Sante

Hypothyroïdie

Hypothyroïdie

Hypothyroïdie

La prise en charge de l’hypothyroïdie : une question d’équilibre

La glande thyroïde

La thyroïde est une glande en forme de papillon située à la base du cou, au-dessous du larynx. Une glande est un organe qui sécrète des hormones, substances qui agissent comme des messagers pour contrôler différentes fonctions du corps). Son rôle est primordial. Elle agit comme « chef d’orchestre » de plusieurs fonctions hormonales et régule la « vitesse » de fonctionnement d’un certain nombre de cellules et d’organes du corps. Elle sécrèet les hormones « thyroïdiennes » (T3 et T4).

Qu’est-ce que l’hypothyroïdie ?

On parle d’hypothyroïdie lorsque la glande thyroïde devient incapable de fabriquer des quantités suffisantes d’hormones thyroïdiennes. Ce manque d’hormones thyroïdiennes a de multiples effets sur les tissus et les fonctions biologiques de l’organisme.

L’hypothyroïdie est une maladie relativement fréquente.Elle se manifeste plus souvent chez la femme que chez l’homme, et sa fréquence augmente avec l’âge. Au Canada, environ 1% des adultes souffrent d’hypothyroïdie. Chez les femmes âgées, la proportion augment jusqu’à 10% à 20%.

Comment reconnaître l’hypothyroïdie ?

L’hypothyroîdie entraîne généralement une constellation de symptômes témoignant d’un ralentissement global du métabolisme (c’est-à-dore des fonctions du corps contrôlées par les hormones thyroïdiennes). Ces symptômes apparaissent souvent de façon graduelle, lorsque la maladie est bien installée, mais leur intensité dépend du degré de déficit hormonal. Comme on peut les confondre avec ceux de plusieurs autres maladies, il est parfois difficile de poser un diagnostic. Chez l’adulte, les symptômes d’hypothyroïdie sont notamment les suivants :

  • Visage enflé ;
  • Peau pâle, sèche et froide ;
  • Diminution de la transpiration ;
  • Cheveux ou ongles secs et cassants, poussant plus lentement ;
  • Problèmes d’audition ;
  • Prise de poids ou difficulté à en perdre ;
  • Intolérance au froid (frilosité) ;
  • Constipation ;
  • Voix grave ou rauque ;
  • Manque d’énergie, fatigue, somonlence ;
  • Dépression, modifications de l’humour ;
  • Diminution des réflexes ;
  • Crampes et raideurs musculaires ;
  • Rhytme cardiaque ralenti ;
  • Changements touchant les menstruations.

Beaucoup de temps peut s’écouler entre le moment où débutent des symptômes et celui où on diagnostique la maladie.

Comment conformer le diagnostic ?

En vue de poser ou de confirmer un diagnostic d’hypothiroïdie, votre médecin vous demandera de subir une prise de sang. L’analyse de l’échantillon sanguin permettra d’évaluer le taux d’une hormone, la TSH (thyroid stimulating hormone). En cas d’hypothyroïdie, le taux de TSH sera élevé. Sera s’explique par le fait qu’une autre glande, l’hypophyse, tente d’envoyer un message (par la TSH) à la thyroïde pour l’amener à produire plus d’hormones thyrodiënnes, mais en vain… Les taux sanguins des deux hormones principales produites par la thyroïde, la T3 et la T4. Sont plus faibles, par suite de la difficulté de la thyroïde à les produire. Il se peut que le médecin vérifie également le taux de T4 pour confirmer le diagnostic.

Quels sont les traitements ?

L’hypothiroïdie est une maladie qui ne se guérit pas mais qui se contrôle très bien. Le traitement réside généralement dans la prise de supplements d’hormones thyroïdiennes synthétiques (dérivés de T4). Le médicament disponible sur le marché pour pour ce traitement est la lévothyroxine.

Pour plus de renseignements sur l’hypothyroïdie on son traitement, n’hésitez pas à consulter votre pharmacien.

(Texte rédigé en collaboration avec l’Académie Jean-Coutu, Conseil santé, on pense à vous).

Fleurs

Dans un univers absurde, il y a quelque chose qui n’est pas absurde, c’est ce que l’on peut faire pour les autres (André Malraux). Photographie : GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *