Des nouvelles pas fraîches

Trois morts au lac Labelle

Trois morts au lac Labelle

Une affreuse tragédie fait trois morts au lac Labelle

Un scaphandrier est appelé

Trois personnes ont tragiquement perdu la vie avant 7 h, samedi soir (4 février 1950), lors d’un affreux drame de l’onde qui se déroula au lac Labelle, six à une centaine de milles au nord de la métropole. Une auto dans laquelle il y avait quatre passagers, céda sous la glace et elle fut engloutie dans le lac mentionné, où l’eau a environ 200 pieds de profondeur. Un des occupants de la voiture eut la vie sauve, cependant que ses trois compagnons perdirent la vie. Au moment de mettre sous presse, deux corps des victimes, ainsi que l’auto submergée, n’ont pas encore été repêchés.

Les morts sont M. Lionel Cédilot, 22 ans, de Labelle, dans les Laurentides ; M. Lucien Thériault, 40 ans, également de Labelle, et père de cinq enfants, ainsi que Mlle Fabienne Desjardins, jeune fille de 22 ans, qui habitait l’Ascension, village du même comté de Labelle.

Le survivant de cette horrible tragédie, M. Émile Valiquette, jeune homme de 22 ans, de Labelle, réussit à échapper à la mort en sortant rapidement de la voiture, au moment où celle-ci s’enfonçait dans l’onde. Il réussit en outre à sortir de l’auto Mlle Desjardins, mais celle-si trépassa d’une crise cardiaque, au moment où on la transportait au rivage.

L’auto était à environ un quart de mille du rivage, au moment du funeste accident.

Une enquête a été ouverte sous la présidence du Dr. Jacques Cartier, de l’Annonciation, coroner du district de Labelle, mais elle fut cependant ajournée « sine die ».

Les constatation d’usage furent faites par le détective Arthur Lesage, de la division de Mont-Laurier, de la Sûreté provinciale du Québec.

Scaphandrier de la mer mandé sur le théâtre du drame de Labelle

On a appris, au quartier général de la Sûreté de la province, que la famille demanderait les services d’un scaphandrier de Halifax, habitué de faire des plongées dans les eaux profondes de l’océan, dans un effort pour repêcher le les corps des deux personnes qui furent victimes de l’onde, en fin de semaine, au lac Labelle, à une centaine de milles au nord de Montréal.

Comme nous relation dans notre édition d’hier matin, MM. Lionel Cédillot et Lucien Théreault, respectivement âgés de 22 ans et 40 ans, qui habitaient tous deux Labelle, furent engloutis dans le lac mentionné, avec l’auto dans laquelle ils voyageaient, à un endroit où l’eau a une profondeur de 210 pieds. On a fait de longues et difficiles recherches, au cours de la journée d’hier, dans un vain effort pour repérer les cadavres des victimes. Ces recherches furent effectuées par une vingtaine de villageois, travaillant sous la direction personnelle des détectives J.-Arthur Lesage et Jules Legault, de la division de Mont-Laurier, de la police provinciale.

Au moment de l’affreuse tragédie, il y avait aussi dans la voiture, M. Emile Valiquette, 22 ans, également de Labelle, et sa fiancée, Mlle Fabienne Desjardins, jeune fille de 18 ans, de l’Ascension.

M. Valiquette, le seul survivant de ce drame de l’onde, réussit à échapper à la mort en sortant rapidement de l’arrière de l’auto , quand celle-ci s’enfonça dans l’onde. Il réussit en outre à sortir de la voiture Mlle Desjardins, mais celle-ci trépassa à la suite d’une crise cardiaque, au moment où on la transportait au rivage. Un verdict de mort accidentelle fut rendu, hier soir, dans le cas de cette dernière, à l’issue d’une enquête tenue tenue sous la présidence du Dr. Jacques Cartier, de l’Annonciation coroner du district de Labelle.

Scaphandrier géant
Scaphandrier géant sur la place des festivals à Montréal. Photo – GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *