Théâtres du Québec

Théâtre du Bic

Théâtre du Bic

Théâtre du Bic

Le Bic est une petite municipalité pittoresque située à 18 km à l’ouest de Rimouski. Depuis la fin des années 1980, avec le développement du Parc national du Bic et la création du Théâtre du Bic, son caractère touristique et culturel s’affirme de plus en plus.

Situé dans une anse, le Théâtre du Bic est localisé dans un environnement agréable auprès d’une chute, à la rencontre d’une rivière et du fleuve. Le visiteur y a une vue imprenable sur le fleuve, les îles du Bic et leurs couchers de soleil.

À l’origine, la compagnie de Théâtre les gens d’en bas se produisait en tournée à travers le Québec, et ça dès 1973. Au début des années 1980, la compagnie s’installe au deuxième étage de la grange qui servait de pavillon d’accueil aux visiteurs du parc national du Bic. C’est de là qu’est venue l’idée de déménager cette grange, située à l’entrée du camping du parc, et d’en faire un théâtre permanent.

En 1988, les travaux de déménagement, de rénovation et d’agrandissement de la grange s’effectuent au coût de 600 000$ par la municipalité et le Théâtre des gens d’en bas. Le ministère de la Culture et des Communications est partenaire dans ce projet.

Transportée sur un terrain vague à l’une des entrées du village, puis rénovée, la grange en est devenue la première infrastructure culturelle et touristique du Bic. Le terrain a été complètement configuré et aménagé pour en faire une aire d’accueil digne d’un théâtre et du magnifique paysage environnant.

Depuis, le théâtre offre au public de la région une programmation annuelle de qualité axée sur les gens d’en bas qui l’animait déjà.

Le Théâtre est une salle de spectacle intime de 200 places réalisée dans une ancienne grange rénovée. Plus rien ne rappelle l’ancienne utilisation de l’édifice, si ce n’est son apparence extérieure et la forme caractéristique de la toiture qui donne à la salle une chaleur particulière.

À cause de la nature de ses matériaux, l’acoustique de la salle est très bien adaptée au type de spectacles qui y sont donnés.

Favorable aux échanges entre les artistes et le public, la confortable salle du théâtre peut s’adapter à divers types de scénographies non traditionnelles. Les équipements techniques sont mobiles, la scène et la salle peuvent être modifiées grâce à un jeu de modules simple.

Caractéristiques techniques du théâtre du Bic :

  • Capacité totale de la salle : 196 places ;
  • Profondeur de la salle : 15,2 mètres ;
  • Largeur de la salle : 12,8 mètres ;
  • Profondeur de la scène : 8,7 mètres – scène avec rallonge sans habillage ; 7,8 mètres avec rideau de fond ;
  • Largeur de la scène : 12,8 mètres sans habillage ou 9,1 mètres avec cadre de scène et allemandes

Coordonnées du Théâtre du Bic :

50 Route du Golf
Le Bic

G0L 1B0

Téléphone : 418-736-4141

Site  web du Théâtre du Bic : theatredubic.com.

Municipalité Le Bic

Municipalité du Bas-Saint-Laurent, située à 260 km au nord-est de Québec. Le Bic donne sur le littoral sud du Saint-Laurent, près du plateau appalachien. Une série de collines rocheuses alternant avec des bandes de terrains bas, parallèles au fleuve, y forment un paysage superbe de caps et de pointes, agrémenté d’anses et de baies.

Ces particularités ont donné naissance à une légende suivant laquelle l’ange chargé d’orner la terres, lors de la création du monde, arrivé devant Le Bic en fin de journée, y a déposé tant son surplus d’îles et de montagnes, douant le paysage bicois d’un pittoresque à nul autre pareil, qui lui a valu le surnom de Petite Suisse du Québec. Afin de préserver cet environnement exceptionnel, le gouvernement a établi au Bic et dans la municipalité voisine de Saint-Fabien le parc national de Bic.

La profondeur du havre du Bic en fait un abri sûr et l’un des mouillages importants du Saint-Laurent où, notamment, le général Wolfe et sa flotte ont fait une halte en 1759. L’histoire bicoise remonte aux débuts de la colonie et même plus loin dans le temps car, en 1535, Jacques Cartier s’est arrêté au havre du Bic, tout comme Champlain le fera en 1604. Ce dernier est d’ailleurs l’auteur de la dénomination car il appelle l’endroit le Pic, puis mentionne « dudict pic », à propos d’une montagne assez élevée 9347 m) et pointue qui domine le havre.

Par corruption lexicale, Pic serait devenu Bic, d’où le nom de Bic repris lors de la création de la seigneurie en 1675 et du bureau de poste en 1832. Ce sommet porte aujourd’hui le nom officiel de Pic Champlain. Toutefois, dès le XVIe siècle, au temps du pilote Jean Alfonse, le Bic était connu comme le cap de Marbre. Cartier, en 1535, avait identifié le havre du Bic comme les isles aux saint Jean, car il y était entré le jour de la Décollation de saint Jean-Baptiste. Dans le premier roman écrit au Canada, « The History of Emily Montague’, publié à Londres en 1769 par Frances Moore Brooke, épouse de l’aumônier des troupes britanniques, le toponyme Bic est mentionné.

Sur le plan municipal, Le Bic provient de la fusion, en 1972, des municipalités de la paroisse de Sainte-Cécile-du-Bic et du village de Bic, respectivement créées en 1845 et en 1920. La dénomination de Sainte-Cécile-du-Bic provient de celle de la paroisse érigée canoniquement en 1830 et desservie comme mission entre 1793 et 1850. Le patronyme Cécile célèbre le souvenir de Cécile Archibald, épouse de William Darling Campbell, seigneur des lieux à l’époque de l’érection canonique de la paroisse en 1830. L’article initial Le a été restitué en 1987, pour des motifs historiques et de syntaxe française.

theatre du bic

Théâtre et église du Bic, photo par © Elena et Viacheslav Petrovskiy.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *