Uncategorized

Parc Saint-Norbert et « Se faire Échos »

Parc Saint-Norbert et « Se faire Échos »

Parc Saint-Norbert dans le quarter de Chomedey, à Laval et la sculpture « Se faire Échos »

Le parc Saint-Norbert est situé dans le quadrilatère du boulevard Cartier, entre la 64e Avenue et la 66e Avenue, au sein du quartier Chomedey. C’est dans ce quartier qu’on retrouve la plus forte concentration d’immigrants sur le territoire lavallois.

L’installation « Se faire Échos », création de Patrick Bérubé, a été ajoutée au parc en 2019, elle s’inspire du Liban et elle célèbre l’apport de l’immigration au territoire lavallois. La sculpture prend la forme d’une montagne ouverte, dont le coeur brille comme la mer. L’aspect ludique de l’oeuvre invite le promeneur à réfléchir à la cohabitation entre les personnes de différentes cultures qui se font écho, alors que ses deux parties rappellent les coupures qui viennent avec l’immigration.

La sculpture « Se faire Échos » évoque également la collaboration, l’effort collectif et la communauté unie grâce à ses parties qui, une fois rassemblées, forment un tout. L’artiste propose enfin de créer un nouveau territoire, conçu à partir des empreintes de mains des habitants. Ces empreintes sont gravées sur l’extérieur de la sculpture.

Patrick Bérubé un artiste québécois. Finaliste pour le prix Pierre Ayot en 2010 et 2011, son travail a été remarquée sur la scène nationale et internationale à de nombreuses expositions et événements majeurs. Il pratique essentiellement en sculpture, en installation et intervention publique. L’espace et le lieu sont très importants dans son travail, autant dans le processus de création que dans l’oeuvre elle-même. L’artiste questionne nos comportements et nos rélations face à différentes situations d’impuissance et de vulnérabilité. Il créé des anomalies, des discontinuités, qui déstabilisent, qui surprennent et qui tentent d’amener le promeneur à s’arrêter et à se questionner sur ces irrégularités.

C’est en 2018 que la ville de Laval a lancé un appel de candidatures pour la réalisation d’une oeuvre d’art public célébrant l’apport de l’immigration sur le territoire de la ville. Cet appel a été lancé en collaboration avec l’Union libanaise culturelle mondiale du Québec. En fait, un Lavallois sur quatre est issu de l’immigration et cela apporte à la ville une richesse sociale, culturelle, économique et démographique essentielles au développement. L’oeuvre symbolise l’immigrantion et elle est devenue un pôle récréatif et culturel, un point de ralliement pour les citoyens et les événements du quartier.

Cette sculpture représente la collection d’oeuvres d’art de la Ville de Laval. Ce projet de la Ville de Laval a été réalisé grâce à l’initiative et à la collaboration de l’Union libanaise culturelle mondiale du Québec.

Soulignons que le parc Saint-Norbert possède deux terrains acryliques de tennis. Tous les activités y sont gratuites (sauf si indiqué). On y retrouve également un module de jeux, un module d’exercices. En été on y pratique le baseball (y est possible de réserver le terrain de baseball), la balle-molle, le pétanque, le soccer sur un terrain gazonné. En hiver, une patinoire extérieure avec bandes est aménagée sur le territoire du parc. On peut y pratiquer aussi le hockey.

Coordonnées du parc Saint-Norbert à Chomedey, au coeur de la ville de Laval:

560, 64e Avenue, Laval H7V 2J3.

Sculpture Échos
L’oeuvre « Se Faire Échos ». Faire Échos de Patrick Berubé s’inspire du Liban pour célébrer l’apport de l’immigration au territoire lavalois. Cette sculpture prend la forme d’une montagne ouverte dont le coeur brille comme la mer. L’aspect ludique de l’oeuvre invite le promeneur à réfléchir à la cohabitation entre les personnes de différentes cultures qui se font échos alors que ses deux parties rappellent les coupures qui viennent avec l’immigration. Photo de GrandQuebec.com.
Échos
 L’oeuvre évoque également la collaboration, l’effort collectif et la communauté unie grâce à ces parties qui, une fois rassemblées, forment un tout. L’artiste propose enfin de créer un nouveau territoire, conçu à partir des empreintes de mains des habitants. Ces empreintes sont gravées sur l’extérieur de la sculpture. Photographie de GrandQuebec.com.
Il y a ceux qui suivent les chemins balisés et puis il y a toi, Standish, une brise dans le parc de l'imagination (Sally Gardner, une écrivaine britannique pour enfants). Photographie de GrandQuebec.com.
Il y a ceux qui suivent les chemins balisés et puis il y a toi, Standish, une brise dans le parc de l’imagination (Sally Gardner, une écrivaine britannique pour enfants). Photographie de GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *