Autres terres

Tour de la Paix

Tour de la Paix

Tour de la Paix d’Ottawa

En 1927, on a inauguré à Ottawa la Tour de la Paix du Parlement canadien. Ce bâtiment et son drapeau flottant au-dessus de la capitale fédérale est devenu le symbole de la nation.

Dans la Tour de la Paix se trouve la Chapelle du Souvenir, vouée à la mémoire des Canadiens morts au combat ou en accomplissant leur service militaire.

La Chapelle du Souvenir a été réalisée par John A. Pearson, architecte de Toronto. Le lieu est dédié à l’histoire de la Grande guerre et au sacrifice du peuple canadien.

La Chapelle du Souvenir a été construite après la Première Guerre mondiale pour honorer le sacrifice des Canadiens morts en Europe entre 1914 et 1918. Puis, la vocation initiale de la chapelle s’est élargie pour inclure les noms des Canadiens qui ont perdu la vie au cours des conflits ultérieurs : la Deuxième Guerre mondiale, la guerre de Corée, l’expédition du Nil de 1884-1886 et la guerre des Boers.

Autour de l’autel du souvenir, dix-sept plaques de laiton rappellent les plus grandes batailles, dont celles de Vimy, de la Somme, de Passchendaele et des Ypres.

tour de la paix ottawa

Tour de la paix © Rosaire Lemay.

On peut voir dans la chapelle Sept Livres du Souvenir où sont consignés plus de cent dix mille noms de Canadiens morts à la guerre. Les vitraux de la chapelle représentent des femmes et des hommes en armes, ainsi que des saints et des guerriers veillant sur les noms des héros. D’autres vitraux illustrent les succès militaires du Canada.

Canton d’Ypres

Situé à 70 km environ à l’est de Val-d’Or, le canton nommé Ypres, désigné en 1917 et proclamé en 1965, est rattaché au réseau hydrographique de la rivière des Outaouais, notamment par la rivière Chochocouane. Il est arrosé par plusieurs lacs dont les plus grand s’appellent Ypres et Yser, et son relief bosselé se déploie entre 380 et 560 m d’altitude. Le nom de ce canton inhabité est un emprunt à une ville située dans la partie ouest de la Belgique, à 13 km environ de la frontière franco-belge et à une trentaine au nord-ouest de Lille. Durant la Première Guerre mondiale, elle fut le théâtre de violentes attaques allemandes contre les armées britanniques et françaises qui ne furent pas vaincues. À l’instar de plusieurs autres toponymes dans la région de Val-d’Or, Ypres rappelle les hauts faits de la Première Guerre auxquels des Canadiens ont participé.

Pour en savoir plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *