est là qu’il sera massacré le 7 décembre 1649 par les Iroquois qui dévastaient la Huronie. Le père Charles Garnier a été canonisé en 1930. Proclamé en 1916.

Coordonnées de la municipalité de L’Ascension-de-Notre-Seigneur :

Adresse physique :

1000, 1re Rue Est

L’Ascension-de-Notre-Seigneur

Adresse postale :

C. P. 100

L’Ascension-de-Notre-Seigneur

G0W 1Y0

Téléphone : 418 347-3482.

Site Internet de la municipalité de paroisse de L’Ascension-de-Notre-Seigneur : ville.ascension.qc.ca.

Poste d'accueil du Jardin Scullion.  Source de l'image : Site Web de la municipalité de L'Ascension-de-Notre-Seigneur.
Poste d’accueil du Jardin Scullion. Source de l’image : Site Web de la municipalité de L’Ascension-de-Notre-Seigneur.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *