Autres terres

Parcs en Ontario

Parcs en Ontario

Parcs et jardins de la province de l’Ontario

Jardins botaniques royaux (Royal Botanical Gardens)

Les Jardins Botaniques Royaux (Royal Botanical Gardens) sont situés dans la province de l’Ontario, entre les villes d’Hamilton et de Burlington. Ce paradis naturel, étendu sur plus de 1 000 hectares, constitue l’une des attractions les plus remarquables de ces deux villes.

L’ensemble est constitué de cinq vastes jardins: le Jardin central, le Parc Hendrie, le Jardin du Lac, le Jardin de la Roche et l’Arboretum. De plus, on y a aménagé quatre sanctuaires naturels: les Paradis Cootes, la Vallée Hendrie, la Chapelle de la Roche et le Trajet de Berry. Ces sanctuaires servent à étudier le développement des plantes et de l’écologie.

De nombreuses expositions se tiennent en ces lieux. Elles présentent des artistes canadiens et internationaux, des plantes, des créations d’enfants sur des sujets liés à la nature et plusieurs autres thèmes.

Les célébrations consacrées à la période de l’éclosion des fleurs sont de véritables fêtes. Chaque année en avril et en mai, c’est la Fête des Tulipes, en mai, on rend hommage aux fleurs de lys, en juin, c’est le tour des iris et ensuite, en juin et juillet, ce sont les journées de la rose.

Les Jardins Botaniques Royaux offrent régulièrement des conférences ainsi que des cours sur l’horticulture et l’art des jardins pour les adultes. Des camps de jour et des programmes éducatifs alliant le divertissement et la pédagogie ont été conçus pour les enfants.

Parc provincial de Sandbanks

Le Parc provincial de Sandbanks, situé sur les rives du lac Ontario, à mi-chemin entre Ottawa et Toronto, est connu pour ses dunes géantes et ses plages de sable blond qui entourent la réserve la plus grande d’eau douce au monde. Une partie du parc est située sur l’île Quinte.

Le parc de Sandbanks abrite des plantes uniques, telles que l’houstonie bleue et l’asclépiade tubéreuse. Notons que des escaliers sont aménagés sur les lieux pour protéger cette végétation délicate. Un grand nombre d’oiseaux y nichent. Au total, on y a répertorié plus de 240 espèces d’oiseaux.

Grâce à sa situation géographique, en été, les eaux du lac sont chaudes, alors, on y voit des centaines de familles qui viennent camper les fins de semaine. Pour l’instant, il y a plus de 500 emplacements dans les campings de Richardson, Woodland, Cedar et Outlet River. D’ailleurs, dans les villages paisibles des environs, on trouve d’agréables gîtes du passant et des petits hôtels familiaux, ainsi que des cottages et chalets à louer.

C’est un endroit idéal pour les amateurs de kayak et de canoë. Un réseau de pistes cyclables y est développé dans certains secteurs du parc de Sandbanks, comme Beaver Meadow, Little Bluff, Massassaga Point et montagne de Macaulay. Remarquons aussi que la région de la montagne de Macaulay attire les amateurs de vélo de montagne.

La ville de Picton est la ville la plus proche du parc. Pour y arriver d’Ottawa, il faut compter 3 heures. De Montréal, on y arrive en 4 heures.

Montagne Macaulay

La Montagne Macaulay est située dans le parc de Sandbanks, sur les rives du lac Ontario, à environ quatre heures de route de Montréal. Cette montagne constitue une vaste zone de conservation naturelle, avec plus d’une vingtaine de pistes cyclables et pédestres qui en hiver deviennent des pistes de ski de fond.

La région de la montagne Macaulay s’étend sur une superficie de 172 hectares.

Au total, on y compte plus de 15 kilomètres de sentiers. Certains sentiers sont très escarpés, alors, il est recommandé aux skieurs sans expérience de choisir d’autres sentiers du parc de Sandbanks.

Cependant, pour les amateurs de vélo de montagne, la montagne Macaulay est une destination idéale. Tous les sentiers sont de niveau intermédiaire ou expert. À l’entrée de la zone, un panneau d’indication présente la carte du réseau de sentiers et explique en détail ses caractéristiques. On peut d’ailleurs acheter une carte des réseaux au chalet d’accueil.

Cette région est célèbre pour son nombre incroyable d’oiseaux. On a répertorié environ 240 espèces d’oiseaux qui y nichent, et 50 autres espèces qui fréquentent la région.

La région de la montagne commence à environ 8 kilomètres de Picton, et administrativément, la zone appartient à la ville de Picton.

Parc provincial de l’Ours Polaire

Le Parc provincial de l’Ours Polaire (Polar Bear provincial Park) est situé sur le littoral sud de la Baie d’Hudson, en Ontario. Ce parc occupe un vaste territoire de 24 mille kilomètres carrés. Il s’agit donc de l’un des parcs les plus vastes du Canada.

Le nom du parc honore ce délicat animal qui a choisi cette région comme résidence d’été. En effet, les ours polaires y viennent chaque année en juin, puis ils retournent vers le nord au mois de novembre. On a vu toutefois dans le parc des mamans ours avec leurs bébés en février et en mars. On aperçoit parfois ces ours à environ 50 kilomètres au sud des côtes de la baie d’Hudson.

On compte près de 1200 ours polaires sur le territoire du parc, ce qui est considéré comme une population saine et stable. Ils se nourrissent de morses, de bélugas, d’oies qu’ils chassent pendant la période de nidification, ainsi que de fruits sauvages.

Malheureusement, les touristes ne sont pas encore suffisamment nombreux pour constituer une source d’alimentation satisfaisante pour les ours.

Le parc de l’Ours polaire est également l’habitat des caribous. On y a dénombré environ 300 espèces d’oiseaux et quatre espèces de renard (le renard rouge, le renard argenté, le renard arctique et le renard croisé). Des meutes de loups y habitent aussi, tout comme des castors, des martes, des loutres, des orignaux, des ours noirs et bien d’autres animaux.

Le parc s’étend sur un territoire relativement plat, parsemé de petites collines, dont une bonne partie est constituée de pergélisol, une couche de sol ou de roches où la température a été pendant plusieurs années inférieure à 0° C..

La végétation du Parc provincial de l’Ours Polaire est sub-arctique. La toundra est recouverte de lichen des caribous, de cladonie des rennes, de rhododendron de Laponie, de camarine et d’airelle vigne-d’Ida (vaccinium vitis-idaea, un arbrisseau à baies rouges comestibles). Au sud du parc, on peut voir des saules, des épinettes et des mélèzes.

Le village cri de Peawanuck est situé près du parc, qui n’est accessible la majeure partie de l’année que par avion. Aussi les visiteurs sont-ils peu nombreux, ce qui, on ne le dira jamais assez, est infiniment regrettable pour l’équilibre alimentaire des ours polaires (on peut l’atteindre également par une route qui relie Peawanuck au monde extérieur, mais elle est ouverte seulement en été et quand le temps le permet).

Parc de conservation Safari Lion Africain

Le parc Safari Lion Africain est un parc créé pour la conservation. Ici, ce sont les visiteurs qui restent dans leur cage (c’est-à-dire, à l’intérieur d’une voiture), et les animaux parcourent des terrains de 2 à 20 hectares.

Ce parc a ouvert ses portes en 1969. À l’époque, il n’y avait que 40 lions, répartis sur trois réserves. Aujourd’hui, le Parc Africain Lion Safari compte plus de mille animaux, représentant une centaine d’espèces, dont des douzaines d’espèces en danger ou espèces menacées.

La mission du parc consiste à permettre aux visiteurs d’observer des animaux de façon éducative et amusante. Ainsi les visiteurs, combinent le plaisir, l’apprentissage et le respect de l’environnement. On y voit des félins, un rhinocéros blanc, des autruches, un arui d’Arabie (sorte de mouflon), des orignaux (élan) d’Afrique, des girafes, et beaucoup d’autres d’espèces d’animaux exotiques ou autochtones.

Parmi les attractions du parc, on peut citer les suivantes :

  • Un circuit automobile à travers la réserve d’une longueur d’environ 9 kilomètres
  • Le parc nautique Misumu Bay, ouvert en été
    Le terrain de jeux Jungle
  • Le spectacle Le Paradis des Perroquets
  • Le Rassemblement des Éléphants
  • La promenade en train panoramique
  • Le coin des animaux familiers
  • Le spectacle Le Vol des Oiseaux de Proie
  • La Croisière sur la Reine Africaine (African Queen).

On peut manger au restaurant Mombasa Market ou au Cabana Patio.

Laissez-moi vous présenter les locaux somptueux mis à ma disposition…(Jean-Jacques Girardot).
Laissez-moi vous présenter les locaux somptueux mis à ma disposition…(Jean-Jacques Girardot). La cheminée du site historique d’Evergreen, à Toronto, parc de la vallée de la rivière Don. Photo : Megan Jorgensen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *