Autres terres

Histoire de Yellowknife

Histoire de Yellowknife

Histoire de Yellowknife

Yellowknife, la ville capitale des Territoires du Nord-Ouest a été fondée en 1935. après qu’on commence à extraire l’or des profondeurs de la terre dans l’endroit. Avant la fondation, le territoire était fréquenté par des peuples autochtones, mais un seul coin de la Baie de Yellowknife, la pointe de Dettah était occupé par un petit hameau du nom de Dettah. D’ailleurs, des prospecteurs parcouraient le territoire et y érigèrent quelque postes et haltes.

Au fait, l’or y a été découvert vers la fin du XIXe siècle par le prospecteur Blakeney, mais la teneur de l’or dans les sol a été moins importante qu’à Klondike, d’ailleurs, le territoire de Yellowknife se trouvait trop éloigné des voies de communication, alors, on a pratiquement oublié cet or jusqu’aux années 1930, quand des prospecteurs y découvrent de nouveaux gisements d’or au lac Quyta et au lac Homer, situés près de la rivière Yellowknife.

En 1934, le prospecteur Johnny Baker trouve d’autres gisements de l’or sur les côtes de la baie de Yellowknife et en y commence à construire la mine Burwash.

On y assiste à une sorte de la nouvelle édition de la fièvre de l’or de Klondike, rehaussée par la crise économique de 1929, alors, la ville est vite construite et la mine Burwash entre en opérations en 1938. En 1940, on y compte plus de mille résidants et en 1942, pas moins de cinq mines d’or y sont ouvertes. Après la Seconde guerre mondiale, on y découvre d’autres gisements, alors, d’autres mines ouvrent leurs portes.

Jusqu’à 1953, Yellowknife est administré par le Département d’affaires du Nord du Canada et c’est en septembre 1967 que la ville a été déclarée la capitale des TNO.

Vers le début des 1980, la production de l’or commence à décliner et Yellowknife se tourne de plus en plus vers la prestation des services et au tourisme.

Toutefois, vers la fin du XXe siècle, notamment, en 1991, avec la découverte des gisements des diamants, en Yellowknife retourne à sa vocation première d’une «ville ressources», même si le tourisme est toujours en vogue. Les gisements de diamantes sont plutôt éloignés de la ville (pas moins de 300 kilomètres les séparent de Yellowknife), mais enfin c’est la localité la plus proche des gisements.

La dernière mine de l’or a fermé ses portes en 2004.

Notons qu’en 1978, Yellowknife a expérimenté un choque, quand Cosmos 954, satellite soviétique équipé d’un engin nucléaire, est tombé tout près de la ville.

Yellowknife

Yellowknife. Photographie par Trevor Macinnis. Image du domaine public.

Voir aussi :

1 commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *