Sante

Mangez moins gras

Mangez moins gras

Manger moins gras

Nous avons tous besoin de manger un peu de gras. Cependant, selon les données de Santé et Bien-être social Canada, la plupart de gens en consomment trop.

N’oubliez pas que vous pouvez consommer moins grains en prenant plus de produits céréaliers, de légumes, de fruits et de légumineuses. Quant aux produis laitiers, viandes, volailles ou poisson, vous pouvez aussi choisir les produits qui sont plus maigres.

Voici quelques trucs pour manger moins gras :

  • Tartinez moins de beurre ou de margarine sur le pain ou sur les bagels;
  • Mettez moins de vinaigrettes dans vos salades ou choisissez-en une à teneur réduite en matières grasses;
  • Découvrez le goût des légumes nature ou légèrement assaisonnés;
  • Utilisez dans vos recettes des produits laitières écrémés ou partiellement écrémés;
  • Prenez de plus petites portions des aliments qui sont riches en gras;
  • Cuisez de préférence au four, à la vapeur ou aux micro-ondes;
  • Mangez moins souvent les aliments frits;
  • Servez les viandes, volailles et poissons avec des sauces à base d bouillon dégraissé ou de légumes.
  • N’abusez pas de croustilles ou du chocolat.

D’ailleurs, soyez vigilant lorsque vous mangez à l’extérieur de la maison. Recherchez les endroits qui offrent une variété d’aliments moins gras de chacun de quatre groupes principaux d’aliments. Ces restaurants devraient offrir beaucoup de produits céréaliers, de légumes et de fruits.

Si vous choisissez toujours de la friture, des sauces à la crème et des pâtisseries, il est possible que vous consommiez trop de gras. Alors, préférez la modération et régalez-vous des plats que vous aimez quand vous mangez sur le pouce ou lors d’une soirée spéciale.

Orge

Hordeum vulgare, famille de Graminées

Une des plus anciennes céréales cultivées; sa culture serait antérieure au néolitique (plus de 6 000 ans). On trouve mention de l’orge tout au long de l’histoire; on la cultiva intensivement en Asie, en Europe, au Moyen-Orient et en Ancienne Égypte, notamment. Elle est probablement originaire d’Asie. Une grande partie de la récolte a toujours servi à nourrir le bétail. Durant de nombreux siècles, on fabriqua du pain d’orge, pain nourrissant mais lourd, sec et difficile à digérer, qui fut méprisé à certaines époques. Jusqu’au XVIe siècle, l’Europe s’alimenta de pains à base d’orge.

L’orge est une plnate annuelle au cycle végétatif court. C’est la céréale qui s’adapte le mieux aux différents climats ; elle est très résistante au froid, au manque d’eau et à la pauvreté des sols. La pante atteint habituellement de 1 à 2 mètres de hauteur et développe des rangées de 2,4 ou 6 grains, disposés le long d’un axe principal. Il en existe environ 20 variétés divisées en orge d’été et en orge d’hiver. Les plus grands pays producteurs sont la Russie, l’Ucraine, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et le Canada. Au Canada, cette céréale est la troisième en importance. Seulement un peu plus de tiers de la production mondiale est destiné à la consommation humaine et sert principalement à fabriquer bière et whisky; le reste est donné aux animaux.

Le grain d’orge, d’un blanc lateux et de forme elliptique, doit être séparé de son enveloppe extérieure non comestible.La façon dont il est décortiqué détermine sa valeur nutritive car les nutriments sont plus nombreux en périphérie.L’orge simplement débarrassée de son enveloppe extérierue se nomme orge mondé (« hulled barley » en anglais); ce grain est le plus nourrissant car il a perdu très peu d’éléments nutritifs. L’orge écossaise (« scotch barley » ou « pot barley » en anglais) a subi trois opérations de polissage effectuées par abrasion; le grain a donc perdu divers nutriments, surtout des vitamines et des sels minéraux. L’orge perlé (« pearl barley » en anglais) a supporté six abrasions, c’est l’équivalent du riz blanc ; il a perdu son germe ainsi qu’une certaine quantité de vitamines, de sels minéraux, de fibres, de gras et de protéines. Il existe également de l’orge concassée (« barley grits en anglais), consistant en des grains d’orge entiers décortiqués, rôtis puis cassés en six ou huit morceaux ; des flocons d’orge (barley flakes, en anglais), qu’on obtient et utilise comme les flocons d’aboine ; et de la farine d’orge (barley meal en anglais), plus ou moins raffinée.

kaizen

Restaurant japonais Kaizen, à Montréal. Photo : © Grandquebec.com.

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *