Régions du Québec

Région de l’Outaouais

Région de l’Outaouais

Région administrative de l’Outaouais

La région de l’Outaouais est un vaste territoire de 33 000 km² situé au sud-ouest du Québec. Elle est bordée à l’est par les Laurentides, au nord-ouest par l’Abitibi-Témiscamingue et au sud-ouest par la rivière des Outaouais, qui la sépare de l’Ontario. La région compte plus de 350 mille habitants, dont le revenu annuel par personne est en moyenne de 29 mille dollars.

La métropole de la région est la ville de Gatineau, constituée en 2002 par la fusion des villes d’Aylmer, Buckingham, Gatineau, Hull et Masson-Angers. La capitale fédérale, Ottawa, n’en est séparée que par une rivière, la région occupe donc assez logiquement le premier rang des régions du Québec pour ce qui est de la proportion d’emplois relevant du secteur tertiaire.

outaouais

Vue aérienne de l’Outaouais.

C’est une région riche en histoire précolombienne puisque son passé est attesté dès 8000 ans avant notre ère. La version la plus répandue sur l’origine du toponyme Outaouais affirme qu’il vient de l’algonquin «ottiwa», qui signifie «les eaux bouillonnent».

Le marché immobilier est très diversifié. Le prix des immeubles varie en fonction de la municipalité: de 150 mille dollars canadiens pour une résidence unifamiliale de taille moyenne à Gatineau, voire 170 000 aux Collines-de-l’Outaouais, et autour de 80 mille dollars dans la Vallée-de-la-Gatineau ou à Pontiac.

Rivière Désert

Prenant sa principale source dans le lac de même nom situé au sud de la réserve faunique La Vérendrye, la rivière Désert, venant du nord, coule dans les Laurentides entre 228 et 167 mètres d’altitude. Cet affluent de la Gatineau s’élance d’abord vers le nord-est, descend ensuite vers le sud en décrivant d’innombrables méandres sur plus de 40 kilomètres , se redresse et décrit enfin un coude vers l’est avant de déboucher à Maniwaki. Cette agglomération de même que Montcerf sont les seules arrosées par ce cours d’eau, si l’on excepte le hameau de Chute-Rouge et quelques maisons parsemées ici et là dans les espaces défrichés.

La rivière Désert doit son nom au fait qu’il y avait une clairière naturelle ou un terrain défriché déserté à proximité de ses rives et de son embouchure dans la Gatineau. L’ancien fort de la Compagnie de la Baie d’Hudson était bâti à cet endroit où se situe aujourd’hui Maniwaki dont l’agglomération primitive, en 1849, portait le nom de Notre-Dame-du-Désert. Le nom de la rivière repris pour désigner d’autres entités, est mentionné dans la description du canton d’Egan, par J. L. P. O’Hanly, le 26 mai 1863. Désert, dans le sens d’espace défriché, nous vient des parlers du Nord-Ouest de la France et demeure encore en usage dans certains coins du Québec rural.

Loiret

Le lac du Loiret, au Québec, se trouve dans le canton d’Orléanais comme la Source du Loiret, en France, ressurgit dans la région d’Orléans.

Le Loiret est d’abord une courte rivière de 12 km, née dans l’actuelle extension de la ville d’Orléans, précisément dénommée la Source. Il s’agit, en réalité, d’une résurgence d’une partie de l’eau de la Loire infiltrée dans les sables de la vallée, et qui retourne dans le kit de la Loire au confluent des deux rivières, situé à 8 km en aval d’Orléans. Mais le Loiret constitue aussi un département du Bassin Parisien. Au nord, il rejoint la Beauce et partage ainsi les riches terres à céréales de cette région. La Gâtinais, plus à l’est, est une région d’élevage. Au sud-est, la région de la Puisaye, qui rejoint la Bourgogne, est plus boisée.

Au centre, la forêt d’Orléans est un des grands espaces de la Sylva leudica (mentionnée dans un capitulaire de 854), conservés pour les chasses du roi. La vallée de la Loire, qui traverse le département de part en part, possède déjà les mêmes qualités qu’en Touraine, avec ses cultures maraîchères, fruitières et céréalières. Le vin y est évidemment réputé. Au sud, est la Sologne qui commence, avec ses eaux et ses saisons de chasse qui n’en finissent pas… L’industrie se concentre dans Orléans, la préfecture. Le souvenir de Jeanne d’Arc y demeure vivant, plus de cinq cents ans après sa célèbre victoire. Au Québec, le Loiret est évoqué dans la toponyme depuis 1991. On attribua ce nom à un lac de la ZEC Bras-Coup.-Désert en harmonie avec le nom du canton dans lequel il se trouve, Orléanais.

Par ailleurs, sur le plan odonymique, quatre municipalités ont également choisi ce nom pour désigner une de leurs voies de communication.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *