Autres terres

Parcs et jardins de la Colombie-Britannique

Parcs et jardins de la Colombie-Britannique

Parcs provinciaux et jardins de la Colombie-Britannique

Voici quelques parcs de la province de la Colombie-Britannique : parc de Bamberton, parc Botanical Beach, par de Butchart, parc du Cap Scott, parc Carmanah Walbran, parc de French Beach, parc de Goose Spit, parc Juan de Fuca, parc du Lac Kalamalka, Centre de Découverte de la forêt.

D’autres parcs de cette province sont présentés dans ces texts :

Parc provincial de Bamberton

Le parc provincial de Bamberton (Bamberton Provincial Park) est proche du terminal du ferry de Mill Bay, dans le sud de l’île-de-Vancouver, à côté de la péninsule de Saanich et à 45 kilomètres environ de la ville de Victoria.

Le parc de Bamberton a été aménagé en 1959. Son nom rappelle M.H.K. Bamber, directeur de la compagnie Cement British Portland (aujourd’hui Ocean Cement), qui a largement contribué à la création de cet espace de 28 hectares.

Le parc possède une longue plage de sable et c’est l’une des destinations préférées des vacanciers ainsi que des pêcheurs de saumon du Pacifique. En effet, un ruisseau poissonneux, le Johns Creek, traverse le territoire du parc.

Le parc de Bamberton se distingue par l’abondance et la variété de ses espèces d’arbres et d’arbustes. Au Canada, l’île de Vancouver (et une partie de la côte) est le seul endroit où pousse l’arbre arbutus.

Les aigles sont nombreux à survoler la région, mais on y voit également une multitude d’oiseaux marins. Les jeunes bipèdes ne sont pas rares non plus, en particulier en juin, quand plusieurs écoles des environs organisent des séjours au parc dans le cadre de leurs programmes d’étude de la vie marine.

On peut pratiquer le canoë, le windsurf et le kayak, ainsi que la bicyclette (n’oubliez pas qu’en Colombie-Britannique, les casques sont obligatoires). Un sentier pédestre d’environ 2 kilomètres relie le camping, la plage et le centre du parc.

Au total, le parc dispose d’une cinquantaine d’emplacements de camping.

Notez que les campings du parc Bamberton sont accessibles en fauteuil roulant.

Parc provincial Botanical Beach

Le parc provincial Botanical Beach, en Colombie-Britannique, se trouve près de la ville de Port Renfrew dans la baie Botany. Il fut d’abord aménagé afin de servir de station de recherche marine par l’Université du Minnesota, en 1900.

De nombreux étudiants et chercheurs d’un peu partout dans le monde y sont venus afin d’étudier les espèces animales et végétales qui vivent sur le littoral de la côte Ouest du Canada.

Le parc Botanical Beach permet en effet d’observer la faune marine lors des marées basses. Par ailleurs, des ensembles de formes curieuses, sculptées par l’action du vent et de l’eau, parsèment la ligne côtière. Des aquariums naturels ont été creusés par les vagues dans les récifs de grès.

Les rochers sont couverts de goémon et les “palmes de mer” (ou laminaires) y poussent en abondance. Ce sont de belles algues aux tiges flexibles et aux pieds robustes semblables à des racines qui peuvent s’accrocher aux roches.

On y trouve également la “ruppie maritime” qui tapisse le fond des flaques d’eau dont les parois sont couvertes de moules, de bernacles et d’ormeaux. Les coquilles aplaties des bernacles sont pourvues de pieds flexibles qui suivent le mouvement des vagues. Quand la marée descend, la bernacle ferme sa coquille qui conserve ainsi l’eau de mer. À marée haute, la bernacle s’ouvre et l’animal balaie l’eau de ses pattes garnies de cils afin d’attraper le plancton.

Un réseau de sentiers pédestres longe la plage.

Jardins Butchart

Les Jardins Butchart (Butchart Gardens) sont des jardins floraux qui s’étendent sur 22 hectares et que l’on peut parcourir toute l’année.

C’est une destination idéale pour les jardiniers, pour les photographes et pour les couples romantiques.

Les Jardins Butchart proposent à ses visiteurs affamés et assoiffés les Thés d’Après-midi (Afternoon Tea), ainsi que des soupers gastronomiques.

Les jardins naissent en 1904, quand Mme Jennie Butchart décide de convertir une ancienne carrière de calcaire, propriété de son mari. Une fois le minerai épuisé, le site fut laissé à l’abandon. Alors, Jennie Butchart y plante des pois sucrés et des roses. Au fil des ans, le jardin s’agrandit. À l’époque, on le connaît sous le nom de Sunken Garden (le Jardin Submergé).

La famille Butchart poursuit les travaux d’aménagement des jardins potagers et floraux pendant des décennies et depuis 2004 les Jardins Butchart sont reconnus comme un Lieu historique national du Canada.

Aujourd’hui, les jardins sont constitués de cinq aires principales, reliées par des pelouses et des sentiers :

  • Le Jardin Submergé (Sunken Garden) ;
  • Le Jardin des Roses (Rose Garden) ;
  • Le Jardin Italien (Italian Garden) ;
  • Le Jardin Méditerranéen (Mediterranean Garden) ;
  • Le Jardin Japonais (Japanese Garden).

Près d’un million de plantes assurent une floraison ininterrompue de mars à octobre. Hors saison, on apprécie les plantes couvertes de baies colorées et les arbustes et les arbres. Pour entretenir les jardins, une cinquantaine de jardiniers travaillent à temps plein.

Des chemins parcourent des espaces où poussent des plantes tropicales, des cerisiers et bien d’autres plantes, telles que des centaines de milliers de jonquilles, de tulipes, de rhododendrons, de roses de toutes les couleurs, d’azalées, de bégonias, de dahlias, et de nombreux arbres à fleurs.

Une partie de la résidence de la famille Butchart abrite une exposition historique des jardins où des photographies et divers objets mettent en lumière l’histoire de la famille des anciens propriétaires.

Le restaurant Blue Poppy est transformé en jardin intérieur et le site de Concert Lawn (aire pour les concerts) est un magnifique lieu de concert en plein air. Pendant la saison de Noël, des milliers d’ampoules ornent les sentiers de ce petit paradis naturel qui comporte aussi une patinoire extérieure. Une exposition «des 12 jours de Noël» se tient chaque année et des choristes participent à la fête.

Les Jardins Butchart se trouvent sur l’île-de-Vancouver, à une vingtaine de kilomètres au nord de la ville de Victoria. La distance entre les jardins et le terminal maritime Schwartz Bay, qui assure la liaison Vancouver-Victoria, est d’environ 18 kilomètres.

Parc provincial du Cap Scott

Le Parc provincial du Cap Scott (Cape Scott Provincial Park) est situé dans une magnifique région, au nord-ouest de l’île-de-Vancouver. Créé en 1973, il s’étend sur plus de 115 kilomètres le long du littoral, avec plus de 30 kilomètres de plages désertes et pour la plupart inconnues du grand public.

Le parc est encadré par la baie de Shushartie à l’Est, et par la baie de San-Josef au sud. Sa superficie totale est d’environ 22 300 hectares.

La plage la plus imposante est celle de Nels Bight, d’une longueur de 2,5 kilomètres et d’une profondeur de 210 mètres (à marée basse). Parmi les autres plages, on peut citer celles des baies de San-Josef, de Guise, Experiment, Lowrie ou encore Nissen Bight.

Il y a de nombreuses opportunités pour les campeurs, pour les marcheurs, mais aussi pour l’observation des oiseaux et des animaux marins.

On peut également observer un certain nombre d’ours dans le parc. Aussi faut-il se conduire avec prudence, ne jamais nourrir les ours et se renseigner à l’avance sur les habitudes à prendre pour ne pas finir dans l’estomac d’un plantigrade velu. Il vaut mieux aussi connaître les lieux de rendez-vous les plus populaires de ces gentilles petites bêtes. Vérifiez que les portières et les fenêtres de votre voiture sont bien fermées et que la nourriture est conservée dans un récipient hermétique.

Il n’est pas recommandé de faire du camping près de la mer, car les ours viennent y pêcher à marée basse. Ils soulèvent fréquemment les pierres pour trouver des animaux marins. Ils peuvent donc aussi soulever votre tente pour voir se qui se cache dessous, ce qui n’est pas forcément la meilleur façon de commencer la journée (sauf si vous êtes un ours, évidemment !).

De plus, il n’est pas recommandé non plus de se promener quand il pleut sur la passerelle en bois aménagée au bord de l’eau, car elle devient très glissante quand elle est mouillée.

Le phare de cap Scott se trouve sur le territoire du parc, mais l’accès en est interdit car il appartient au ministère de la Défense du Canada.

En revanche les sports aquatiques et la pêche sont permis, mais sous certaines conditions établies par le gouvernement fédéral et le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique.

N’oubliez pas que les conditions météorologiques au parc du Cap Scott peuvent changer radicalement une bonne dizaine de fois par jour…

Bref, pas le temps de s’ennuyer au parc du Cap Scott!

Pour se remettre de ses émotions, il y a de nombreuses possibilités d’hébergement dans les communautés voisines telles que Port Hardy, Port McNeill, Holberg et Port Alice.

Parc provincial Carmanah Walbran

Le parc provincial Carmanah Walbran (Carmanah Walbran Provincial Park) a été créé en 1990 pour préserver la richesse de la flore et de la faune de la belle Vallée du Bas-Carmanah, sur l’île-de-Vancouver. En 1995, la Vallée du Haut-Carmanah et celle de Walbran sont ajoutées au territoire du parc. Aujourd’hui, la superficie totale du parc est de 16 450 hectares.

Le parc Carmanah Walbran représente différents écosystèmes forestiers, incluant une forêt de majestueuses épinettes Sitka. Ces épinettes se rencontrent principalement le long du littoral, à une altitude inférieure à 300 mètres.

Dans ce parc on peut d’ailleurs voir les épinettes les plus hautes au monde, dont certaines atteignent 95 mètres de hauteur et dont l’âge peut dépasser les 800 ans. Dans le parc Carmanah Walbran se dressent également des cèdres nés il y a plus de mille ans. Ces écosystèmes permettent d’ailleurs de réaliser des recherches sur la biodiversité et sur la vie des animaux.

Parmi les nombreux mammifères du parc, on rencontre des écureuils, des martres, des ratons laveurs, des touristes, des chevreuils, des orignaux, des loups, des couguars, des ours noirs, et bien d’autres bêtes plus ou moins amicales (il est bien sûr toujours conseillé de se tenir à l’écart de certains bipèdes).

Le parc possède en outre un vaste réseau de sentiers pédestres, mais il faut admettre que plusieurs de ces sentiers traversent des zones marécageuses, aussi est-il recommandé de porter des bottes pour entreprendre le parcours des sentiers du parc Carmanah Walbran.

Les routes menant au parc sont étroites et non aménagées. Parfois, de grands camions forestiers les parcourent, et il est difficile de les dépasser. Toutes les routes aboutissent non pas à Rome, mais sur le pont de la rivière Caycuse, la seule porte d’entrée du parc. Après le pont, il reste encore une dizaine de kilomètres pour arriver au parc.

Une des caractéristiques du parc est son éloignement des zones résidentielles. En effet, les services de téléphone, de gaz et les dépanneurs les plus proches sont à Nitinat, à une vingtaine de kilomètres. C’est encore à Nitinat que l’on trouve des gîtes et des terrains de camping.

On peut aussi se rendre dans la ville de Port Renfrew, située à 22 kilomètres.

Parc provincial French Beach

Le beau parc provincial French Beach se situe sur le littoral du détroit Juan de Fuca, à l’ouest de l’Île de Vancouver, à une vingtaine de kilomètres de la ville de Sooke et à une dizaine de kilomètres de Jordan River. Le parc recouvre une superficie de 60 hectares.

Curieusement, le nom du parc n’a aucun rapport avec les Français. En fait, le nom du parc rappelle la mémoire du pionnier et naturaliste britannique James French qui a exploré ces terres en 1885.

Le parc de French Beach, c’est beaucoup plus que de magnifiques sentiers de promenade aménagés dans une forêt sauvage. C’est aussi une belle plage de sable et de gravier, de plus de mille six cents mètres de long, où les touristes peuvent pique-niquer au bord de l’océan Pacifique, en admirant les Monts Olympic. De ce parc, on peut observer les baleines qui s’approchent des côtes de temps en temps, ainsi que des morses, des lions de mer et un grand nombre d’autres animaux et d’oiseaux, notamment, l’aigle chauve (bald eagle).

On peut y faire des promenades à vélo à condition de porter un casque (le port du casque est obligatoire en Colombie-Britannique).

On trouve dans le parc des pins de Douglas, des cèdres rouges de l’ouest, des vignes de l’Orégon et d’autres arbres et plantes. Quant à la vie animale, on y voit des martres, des écureuils, des ratons laveurs, des salamandres, des couguars et des ours noirs.

La pêche est permise, mais il faut consulter d’abord les règlements de Pêches et Océans Canada et acheter la licence correspondante.

Pour se baigner, il n’y a pas de restrictions, cependant, l’eau est froide. Le surf y est très populaire.

La plage de French Beach est accessible en voiture en suivant la belle autoroute 14. Le stationnement inclut des toilettes et des aires de pique-nique. Un camping de 50 emplacements, avec de l’eau chaude et des espaces pour faire du feu. Ce camping se trouve à 100 mètres de la plage. D’autres campings se trouvent près du parc provincial Juan de Fuca.

Remarquons que French Beach occupe une partie du territoire de la tribu amérindienne des T’Sou-ke qui fréquentaient ces terres pour chasser le gibier, pêcher et récolter des fruits sauvages.

Parc provincial Juan de Fuca

Le parc provincial Juan de Fuca est situé sur la côte ouest de l’île de Vancouver, à l’est de la communauté de Jordan River, près de Port Renfrew. Ce parc offre un magnifique réseau de sentiers au gré desquels les visiteurs peuvent admirer des animaux sauvages, la vie marine et les baies magnifiques qui baignent le littoral pacifique du Détroit Juan de Fuca.

Le parc occupe un territoire de 1528 hectares.

Le parc Juan de Fuca est connu pour ses cascades et chutes, grottes, petits lacs, formations géologiques de quartz et ses arbres centenaires.

Le parc comprend quatre aires principales: le China Beach global area, le China Beach area limité aux visites du jour, le Sentier Marin Juan de Fuca et le Botanical Beach.

Le Sentier Marin Jean de Fuca représente l’attrait majeur du parc. C’est un parcours de 47 kilomètres qui traverse des zones forestières dans la partie sud de l’Île de Vancouver. Au total, le sentier est composé de quatre tronçons : Sentier Juan de Fuca Est ou China Beach, sentier de Sombrio Beach, sentier de Parkinson Creek et sentier de Botanical Beach. On y trouve des campings sauvages.

On voit dans le parc Juan de Fuca un grand nombre d’animaux marins, comme des baleines grises et des baleines meurtrières (killer whales). Le meilleur moment pour observer les baleines va de mars à la fin avril, quand ces baleines migrent des côtes mexicaines vers Alaska. On y voit aussi des lions de mer et des morses qui jouent le long des plages.

On peut arriver au parc en suivant l’autoroute 14 depuis Victoria.

Parc du lac Matheson

Le parc régional du lac Matheson (Matheson Lake Regional Park), fondé en 1994, s’étend sur 162 hectares sur la route de Mechosin, près du parc régional de Roche Cove, sur l’Île-de-Vancouver.

Le parc du lac Matheson offre de multiples opportunités aux pêcheurs ainsi qu’aux amateurs de marche et d’observation de la nature. Le sentier provincial pédestre de l’Oie galopante (Galloping Goose Regional Trail) traverse le territoire du parc pour le relier au parc de Roche Cove. Ce sentier, d’une longueur total de 46 kilomètres, peut être emprunté par les marcheurs, les cyclistes, les oies et les cavaliers galopants. Parmi les autres chemins qui sillonnent le parc, on peut citer le sentier en boucle Matheson, de 3 kilomètres.

Le lac Matheson, entouré de belles dunes de sable, est l”habitat de la truite, du brochet et de bien d’autres délicieux poissons.

Il faut signaler que le parc du lac Matheson est très populaire auprès des résidents de Victoria. C’est pourquoi, le week-end, les gros animaux se cachent pour ne pas être torturés par des hordes de petits enfants.

Pour rejoindre le parc régional du lac Matheson, il faut emprunter l’autoroute d’Old Island qui relie les villes de Victoria et de Sooke, ou la route Rocky Point (Rocky Point Road). Le parc est situé à environ 25 kilomètres de Victoria.

Centre de Découverte de la forêt

Le Centre de Découverte de la forêt de Colombie-Britannique a pour mission de conserver l’histoire des forêts et de l’industrie forestière de la province. Il s’agit d’un véritable musée en plein air qui s’étend sur un territoire de 100 acres. On y voit des équipements utilisés autrefois par les ouvriers lors des coupes de bois, des expositions racontant la vie et les particularités de la croissance d’une forêt, des objets et des photographies appartenant aux résidents, ainsi que des pièces détachées de locomotives anciennes. Au total, on y trouve plus de 5 mille objets de collection.

Le Centre de Découverte de la Forêt est sillonné de sentiers pédestres et parsemé de plusieurs aires aménagées pour l’observation des oiseaux. Le Centre a été fondé en 1963 par M. Gerry Wellburn et sa famille.

Un train touristique à vapeur, le train de la Vallée de Cowichan, peut être emprunté par les visiteurs. Le long du trajet, on aperçoit des maisons d’antan, une école de rang, des postes de commerce sur le lac Somenos, etc. (au total, il y a plus d’une douzaine de bâtiments anciens).

Au printemps, le Centre de Découverte de la Forêt propose des dégustations de sirop d’érable. Les habitants de la Colombie-Britannique ont aussi la possibilité de se sucrer le bec lors du Festival du Sirop d’Érable Grande Feuille (Bigleaf Maple Syrup Festival) qui attire des milliers de participants chaque année en février.

Le Centre est administré par la BC Forest Museum Society, un organisme sans but lucratif.

Parc provincial Robson Bight

Le Parc provincial Robson Bight, situé à l’ouest de Sayward, en face du détroit de Johnstone sur l’île-de-Vancouver, est une destination idéale pour les amateurs de nature sauvage et pour les amoureux des baleines. En fait, ce sont des orques, des baleines meurtrières qui aiment venir se frotter contre les roches du détroit de Johnstone. Elles sont aussi attirées par le saumon qui vient dans ces parages vers la fin du mois de juin pour frayer.

Il ne faut pas confondre le parc de Robson Bight et la Réserve écologique du même nom, qui fut créée en 1982 pour protéger les baleines. Cette réserve se trouve à 15 kilomètres au sud de la ville de Telegraph Cove et à 40 kilomètres de Port McNeill. L’accès de la réserve est interdit aux visiteurs, mais elle n’occupe qu’un kilomètre du littoral, même si sa superficie totale est de 5460 hectares, constitués essentiellement d’espaces marins.

Le camping est permis dans le parc (mais pas dans la réserve! Les contrevenants sont d’ailleurs jetés aux orques affamés, ce qui offre une occasion unique, dans tous les sens du terme, d’observer de près ces charmants animaux). Outre les baleines, on peut voir des ours et bien d’autres mammifères terrestres qui vivent dans le parc.

Pour observer les baleines, on peut prendre de petites embarcations ou des kayaks au village de Sayward ou à Telegraph Cove.

Parc provincial marin Rock Bay (Rock Bay Marine Provincial Park)

Le parc de Rock Bay se trouve sur l’île-de-Vancouver, à 40 km au nord-ouest de la ville de Campbell River, sur le littoral du détroit de Johnstone et du passage Discovery. La superficie de ce parc aquatique est de 525 hectares. Il a été créé afin de préserver l’écosystème marin de l’endroit.

Il s’agit également d’un lieu de choix pour les activités nautiques et l’on peut y faire d’agréables promenades dans toutes sortes d’embarcations de plaisance.

La pointe occidentale du parc, la petite baie de la Caverne Otter (Otter Cove), est un port naturel qui abrite régulièrement des dizaines de canots et de kayaks attendant la marée pour se lancer à l’aventure.

Lors d’une visite au parc marin de Rock Bay il est aussi possible de pratiquer la plongée et la pêche, ou de se laisser tenter par l’observation de la vie sous-marine.

Le parc de Rock Bay se situe entre le parc des chutes Elk (Elk Falls) et le parc du lac Schoen (Schoen Lake).

Les villes les plus proches du parc de Rock Bay sont Kelsey Bay, Sayward et Campbell River. Le lac McCreight, où les truites foisonnent, se trouve à proximité.

Pour se rendre au parc en voiture, il faut emprunter l’Autoroute 19.

Parc national Pacific Rim

Le Parc national Pacific Rim, ouvert en 1970 sur un territoire de 511 kilomètres carrés, se trouve en face de l’océan Pacifique, dans la partie sud-ouest de l’île-de-Vancouver. Ce parc, qui comprend les forêts des basses terres côtières de la région du Pacifique ainsi que le territoire marin du littoral de l’île de Vancouver, constitue l’un des trésors les plus précieux de l’héritage naturel canadien.

La flore du Pacific Rim Parc est des plus variées, allant de la fougère et des coussins de mousse, jusqu’aux épinettes de Sitka. La principale mission du parc est de maintenir l’intégrité écologique de ces lieux.

Le parc se divise en trois secteurs: Long Beach, les îles Broken Group et le Sentier de la Côte Ouest (West Coast Trail).

Long Beach, ou la Longue Plage, est la partie la plus accessible et la plus visitée du parc. Elle se trouve entre Tofino et Ucluelet. Le camping Green Point, avec une centaine d’emplacements, a été aménagé près de l’océan. La plage locale jouit d’une excellente réputation auprès des surfeurs. Mais on peut aussi se promener dans le parc, sillonné de nombreux sentiers.

Quant aux Îles du Broken Group, il s’agit d’une centaine d’îles et d’islets, dont les plus grandes sont Effingham, Dodd, Jacques, Gibraltar, Nettle Turret et Turtle. On peut les atteindre dans de petites embarcations. Il faut cependant remarquer, pour les robinsons en herbe, qu’il n’y a pas d’eau douce sur ces îles.

Le Sentier de la Côte-Ouest, long de 75 kilomètres, relie Port Renfrew et Bamfield. C’est un des rares sentiers aménagés, non à des fins de loisirs, mais pour surveiller le littoral et

aider les éventuels naufragés. La réalisation du Sentier de la Côte-Ouest fut entreprise en 1907. On peut parcourir l’ensemble du sentier en une semaine, mais il vaut mieux être un randonneur chevronné.

Parc provincial Pinnacles

Le Parc provincial Pinnacles comprend environ 128 hectares de forêt de pins. À partir du point de vue aménagé, les visiteurs peuvent admirer les formations originales géologiques des Hoodoos ou cheminées de fée et une vue unique sur les villes de Quesnel et Baker Creek.

Le parc abrite une formation pittoresque de hoodoos. Ces hoodoos se sont constitués il y a 12 millions d’années, lorsque de la lave en fusion a coulé à la surface de la terre et a refroidi dans des couches de basalte. Les cheminées de fée résultent de l’effet de l’érosion naturelle et des intempéries. Le basalte s’est érodé révélant une couche de cendres plus résistante, ce qui produit souvent de vives bandes colorées.

Les cheminées de fée Parc Provincial Pinnacles
Cheminées de fée – hoodoos
Les hoodoos sont fragiles, car ils subissent encore les effets de l’érosion, aussi les visiteurs ne sont-ils pas autorisés à y faire de l’escalade. Le parc est ouvert toute l’année. Le point d’où on peut observer les hoodoos est accessible après une agréable marche de 1 km sur un sentier entretenu.

Le parc offre 30 aires de pique-niques accessibles depuis Quesnel. Des toilettes sèches sont localisées près du point de vue. N’oubliez pas d’apporter de l’eau potable, il n’y en a pas dans le Parc. Le parc offre des sentiers spectaculaires aux amateurs de vélo de montagne.

Le parc provincial Pinnacles est situé dans la région du Cariboo, à 5 miles (8 km) du Centre-ville de Quesnel, entre Prince-George et Williams Lake.

Photographie : parc provincial Pinnacles, copyright © City of Quesnel
Photographie : Parc provincial Pinnacles, copyright © City of Quesnel.

Parc provincial de Sooke Potholes

Le parc provincial de Sooke Potholes, créé en 2005 sur un territoire de 64 hectares, est très connu auprès des habitants de la Colombie-Britannique et de Victoria en particulier pour ses plans d’eau. En effet, un grand nombre de baigneurs s’y rend pour profiter de ses plages le long de la rivière Sooke, la seconde rivière en importance sur l’Île de Vancouver. On dit que l’eau du parc est toujours à une température assez tiède et agréable.

D’ailleurs, les jeunes aiment effectuer des plongeons dans l’eau depuis les rochers qui entourent ces petits lacs et la rivière. À vrai dire, il y a déjà eu des accidents, alors il vaut mieux de ne pas sauter des rochers les plus élevés.

Potholes est un terme anglais qui désigne de grands bassins, formés par la rivière à l’époque des glaciers. Aujourd’hui, ces bassins sont devenus une destination de choix pour les baigneurs.

Le parc de Sooke Potholes possède un réseau de sentiers aménagés dans la forêt. Tous les sentiers sont de niveau facile ou moyen, et on peut parfois y apercevoir au loin un couguar. Parfois, des couguars entrent même dans les cours des résidents. La présence de ces animaux ne présente pas de danger, mais il faut être prudent.

Dans le parc, on voit le cerf à queue noire, l’écureuil rouge et des aigles à tête chauve. Le parc se trouve tout près de la réserve régionale de la faune de Sea to Sea Green Blue Belt. Cette réserve sépare les territoires urbanisés de la capitale de la-Colombie Britannique des forêts de l’ouest de l’île.

Le parc de Sooke Potholes se trouve à 30 minutes de voiture de Victoria.

À côté du parc, sur les berges de la rivière Sooke, se trouve la base de plein air Milnes Landing. À partir de Milnes Landing, on peut rejoindre le Musée régional de Sooke ainsi que le Sentier de l’Oie Galopante-Galloping Goose.

Parc provincial Strathcona

Le Parc provincial Strathcona (Strathcona provincial Park) est situé dans la partie centrale de l’île-de-Vancouver, en Colombie-Britannique. Il occupe un territoire de 250 mille hectares.

Il fut créé en 1911, c’est donc le plus ancien parc provincial de Colombie-Britannique. Il se caractérise par ses paysages montagneux alpins. Certains de ses sommets sont couverts de neiges éternelles. Le point culminant de l’île-de-Vancouver, le Golden Hinde, d’une hauteur de 2 200 mètres, se trouve au centre du parc de Strathcona, à l’ouest du lac Buttle.

Deux secteurs du parc sont facilement accessibles: le secteur du lac Buttle et celui du plateau Forbidden. Le reste du parc est plus sauvage et on y rencontre moins de visiteurs à deux pattes.

Le lac Buttle porte le nom du commander John Buttle, qui explora cette zone dans les années 1860. C’est le plus grand lac du parc et il est très poissonneux.

Les trois cascades des Della Falls, avec leurs 440 mètres de hauteur, sont parmi les plus hautes du monde. Elles se trouvent dans la partie sud du parc.

Notons que le sentier Della Falls est particulièrement beau, mais qu’il est réservé aux marcheurs chevronnés qui n’hésiterons pas à se mouiller les pieds pour traverser la rivière. Un autre sentier, le Crest Mountain Trail, est fermé lorsque la météo devient menaçante.

On peut accéder au lac Moat à partir du plateau Forbidden, ou en suivant les sentiers de ski de fond du Mont Washington. Ce lac est très apprécié par les pêcheurs de truites.

Trois zones du parc ont été désignées comme des aires de conservation de la nature. Il n’y a pas de routes et toutes les activités humaines y sont interdites. Ces trois zones: Big Den, Central Strathcona et le glacier Comox occupent au total 122,500 hectares, soit près de la moitié du territoire du parc.

Les communautés situées dans les environs du parc sont: Campbell River, Comox, Gold River, Tofino et Port Alberni. En outre, le centre de ski alpin du Mont Washington se trouve juste à côté du parc.

Pour se rendre au Parc provincial Strathcona, il faut emprunter l’autoroute 28.

Parc Strathcona-Westmin

Le parc Strathcona-Westmin est un espace isolé, situé à l’intérieur du parc provincial Strathcona (Strathcona Provincial Park) aménagé au centre de l’île-de-Vancouver.

Il s’agit d’une vaste zone de 3328 hectares, séparée du parc Strathcona proprement dit par les particularités de son relief et de sa faune. Le parc provincial Strathcona-Westmin est par exemple l’habitat des ours noirs, qui y sont très nombreux, et c’est pourquoi les autorités ont décidé de créer un parc dans le parc.

Ce parc se caractérise aussi par la présence d’une mine en opérations qui appartient à l’entreprise Boliden-Westmin Resources Ltd. La mine produit du zinc, du cuivre, de l’or et de l’argent. Au total, on extrait 1.4 million de tonnes de minerai annuellement. On peut s’approcher de la mine en suivant un des sentiers.

Les visiteurs sont attirés par les paysages rocheux et l’ambiance sauvage de ces lieux. Il y a plusieurs campings et des sentiers, dont certains peuvent être parcourus en un quart d’heure. D’autres requièrent plus de huit heures de marche.

Parmi les attraits du parc Strathcona-Westmin, on remarque les Upper and Lower Myra Falls (cascades supérieures et inférieures de Myra). Ces chutes sont très pittoresques.

Un sentier mène à la Vallée Thelwood, où l’on verra sans doute des orignaux Roosevelt et d’autres mammifères. Des ravines, de petits lacs, des gouffres insondables, de petits noyaux de végétation alpine – il y en a pour tous les goûts…

Près du parc Strathcona-Westmin, on trouve les villes de Campbell River, Comox, Gold River, Tofino et Port Alberni. Le centre de ski alpin du Mont Washington est juste à côté du parc.

Réserve écologique provinciale de Salmon River

La Réserve écologique provinciale de Salmon River embrasse une vaste zone de l’estuaire de la Rivière Salmon. Cette réserve, d’une superficie totale de plus de 52 hectares, a pour but de protéger la faune et la flore représentative d’une des plus importantes rivières de l’île-de-Vancouver et de la Colombie-Britannique.

L’estuaire de la rivière Salmon abrite les cinq espèces de saumon du Pacifique qui se rencontrent en Colombie-Britannique, ainsi que des centaines d’espèces d’oiseaux marins et migrateurs, des cerfs de Roosevelt, des ours noirs et d’autres mammifères.

L’habitat se compose de différentes zones écologiques, tels que des terres humides, des chenaux et des forêts mixtes. Environ 150 cygnes trompettes passent l’hiver dans cette réserve. Il s’agit de la population la plus importante de ces oiseaux dans l’ouest canadien.

La réserve de Salmon River a été créée en 2002. À l’ouest de l’estuaire est située la communauté de Sayward. L’hiver et l’automne sont les meilleurs mois pour l’observation des oiseaux aquatiques qui y hivernent. Au printemps, on peut observer les nids de loin, afin de ne pas déranger leurs occupants.

Remarquons que la rivière Salmon est l’un des cours d’eau les plus célèbres de Colombie-Britannique en raison de la pêche au saumon qui s’y avère fructueuse.

Sentier de la rivière, Ceal Tingley Park, copyright © City of Quesnel
Sentier de la rivière, Ceal Tingley Park, droit d’auteur © City of Quesnel.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *