Vivre à Montréal

Pierrefonds-Roxboro

Pierrefonds-Roxboro

Arrondissement Pierrefonds-Roxboro

L’arrondissement Pierrefonds-Roxboro couvre une superficie de 27 kilomètres carrés dans la partie nord-ouest de la Ville de Montréal, le long de la rivière des Prairies. Plus de  66 mille personnes y habitent. Cet arrondissement fut créé en 2002, à la suite du regroupement de Pierrefonds et Roxboro.

L’une des artères les plus importantes de l’arrondissement est le boulevard Gouin.

La ville de Pierrefonds fut fondée en 1741. La localité faisait alors partie de la paroisse de Sainte-Geneviève qui regroupait Pierrefonds, l’Île-Bizard, Sainte-Geneviève, Roxboro et Dollard-des-Ormeaux. C’est en 1904 que le village de Sainte-Geneviève de Pierrefonds se sépare de Sainte-Geneviève.

Le vocable Pierrefonds fut proposé par le notaire et député Joseph-Adolphe Chauret qui fit construire, en 1902, une imposante demeure et qui lui donna le nom d’une commune  située près de Compiègne, en France. Le bâtiment était la réplique d’un château de cette commune (en 1993, le château de Pierrefonds fut pratiquement détruit par un incendie). En 1935, Sainte-Geneviève et Sainte-Geneviève de Pierrefonds redeviennent une seule municipalité et c’est le 18 décembre 1958 que la ville de Pierrefonds renaît officiellement.

Quant à Roxboro, la municipalité fut incorporée en ville en 1914. Depuis longtemps, Roxboro était un lieu de villégiature estivale. Son nom vient de la conjonction de deux mots anglais, rock -roche- et borough –localité.

Aujourd’hui, l’arrondissement Pierrefonds-Roxboro offre des logements à prix abordables dans un environnement agréable. On y trouve une proportion à peu près égale de francophones et d’anglophones.

Le train de banlieue des Deux-Montagnes relie la municipalité au centre-ville de Montréal.

Le Parc nature du Cap-Saint-Jacques, sur les rives du lac des Deux-Montagnes, occupe une partie de l’arrondissement. Un refuge d’oiseaux y a été aménagé.

Pierrefonds, note historique

Neuf siècle séparent deux Pierrefonds situés de par et d’autre de l’Atlantique. En effet, si la première attestation du Pierrefonds de France, en Picardie, remonte au XIe siècle, il faut attendre le XXe pour voir apparaître ce nom au Québec. Fait relativement rare, cette migration toponymique a une origine esthétique. En effet, le notaire Joseph-Adolphe Chauret (1854-1918), secrétaire-trésorier de la municipalité de la paroisse de Sainte-Geneviève de 1880 à 1904, s’était fait construire en ce lieu, en 1902, une modeste réplique d’un château qu’il baptisa Pierrefonds, inspiré qu’il avait été par l’architecture du véritable château français du même nom situé à Pierrefonds, près de Compiègne, dans L’Oise.

Dès 1904, sous l’impulsion du même personnage, qui fut aussi député de la circonscription électorale de Jacques-Cartier à l’Assemblée législative du Québec, de 1897 à 1908, le nom de Pierrefonds devenait une composante de la dénomination de la nouvelle municipalité du village de Sainte-Geneviève-de-Pierrefonds. Lorsque, dans le cadre de réaménagements territoriaux, la municipalité de la paroisse de Sainte-Geneviève accéda au statut de ville, en 1958, on lui attribua le seul nom de Pierrefonds.

Aujourd’hui, cette ville de la Communauté urbaine de Montréal, située sur les bords de la rivière des Prairies, dans le sud-ouest de l’île de Montréal, en face de l’île Bizard, abrite une population de près de 55 mille habitants. Par ailleurs, Pierrefonds, en France, située à la lisière est de la forêt de Compiègne, est une petite commune de plus ou moins 1500 habitants ; son nom vient d’une formation romane de deux mots bien connus pour désigner une source entourée de rochers.

Reconnue comme station thermale, elle doit surtout sa célébrité à son imposant château féodal du XIVe siècle, construit par le duc Louis d’Orléans et entièrement reconstitué entre 1857 et 1884, pour Napoléon III, par les soins de Viollet-le-Duc. Cette œuvre de restauration, importante à l’époque, avait si bien accru la renommée du château qu’il s’ensuivit une prolifération de cartes postales et de gravures le représentant dans toute sa splendeur, nourrissant ainsi le rêve du notaire Chauret d’en posséder une imitation.

Pont ferroviaire entre Pierrefonds-Roxboro et Laval

Pont ferroviaire historique entre Pierrefonds-Roxboro et Laval. Photo libre de droits.

Pour en apprendre plus :

1 commentaire

  1. Estelle Doucet

    2012/06/12 at 12:58

    SVP m’envoyer les plans du réseau cyclable(des pistes) de Roxborro- Pierrefonds:
    Estelle Doucet
    10 206 5e Rue Montréal
    H1C 2G9
    Merci

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *