Autres terres

Victoria

Victoria

Ville de Victoria

À l’occasion d’un séjour à Vancouver, centre économique de la Colombie Britannique, il serait dommage de ne pas en profiter pour visiter Victoria, capitale politique et administrative de la province. Elle est située dans la partie sud-est de l’île de Vancouver, en face du détroit de Juan de Fuca, à environ 1 heure 30 de la ville de Vancouver.

Le caractère anglo-saxon de la ville de Victoria est légendaire. Elle est surnommée le Londres du Pacifique avec ses thés de l’après-midi, ses belles boutiques de tissus écossais et ses élégants édifices de l’époque victorienne. Les vieux quartiers de la ville sont concentrés autour de Inner Harbour (le port intérieur). Des panoramas pittoresques s’ouvrent sur la chaîne des monts Olympiades.

Les principales sources de revenus de Victoria sont le tourisme ainsi que les nombreux retraités qui viennent s’y installer pour profiter des beautés de cette ville et de ses merveilleux parcs, parmi lesquels ont peut citer le parc Thunderbird avec ses totems indiens et le parc Beacon Hill avec ses lacs et ruisseaux.

Deux universités se trouvent à Victoria : l’Université de Victoria et Royal Roads. Le collège Camosun, un établissement d’enseignement post-secondaire renommé, offre également des programmes variés.

Victoria est également un important centre culturel. On peut y visiter le musée maritime de la Colombie Britannique, le musée royal, de nombreuses galeries d’art, un orchestre symphonique et un opéra.

Victoria fut fondée en 1843 par James Douglas qui y créa un poste de traite des fourrures pour la Compagnie de la Baie d’Hudson, sous l’appellation de Fort Camosun. Une quinzaine d’années plus tard, après la découverte de gisements d’or dans la grande région du nord, on y construit un grand port et la ville devient une base pour les chercheurs d’or sur la route des régions aurifères de Cariboo. En 1866, Victoria est déclarée capitale de la colonie de la Colombie-Britannique (avant cette date, la capitale était la ville de New Westminster). En 1871, la colonie devient une province de la nouvelle fédération canadienne, avec Victoria comme capitale.

Remarquons qu’au sud de Victoria se trouve la borne 0 de la route transcanadienne.

La ville de Victoria est reliée au continent, à l’État de Washington, à la baie Swartz et à Tsawwassen par des traversiers.

Notons en passant que le premier nom de la Colombie-Britannique est Nouvelle-Calédonie. On avait d’abord pensé donner à la colonie le nom de Nouvelle-Écosse, car plusieurs employés de la Compagnie de la Baie d’Hudson établis sur la côte du Pacifique étaient des Écossais, mais une autre colonie portait déjà ce nom. Alors on a décidé de l’appeler Nouvelle-Calédonie, en l’honneur de la Calédonie, une partie de l’Écosse située au-dessus des estuaires des fleuves Clyde et Forth. C’est la reine Victoria qui décida du nom de Colombie-Britannique.

Aquarium Sealand of the Pacific

Pendant longtemps, cet aquarium a été l’un des points d’attraction majeur de la ville de Victoria, plus précisément de l’arrondissement Oak Bay, banlieue de la ville. Ce centre a été célèbre partout au Canada pour ses animaux marins qui y amusaient le public venu même des États-Unis pour admirer la faune marine, surtout les orques qui constituaient l’attrait principal de l’aquarium.

Il y avait également des phoques, des anguilles, des otaries, des gorgones (ou anthozoaire, c’est une espèce animale dont la cavité digestive est divisée par des cloisons) et d’autres espèces, qui habitaient dans leur élément naturel et étaient observés par le public depuis une galerie vitrée.

Les orques ou baleines tueuses, étaient très aimées par le public, en particulier l’orque mâle Haida, capturé en 1968. Par la suite, l’aquarium a décidé de capturer une femelle et le couple formé par Haida et Chimo, une orque albinos de couleur blanche est devenu très vite célèbre.

En 1972, Chimo décède des suites du syndrome de Chediak-Higashi, qui est à l’origine de l’albinisme. Haida reste seul et l’aquarium Sealand of the Pacific capture une autre femelle, Nootka II qui meurt, elle aussi, après seulement 9 mois en captivité. La même chose arrive avec Nootka III.

Finalement, Haida meurt aussi et l’aquarium fait l’acquisition de trois nouveaux mammifères: Tillikum, Nootka IV et Haida II.

En 1991, une étudiante de 20 ans, Mme Keltie Byrne, fait une chute accidentelle dans le bassin, les trois orques l’entourent, la submergent à plusieurs reprises dans l’eau et ne lui laissent aucun répit jusqu’à ce qu’elle meure noyée. Avant cette tragédie, on avait déjà rapporté d’autres accidents au cours desquels les orques avaient attaqué des entraîneurs.

Le Sealand of the Pacific est fermé après l’accident et les animaux sont vendus au réseau d’aquariums américain SeaWorld.

Le Sealand fut l’un des centres de recherche et d’attraction les plus importants au Canada et sa disparition a constitué un épisode malheureux pour l’histoire des recherches de la vie marine au Canada.

Galerie d’art du Grand Victoria

La Galerie d’art du Grand Victoria (Art Gallery of Greater Victoria) est un important musée public de la Colombie-Britannique qui contient des collections de l’art mondial du XVIe siècle jusqu’à nos jours. Au total, on y compte plus de 18 mille objets et environ 12 mille images. La Galerie fut inaugurée en 1951 et elle loge dans une maison patrimoniale de 1889, la Maison Spenser.

Par exemple, la Galerie d’art renferme la seconde collection en importance au Canada d’art asiatique (c’est le Musée Royal de l’Ontario qui occupe le premier rang dans ce domaine). L’énorme Cloche chinoise, fabriquée en 1641, durant la dynastie Ming et apportée à Victoria en 1903, s’y trouve. Cette cloche a été exposée jusqu’en 1989 au Beacon Hill Park, date à laquelle on l’a déplacée à l’intérieur de la galerie pour la préserver.

La chapelle Japonaise Shinto, de la période de Meiji, est la seule en Amérique du Nord. Cette chapelle est située dans le jardin de la galerie, au milieu des bambous et des érables du Japon.

La collection d’ambre jaune et des objets de marfil sont également les plus grandes de toute l’Amérique du Nord.

La Galerie d’art du Grand Victoria est devenue l’un des musées d’art les plus célèbres non seulement de l’île de Vancouver ou de la Colombie-Britannique, mais de tout le Canada.

Maison et Galerie Emily Carr

Émily Carr (1871-1945) est une des artistes les plus célèbres du Canada. Cette artiste paysagiste a peint également des villages du Canada de l’Ouest dans un style moderne, unique et excentrique. Elle a laissé aussi des portraits de gens, notamment, des représentants des tribus amérindiennes.

Les Indiens de l’Île de Vancouver l’appelaient Klee Wyck – celle qui rit. Les habitants de Victoria la surnommèrent Crazy Old Millie Carr – cette vieille folle de Millie Carr.

L’excentricité de l’artiste était très connue. Par exemple, elle promenait son singe en voiture d’enfant. Elle a laissé mille tableaux et dessins fabuleux qui sont exposés aujourd’hui dans plusieurs musées du Canada et du monde entier.

La Maison d’Emily Carr a été construite en 1863 et la ville de Victoria la conserve pour les générations à venir. Des guides chevronnés accompagnent des visiteurs.

Outre les objets de l’artiste et des exemples de ses œuvres, on peut y voir un timbre canadien qui commémore le centenaire de la naissance d’Émily Carr et qui reproduit un de ses tableaux, Le Grand Corbeau.

La galerie rassemble des toiles, des dessins et d’autres ouvrages d’Emily Carr, l’artiste peintre la plus célèbre de Colombie-Britannique, née en 1871, qui a vécu à Victoria et y est décédée en 1945.

Emily Carr a été influencée par les impressionnistes et le Groupe des Sept, mais elle s’inspira aussi dans son travail du mystère des villages indiens abandonnés et de la grandeur et de la beauté sauvage de la côté du Pacifique. Sous le pinceau de l’artiste, les forêts se transformaient en sculptures, baignées d’une lumière fantastique.

La galerie conserve des centaines d’œuvres d’Emily Carr, ainsi que des objets témoignant de la vie et de la production littéraire de l’artiste. Rappelons qu’Emily Carr a reçu le prix du Gouverneur général du Canada de Littérature, en 1941, pour son livre Klee Wyck (Femme qui rit en langue indienne).

La galerie Emily Carr présente également des œuvres de peintres contemporains d’Emily Carr.

Ville de Langford (communauté métropolitaine de Victoria)

Langford est une localité de plus de 22 mille résidents, incorporée en ville en 1992 et située dans la partie sud de l’Île de Vancouver, province de la Colombie-Britannique. Langford fait partie de la communauté métropolitaine de Victoria.

Même si la ville comme telle est jeune, les premiers colons s’y installent en 1851. C’est le capitaine Edward Langford, travaillant pour la Compagnie de la Baie d’Hudson, qui y fonde une des quatre fermes agricoles de la Compagnie dans la région de la future capitale de la Colombie-Britannique.

Aujourd’hui, Langford est devenue l’un des centres de commerce les plus importants de la région de la capitale. Des autoroutes, un chemin de fer et des ferries relient la ville directement à Vancouver et aux États-Unis. De plus, l’aéroport international de Victoria se trouve à 35 kilomètres de Langford.

De nombreux habitants de Langford sont des immigrants et c’est à peu près la seule localité de la région métropolitaine qui offre encore des terrains à des prix abordables pour des projets domiciliaires. C’est pourquoi la population de Langford augmente régulièrement.

Mais Langford a aussi un grand nombre de beaux parcs et de grands lacs. Un magnifique parc a été aménagé ici en l’honneur des vétérans des guerres menées par le Canada. Un autre parc de renom est le parc provincial de Goldstream. Quant aux lacs, on y trouve le Langford Lake, le Glen Lake et le Florence Lake, ainsi que le réservoir Humpback.

Sur le territoire de Langford se trouvent aussi les collines de Finlayson et de Wells, ainsi que le sentier provincial pédestre de l’Oie Galopante qui traverse la ville.

Parc Beacon Hill

Le Parc Beacon Hill, localisé sur le littoral du détroit Juan de Fuca, dans la ville de Victoria, fut offert à la Colombie-Britannique par la Compagnie de la Baie d’Hudson, en 1882. Son territoire recouvre 25 hectares.

À l’origine, le parc Beacon Hill s’appelait Parc Meeacan. Ce mot signifie “ventre” dans la langue des Amérindiens Salish.

Aujourd’hui, le parc comporte des pelouses, une volière, des roseraies, un terrain de cricket et un théâtre en plein air. Un grand nombre d’événements culturels s’y tiennent. Par exemple, le célèbre Victoria Luminara Communauté Festival des Lanternes.

Le Parc Beacon Hill est l’habitat d’un grand nombre de hérons qui y nichent sans craindre la présence des humains quoique le centre-ville de Victoria se trouve à deux pas du site du parc.

Le Parc Beacon Hill constitue le point de départ de l’autoroute Transcanadienne qui traverse tout le continent. Le Mile zéro marque l’emplacement de départ.

N’oubliez pas de prendre une photo au Totem géant et au « Mile 0 ». Le totem a été créé en 1956 par le Chef Mungo Martin et les artisans David Martin and Henry Hunt. C’est le plus haut totem au monde. Il mesure 160 pieds et il a été fabriqué en cèdre.

Château Craigdarroch

L’imposant Château Craigdarroch se dresse au cœur de la ville de Victoria, capitale de la Colombie-Britannique, située sur l’île de Vancouver.

C’est un édifice auquel il faut absolument consacrer une visite si on passe à Victoria. On y compte pas moins de 150 mille visiteurs par année.

Robert Dunsmuir, “ roi du charbon ”, représentant de la famille Dunsmuir, l’une des plus influentes familles de Colombie-Britannique, offrit ce bel édifice à son épouse, dont la construction ne fut parachevée qu’après la mort du magnat, en 1889.

Ce château de 5 étages possède 39 chambres et salles, dont la plupart sont meublées dans le style des années 1890. D’ailleurs, tout l’édifice et les jardins environnants ont été restaurés tels qu’ils étaient au moment de leur construction.

La visite du Château Craigdarroch dure environ 45 minutes, La visite n’est pas guidée, on peut s’arrêter à tout moment. Un plan du château est offert aux visiteurs pour les guider dans cet immense bâtiment, sinon on pourrait s’y égarer et risquer d’y rester pour toujours.

Les escaliers du château comportent 87 marches, dont les dernières mènent à une tour, depuis laquelle on voit toute la ville de Victoria, le détroit de Juan de Fuca et les Monts Olympic.

Aujourd’hui, le château Craigdarroch est la propriété de la Société historique du Château Craigdarroch.

École Craigflower, site historique et musée des Pionniers de la Colombie-Britannique

L’école Craigflower, située à Victoria, le centre administratif de la Colombie-Britannique, est la plus vieille institution d’enseignement de tout l’ouest canadien. Elle fut ouverte en 1855.

C’est la Compagnie de la Baie d’Hudson qui entreprend les travaux de construction. L’école Craiflower a été fondée pour les enfants des colons de la jeune communauté du Fort Victoria, poste de commerce fondé en 1853 dans l’ouest canadien.

L’édifice de l’école, de forme rectangulaire et de fenestration régulière, constitue un exemple typique du style vernaculaire britannique.

Cette école abrite aujourd’hui le musée historique consacré aux pionniers de la Colombie-Britannique. L’édifice est classé lieu historique national.

Notons qu’en 1856, le manoir Craigflower a été érigé à côté de l’école. Cet édifice est également considéré comme lieu historique national du Canada.

Le site de l’école Craigflower et du manoir se trouve à l’intersection de la route Craigflower et la route Admirals, tout près du centre-ville de Victoria.

Site national historique Fort Rodd Hill

Le Fort Rodd Hill a été érigé en 1895 afin de protéger le port de Victoria et les chantiers de la Marine Royale britannique de la base navale Esquimalt. Au fait, c’étaient trois batteries côtières des canons de 6 pouces, avec des dépôts souterrains, des casernes et des bâtiments de service.Le Fort Rodd Hill a été abandonnée par la Marine, en 1956 et les canons ont été enlevés, mais des énormes casemates ressemblant à des géants fers à cheval de ciment subsistent encore sur une butte herbeuse dominant l’océan.

On peut visiter les installations, la cantine la forge, le poste de garde, le messe des officiers, le poste de commandement, accompagné des guides experts

Plusieurs familles y viennent à pique-niquer et y passer toute la journée. Le site du Fort Rodd Hill et du phare de Fisgard sont très photogéniques, encore plus avec des montagnes Olympic de l’État de Washington qu’on aperçoit au loin. D’ailleurs qu’on distingue toujours ou presque d’imposants navires militaires, joie d’enfants qui traversent l’océan en entrant ou en sortant de la base de la Marine canadienne à proximité.

Le Site national historique du Fort Rodd Hill se trouve dans le banlieue de la ville de Victoria, capitale de la Colombie Britannique.

Le site est entouré d’un vaste parc où habitent des cerfs à queue noire et plusieurs autres animaux.

Site historique national Hatley Park

Le site historique national Hatley Park, fondé en 1995, est un domaine qui comprend le complexe de Hatley Castle, qui était le Collège militaire Royal Roads, et le parc qui entoure ces édifices datant de l’époque édouardienne.

Le Collège militaire, le Royal Roads Military College, fut dans le passé une importante institution d’enseignement militaire spécialisée dans la préparation des cadres de la Marine canadienne. Il est situé dans Colwood, une banlieue de Victoria, capitale de la Colombie-Britannique. Le collège fut fermé en 1995.

À l’origine, le site de Hatley park était habité par des Amérindiens, puis ces terrains ont été acquis en 1906 par un homme politique et magnat du charbon nommé James Dunsmuir, qui fut premier-ministre et lieutenant-gouverneur de la Colombie-Britannique.

M. Dunsmuir a consacré une grande partie de sa fortune à l’embellissement de sa résidence de Hatley Castle. Il a fait ériger un imposant château, couronné de parapets de grès et de granit, entouré d’écuries, de terrains de jeux, de petits pavillons pour les invités et de jardins japonais, français et italiens, qui sont aujourd’hui ouverts au public.

En 1920, après la mort de M. Dunsmuir, sa famille conserve la propriété. Mais après le décès de sa veuve et de sa fille, en 1937, le gouvernement canadien achète le terrain afin d’y créer un centre de préparation pour les officiers de la Marine. Ce centre, connu comme le Collège militaire Royal Roads, a ouvert en 1940.

Aujourd’hui, le gouvernement de la Colombie-Britannique a créé sur ce site l’Université publique Royal Roads (Royal Roads University). Cette université loue le site historique Hatley Park au ministère de la défense canadien pour la somme symbolique de 1$ par an.

Notons que le parc Hatley a été utilisé comme lieu de tournage pour les deuxièmes et troisièmes épisodes des films X-Men, soit X-Men 2 et X-Men l’affrontement final.

Maison historique Helmcken

La Maison Helmcken fut construite par le Docteur John Sebastian Helmcken, chirurgien travaillant pour la Compagnie de la Baie d’Hudson à Victoria, l’actuelle capitale de la Colombie-Britannique.

Cette maison est l’une des plus anciennes maisons en Colombie-Britannique sinon la plus ancienne. D’ailleurs, elle est conservée en parfait état.

Le Dr. Helmcken fit ériger la maison après son mariage, en 1852, avec la fille de James Douglas, gouverneur de la colonie. D’abord, il s’agissait d’une petite cabane de bois, mais au fil des ans, la maison a été agrandie et une salle de manger, une grande cuisine, une terrasse y ont été ajoutées.

Le docteur est devenu un homme de prestige et c’est à lui que revint l’honneur de négocier l’entrée de la Colombie-Britannique au Canada, en tant que province, au début des années 1860.

À l’intérieur de la maison, on trouve des collections d’objets du XIXe siècle, dont la trousse médicale du bon docteur Helmcken.

Le Musée Royal de la Colombie-Britannique a fait l’acquisition du site de la maison en 2003, aussi, aujourd’hui, tout le quadrilatère compris entre les rues Douglas, Belleville and Government, à côté du port de Victoria, est devenu un site patrimonial. Il comprend le siège des Archives de la Colombie-Britannique, la Maison Helmcken, l’école St. Ann’s, la tour du Carillon des Pays-Bas, le parc Thunderbird et la Maison Mungo Martin – Wawadit’la.

Jardins des Papillons

Les Jardins des Papillons de la ville de Victoria (Victoria Butterfly Gardens) constituent l’un des attraits les plus populaires de la ville. Il s’agit d’un site paradisiaque qui contient un grand nombre de papillons, des oiseaux tropicaux, des poissons colorés, ainsi que des milliers des plantes, dont les plus belles orchidées canadiennes.

Les Jardins des Papillons ont été aménagés pour l’étude et l’observation des papillons et autres insectes tropicaux du monde entier. Ils vivent ici dans un milieu naturel, dans des jungles parsemées de cours d’eau, avec de petites chutes et cascades. Au total, on y compte environ 50 espèces de papillons. Des conférences sur la vie de ces créatures amusantes sont données tous les jours, ainsi que des visites guidées lors desquelles les visiteurs apprennent beaucoup sur le cycle de vie des papillons, leurs coutumes, dimensions, couleurs, comportement et beaucoup plus.

La section des orchidées occupe une section entière des jardins. Parmi les oiseaux, on voit le Turoco d’Afrique du Sud, les perroquets d’Amazonie, les magnifiques flamants roses et d’autres oiseaux.

Les Jardins des Papillons de Victoria sont localisés sur la belle Péninsule Saanich, à 20 kilomètres au nord de Victoria, en suivant l’autoroute 17.

Remarquons que les Jardins Butchart se trouvent à cinq minutes de voyage des jardins de Papillons, ainsi qu’à cinq minutes de route de la vignerie Church and State Wines.

Rock Bay

Rock Bay est une banlieue de la ville de Victoria, capitale de la Colombie-Britannique.

Le nom de Rock Bay (Baie des Roches) vient de la baie du même nom, l’un des endroits les plus pittoresques de l’île-de-Vancouver, avec une multitudes de rochers et de petits îlots qui parsèment la baie. Ce secteur de Victoria naît au milieu du XIXe siècle.

La région de Rock Bay fut un des premiers sites d’activités de coupe du bois de la Hastings Company. L’un de ces grands sites ferroviaires de la Colombie-Britannique s’y trouvait au début du XXe siècle.

Aujourd’hui, Rock Bay est connue pour son grand nombre de commerces de détail qui attirent de nombreux touristes. Le parc industriel de Victoria est situé également sur ce territoire, ainsi que la célèbre Brasserie de l’Île-de-Vancouver (Vancouver Island Brewery).

Malheureusement, la baie de Rock Bay, est recensée en tant qu’un des plans d’eau les plus contaminés de la Colombie-Britannique, en raison des activités industrielles qui s’y déroulent depuis longtemps. Le gouvernement fédéral a entrepris un vaste programme du nettoyage de la zone.

Notons que le célèbre parc provincial Marin de Rock Bay (Rock Bay Marine Provincial Park) est en fait situé près de la ville de Campbell River, sur l’Île-de-Vancouver. Ce parc n’a pas de rapport direct avec le secteur de Rock Bay de la ville de Victoria.

victoria

Victoria. Photo : © Grandquebec.com.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *