Régions du Québec

Région de la Montérégie

Région de la Montérégie

Région de la Montérégie

La Montérégie commence à la périphérie sud de la ville de Montréal et son territoire de 11 110 km2 s’étend jusqu’à la frontière des États-Unis. La région est aussi bordée par le fleuve Saint-Laurent et la rivière Richelieu.

La Montérégie compte près de 1 400 000 habitants, ce qui en fait la deuxième région du Québec par sa population. Elle doit son nom à plusieurs monts et collines présents sur son territoire.

Cette région, fortement agricole, occupe le premier rang dans ce domaine au Québec. L’industrie est représentée par les secteurs agroalimentaire, chimique et  métallurgique, ainsi que par la biotechnologie.

Ces industries composent d’ailleurs l’essentiel de l’économie montérégienne. Enfin, les voies de communication offrent à la région de la Montérégie un accès rapide aux grands marchés de l’Amérique du Nord.

La Montérégie possède un riche patrimoine et compte plus de vingt sites d’une certaine valeur historique. Parmi ceux-ci, on peut citer le lieu de la Bataille-de-la-Châteauguay, le Fort-Chambly, le Parc archéologique de la Pointe-du-Buisson, la Maison nationale des Patriotes et le Fort-Lennox.

Le revenu annuel moyen des Montérégiens est l’un des plus élevés du Québec. Il atteint 30 400 dollars, tandis que les maisons sont aussi parmi les plus chères de la province.

montérégie

Montérégie, photo libre de droits.

Châteauguay

La ville de Châteauguay est riveraine du Saint-Laurent, du côté sud, sur les bords du lac Saint-Louis, à une trentaine de kilomètres au sud de Montréal, à peu de distance de la réserve indienne de Kahnawake. Étabile en 1855 en tant que municipalité de la paroisse de Saint-Joachim-de-Châteauguay, cette agglomération est devenue la vlle actuelle en 1975, par suite du regroupement des villes de Châteauguay (1968) et de Châteauguay-Centre (1960) qui suivait la fusion intervenue en 1968 entre les villes de Châteauguay (1912) et de Châteauguay Heights (1948) qui a donné lieu à la création de la ville de Châteauguay.

Ce nom lui a été attrivué en vertu de l’appartenance de son territoire à la seigneurie de Châteauguay, concédée à Charles Le Moyne de Longueuil et de Châteauguay (1626-1685) par Frontenac en 1673. Le seigneur de Longueil aurait bâti sur l’île Saint-Bernard, à l’embouchure de la rivière du Loup, appelée aujourd’hui Rivière Châteauguay, un magasin fortifié dénommé Chasteau de Gay, peut-être en rappel du chargé d’affaires ou fermier de la terre seigneuriale dénommé Chasteau de Gay, peut-être en rappel du chargé d’affaires ou fermier de la terre seigneuriale dénommé Guay, Gay ou Gué. On relève également le toponyme Châteauguay en France où il identifie une commune du département du Puy-de-Dôme, mais cette dénomination pourrait être également, suivant le père Le Jeune, une terre noble que les Le Moyne possédaient en Normandie. À environ 30 km de la ville, sur les bords de la rivière Châteauguay au cours de laquelle le lieutenant-colonel de Salaberry a repoussé les 3 000 Américains du général Hampton à l’aide de 1 700 hommes et d’une troupe d’Abénaquis.

Pour en apprendre plus :

1 commentaire

  1. gilbert

    2011/08/11 at 2:15

    je me suis trompe charles est mort en 2010. il etait le derniere des frers encore en vie . 92 aans un bel age

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *